Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

"Il faut que Pékin réévalue ses politiques dans les régions tibétaines"

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Uruguay : la vie après Guantanamo

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Turquie : les Alévis, des musulmans à part

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Tunisie : vieux président pour jeune démocratie

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Comédies musicales, friandises, illuminations : les réjouissances de fin d'année !

En savoir plus

SUR LE NET

L'Unicef invite les enfants de Gaza à dessiner leur futur

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Gabon : un vent de contestation

En savoir plus

DÉBAT

Gabon : l'opposition demande le départ du président Ali Bongo

En savoir plus

DÉBAT

Trois attaques en France en 48 heures : un effet de mimétisme ?

En savoir plus

Afrique

Une grève massive bloque la quasi-totalité de la production pétrolière

Texte par Dépêche

Dernière modification : 02/04/2011

Au deuxième jour de la grève des employées gabonais du secteur pétrolier réclamant un meilleur contrôle de la main-d’œuvre étrangère, Shell et Total ont dû stopper leur production dans le pays, quatrième producteur d'or noir d'Afrique subsaharienne.

AFP - Le plus grande partie de la production pétrolière du Gabon, 4e producteur sub-saharien, était stoppée ou en voie de l'être samedi, au deuxième jour de la grève des employés du secteur pétrolier gabonais, a appris l'AFP de sources concordantes.

Les deux terminaux de sortie du pétrole, Gamba et Cap-Lopez (sud-ouest) étaient notamment paralysés selon Arnauld Engandji, porte-parole de l'Organisation nationale des employés du pétrole (Onep), qui regroupe 4.000 des 5.000 employés du secteur et a lancé une grève afin d'obtenir un décret réglementant l'emploi de la main d'œuvre étrangère.

"Gamba et Port-Lopez sont à l'arrêt. Ce sont les deux uniques voies de sortie de pétrole du pays. Toutes les compagnies ou presque passent par l'un des deux terminaux", a-t-il affirmé à l'AFP

L'Onep entend à la fois lutter contre l'emploi de hauts cadres expatriés mais aussi et surtout contre le recours à une main d'œuvre africaine ou asiatique peu ou pas qualifiée.

Shell et Total doivent cesser leur production

Seule la compagnie Perenco qui utilise des plateformes off-shore non reliées aux terminaux de Gamba et Port-Lopez est susceptible de continuer à exploiter, selon une source syndicale.

La production de Shell devrait être stoppée complètement en journée, a affirmé une source de la compagnie à l'AFP, précisant: "Nous avons commencé vendredi les opérations en vue d'un arrêt complet samedi. Ce sont des opérations compliquées si on ne veut pas de complications lors du redémarrage".

Vendredi une source proche de Total avait confirmé à l'AFP que "la quasi-totalité de la production de Total était stoppée" vendredi et que "les autres compagnies devraient suivre".

Total et Shell sont de loin les deux premiers producteurs de pétrole au Gabon.

Le pétrole est la principale richesse du Gabon, qui en produit entre 220.000 et 240.000 barils par jour. Officiellement, ses recettes assurent à l'Etat "environ 60%" de son budget.

Première publication : 02/04/2011

  • GABON

    Les autorités interpellent une trentaine de sympathisants d'André Mba Obame

    En savoir plus

  • PÉTROLE

    L'Opep ne touche pas aux quotas de production

    En savoir plus

  • WIKILEAKS

    Omar Bongo aurait détourné des fonds au profit de partis politiques français

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)