Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Moins d'un Français sur deux est imposable

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Vers une police sous surveillance ?

En savoir plus

DÉBAT

Syrie, la guerre oubliée

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Irak : au coeur des monts Sinjar

En savoir plus

DÉBAT

Centrafrique : comment sortir de l'impasse ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"L'écureuil et le serpent"

En savoir plus

FOCUS

El Hierro, première île 100 % énergies renouvelables, peut-elle être un modèle pour la planète ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Obama et les attentes irréalistes des noirs américains"

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Montréal, toute une histoire

En savoir plus

  • Hollande : "La situation internationale est la plus grave depuis 2001"

    En savoir plus

  • Quand l’Égypte sermonne Washington sur les émeutes de Ferguson

    En savoir plus

  • Gaza : la trêve une nouvelle fois rompue, Israël vise un chef du Hamas

    En savoir plus

  • RDC : le retour tant espéré des réfugiés angolais dans leur pays

    En savoir plus

  • Reportage : les combattants kurdes reprennent le barrage de Mossoul

    En savoir plus

  • Présidentielle 2017 : Alain Juppé candidat à la primaire de l'UMP

    En savoir plus

  • Glissements de terrain meurtriers à Hiroshima

    En savoir plus

  • Steve Ballmer, le directeur général de Microsoft, annonce son retrait

    En savoir plus

  • L'État islamique annonce avoir décapité un journaliste américain

    En savoir plus

  • L'armée irakienne attaque les jihadistes sur plusieurs fronts

    En savoir plus

  • L'opposition pakistanaise pénètre dans la zone rouge d’Islamabad

    En savoir plus

  • Libération : raconter l’été 44 au-delà des "moments de gloire et de triomphe"

    En savoir plus

  • Ligue 1 : une enquête judiciaire ouverte après le coup de tête de Brandao

    En savoir plus

  • Championnat d'Europe : Florent Manaudou vainqueur ex æquo sur 50 m papillon

    En savoir plus

  • Le prince saoudien braqué à Paris est un fils du roi Fahd mort en 2005

    En savoir plus

  • Émeutes de Ferguson : les États-Unis face à leurs vieux démons racistes

    En savoir plus

  • Carte interactive : "Ici est tombé" pour la Libération de Paris

    En savoir plus

  • Libération de Paris : "J'accueillais mes libérateurs"

    En savoir plus

  • Dans l’est de l'Ukraine, Lougansk en proie à d’intenses combats

    En savoir plus

EUROPE

Zapatero refuse d'être candidat à sa succession en 2012

Texte par Dépêche

Dernière modification : 02/04/2011

Le chef du gouvernement espagnol ne se présentera aux élections générales de mars 2012. Depuis le début de la crise économique, la cote de popularité du leader socialiste espagnol, au pouvoir depuis 2004, n'a cessé de chuter.

AFP - Le chef du gouvernement espagnol José Luis Rodriguez Zapatero a annoncé samedi lors d'une réunion de son Parti socialiste espagnol (PSOE), qu'il ne se représenterait pas aux prochaines élections législatives de 2012.

"Je ne serai pas candidat aux prochaines élections générales, a-t-il dit lors d'un discours devant l'assemblée générale du PSOE à Madrid.

M. Zapatero a assuré que son intention, lorsqu'il avait été élu pour la première fois en 2004, était de rester à la tête du gouvernement pour seulement huit ans et qu'il n'avait pas changé d'idée après sa seconde élection en 2008. "C'est ce que je pensais il y a sept ans. Deux mandats c'est suffisant", a-t-il dit.

Le chef du gouvernement espagnol, un ancien avocat âgé de 50 ans, a demandé au parti socialiste de "commencer le processus en vue de primaires" pour se désigner un leader pour les prochaines élections en 2012.

L'annonce de M. Zapatero clôt plusieurs semaines de spéculations selon lesquelles le chef du gouvernement pourrait démissionner en faveur du vice-président du gouvernement Alfredo Perez Rubalcaba, qui est à l'âge de 59 ans l'un des principales figures de l'exécutif espagnol.

Alors qu'il est engagé dans un programme impopulaire d'austérité et de réformes du marché du travail pour réduire le déficit public, la cote de M. Zapatero est en baisse dans les enquêtes d'opinion face au leader du Parti populaire (droite) Mariano Rajoy.

Alors qu'elle était en plein boom, portée par le secteur immobilier, l'économie espagnole est entrée en récession durant le second semestre 2008, victime de la crise financière mondiale.

L'économie espagnole a enregistré une croissance négative de 0,1% en 2010 et le taux de chômage s'est établi à 20,33% à la fin de l'année dernière, le plus haut niveau de ceux des pays de l'OCDE.

Le gouvernement espagnol tente par tous les moyens de rassurer les marchés qui craignent que le déficit public du pays l'acculera à demander une aide à la suite de la Grèce et de l'Irlande.

La Banque d'Espagne a averti mercredi dernier que la croissance cette année devrait être moindre que prévu et que le pays ne devrait pas être en mesure de tenir ses objectifs en termes de maîtrise du déficit public en 2011 et les prochaines années.

Première publication : 02/04/2011

  • ESPAGNE

    Zapatero hausse le ton devant les contrôleurs aériens pour éviter une nouvelle crise

    En savoir plus

  • ESPAGNE

    Le gouvernement Zapatero sanctionné aux élections catalanes

    En savoir plus

  • CRISE ÉCONOMIQUE

    Journée de mobilisation anti-austérité à travers l'Europe

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)