Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Israël-Gaza : l'application mobile Yo a peut-être enfin trouvé son utilité

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 11 juillet (partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 11 juillet (partie 1)

En savoir plus

REPORTERS

Exclusif - Dans l'enfer des prisons secrètes

En savoir plus

#ActuElles

Suède : un modèle de parité ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

UE - USA : la guerre économique est-elle déclarée ?

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

UMP et PS sous tension

En savoir plus

TECH 24

Giroptic : la start-up lilloise star de Kickstarter déjà GoPro killer ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Conférence sociale : le gouvernement mise sur l'apprentissage

En savoir plus

  • Vidéo : à Casablanca, trois immeubles s'effondrent sur leurs habitants

    En savoir plus

  • Brésil – Pays-Bas : la Seleçao veut sauver son honneur

    En savoir plus

  • Vidéo : les habitants de Rafah pris au piège des raids israéliens

    En savoir plus

  • L'armée ukrainienne essuie de lourdes pertes, Donetsk devient ville fantôme

    En savoir plus

  • Décès de Tommy Ramone, le dernier survivant des Ramones

    En savoir plus

  • En mal de soutien, Vladimir Poutine rencontre Fidel Castro à Cuba

    En savoir plus

  • Brève alerte au tsunami après un fort séisme au Japon

    En savoir plus

  • Exclusif - Dans l'enfer des prisons secrètes

    En savoir plus

  • Défilé du 14-Juillet : la présence de soldats algériens fait polémique à Alger

    En savoir plus

  • Netanyahou déterminé à "frapper les terroristes" à Gaza

    En savoir plus

  • "Fais tes prières, je vais te tuer" : Amnesty dénonce la torture dans l'est ukrainien

    En savoir plus

  • Gaza : seule une solution politique peut garantir la sécurité d’Israël

    En savoir plus

  • Cynk, l’entreprise fantôme qui valait quatre milliards

    En savoir plus

  • Vidéo : le sélectionneur du Niger Gernot Rohr livre sa vision du Mondial

    En savoir plus

  • Tuerie de Bruxelles : Nemmouche accepte d'être extradé vers la Belgique

    En savoir plus

EUROPE

Zapatero refuse d'être candidat à sa succession en 2012

©

Texte par Dépêche

Dernière modification : 02/04/2011

Le chef du gouvernement espagnol ne se présentera aux élections générales de mars 2012. Depuis le début de la crise économique, la cote de popularité du leader socialiste espagnol, au pouvoir depuis 2004, n'a cessé de chuter.

AFP - Le chef du gouvernement espagnol José Luis Rodriguez Zapatero a annoncé samedi lors d'une réunion de son Parti socialiste espagnol (PSOE), qu'il ne se représenterait pas aux prochaines élections législatives de 2012.

"Je ne serai pas candidat aux prochaines élections générales, a-t-il dit lors d'un discours devant l'assemblée générale du PSOE à Madrid.

M. Zapatero a assuré que son intention, lorsqu'il avait été élu pour la première fois en 2004, était de rester à la tête du gouvernement pour seulement huit ans et qu'il n'avait pas changé d'idée après sa seconde élection en 2008. "C'est ce que je pensais il y a sept ans. Deux mandats c'est suffisant", a-t-il dit.

Le chef du gouvernement espagnol, un ancien avocat âgé de 50 ans, a demandé au parti socialiste de "commencer le processus en vue de primaires" pour se désigner un leader pour les prochaines élections en 2012.

L'annonce de M. Zapatero clôt plusieurs semaines de spéculations selon lesquelles le chef du gouvernement pourrait démissionner en faveur du vice-président du gouvernement Alfredo Perez Rubalcaba, qui est à l'âge de 59 ans l'un des principales figures de l'exécutif espagnol.

Alors qu'il est engagé dans un programme impopulaire d'austérité et de réformes du marché du travail pour réduire le déficit public, la cote de M. Zapatero est en baisse dans les enquêtes d'opinion face au leader du Parti populaire (droite) Mariano Rajoy.

Alors qu'elle était en plein boom, portée par le secteur immobilier, l'économie espagnole est entrée en récession durant le second semestre 2008, victime de la crise financière mondiale.

L'économie espagnole a enregistré une croissance négative de 0,1% en 2010 et le taux de chômage s'est établi à 20,33% à la fin de l'année dernière, le plus haut niveau de ceux des pays de l'OCDE.

Le gouvernement espagnol tente par tous les moyens de rassurer les marchés qui craignent que le déficit public du pays l'acculera à demander une aide à la suite de la Grèce et de l'Irlande.

La Banque d'Espagne a averti mercredi dernier que la croissance cette année devrait être moindre que prévu et que le pays ne devrait pas être en mesure de tenir ses objectifs en termes de maîtrise du déficit public en 2011 et les prochaines années.

Première publication : 02/04/2011

  • ESPAGNE

    Zapatero hausse le ton devant les contrôleurs aériens pour éviter une nouvelle crise

    En savoir plus

  • ESPAGNE

    Le gouvernement Zapatero sanctionné aux élections catalanes

    En savoir plus

  • CRISE ÉCONOMIQUE

    Journée de mobilisation anti-austérité à travers l'Europe

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)