Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Manuel Valls fait disparâitre ses tweets...

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Barack Obama, en costume clair et sans stratégie

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 29 août (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 29 août (Partie 1)

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Laurent Fabius sur France 24 : le ministre s'exprime sur la diplomatie française

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Emmanuel Macron, nouvel homme fort de Bercy

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

La preuve par l'image de "l'invasion" russe en Ukraine

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Les ennemis de mes ennemis ne sont pas mes amis"

En savoir plus

FOCUS

Ces chrétiens d'Irak qui commencent leur nouvelle vie en France

En savoir plus

  • Les frondeurs du PS ne sont pas à La Rochelle "pour rompre"

    En savoir plus

  • UE : Le Polonais Tusk président du Conseil, l'Italienne Mogherini chef de la diplomatie

    En savoir plus

  • Golan : sauvetage d’une partie des casques bleus philippins

    En savoir plus

  • Nouvelle peine de prison à vie pour le guide suprême des Frères musulmans

    En savoir plus

  • Judo : Teddy Riner décroche un 7e titre de champion du monde

    En savoir plus

  • Selon Pretoria, le Lesotho est en proie à un "coup d'État"

    En savoir plus

  • Taubira "assume les conséquences" de sa présence chez les frondeurs du PS

    En savoir plus

  • Un cargo ukrainien s'écrase dans le sud de l'Algérie

    En savoir plus

  • Les États-Unis appellent à une coalition mondiale contre l'État islamique

    En savoir plus

  • Ukraine : l'UE se réunit à Bruxelles pour répondre à la Russie

    En savoir plus

  • Grande Guerre : l'exode oublié des Belges en France

    En savoir plus

  • Affaire Tapie : le FMI renouvelle sa confiance à Christine Lagarde

    En savoir plus

  • Un premier cas d'Ebola détecté au Sénégal

    En savoir plus

  • Laurent Fabius sur France 24 : "Il faut être ferme face à la Russie"

    En savoir plus

  • Ukraine : des femmes de soldats russes sans nouvelles de leurs maris

    En savoir plus

  • Un enfant britannique atteint d'une tumeur est recherché en France

    En savoir plus

Amériques

Les cinq accusés du 11-Septembre seront jugés à Guantanamo

Texte par Dépêche

Dernière modification : 04/04/2011

Les cinq hommes accusés d'avoir fomenté les attentats du 11 septembre 2001 seront jugés dans un délai assez court devant un tribunal militaire d'exception à Guantanamo, et non devant un tribunal de droit commun à New York.

AFP - Le procès des cinq accusés du 11-Septembre  aura lieu devant un tribunal militaire d'exception à Guantanamo, et non devant un tribunal de droit commun à New York, une annonce en forme d'échec pour le président Obama le jour même où il déclarait être candidat à sa succession.
              
Le ministre américain de la Justice Eric Holder doit tenir une conférence de presse à 18H00 GMT pour annoncer que le cerveau auto-revendiqué des attentats Khaled Cheikh Mohammed et ses quatre complices seront "jugés à Guantanamo", a déclaré lundi à l'AFP un responsable américain sous couvert de l'anonymat.
              
L'annonce intervient quelques heures à peine après que le président démocrate Barack Obama eut officiellement annoncé qu'il se représentait pour la présidentielle de 2012.
              
Il s'agit pourtant d'un revers majeur dans la politique que le candidat Obama de 2008 affirmait vouloir mettre en oeuvre pour en finir avec les excès de la "guerre contre le terrorisme" de son prédécesseur, le conservateur George W. Bush.
              
Khaled Cheikh Mohammed, Koweïtien, 45 ans, Ramzi ben-al-Chaïba, Yéménite, 38 ans, Ali Abd al-Aziz Ali, Pakistanais d'une trentaine d'années, Wallid ben Attach, Saoudien d'une trentaine d'années et Moustapha al-Houssaoui, Saoudien, 42 ans, sont enfermés à Guantanamo depuis septembre 2006. Ils sont tous passés auparavant par les prisons secrètes de la CIA, où ils ont été maltraités, voire torturés.
              
Ils sont accusés à des degrés divers d'avoir organisé les attentats du 11 septembre 2001 qui ont fait plus de 3.000 aux Etats-Unis. Tous risquent la peine de mort.
              
Leur procès pour "crimes de guerre" devant un tribunal militaire d'exception à Guantanamo, version Bush, avait commencé au printemps 2008 avant d'être suspendu sine die par Barack Obama, le soir même de sa prise de fonction.
              
En novembre 2009, son administration avait annoncé qu'ils seraient renvoyés devant un tribunal fédéral, en plein coeur de Manhattan, à quelques pâtés de maison de Ground Zéro, une décision symbolique qui avait satisfait les associations.
              
Mais petit à petit, poussés par la colère des républicains du Congrès, le maire de New York et son chef de la police ont fait machine arrière et exprimé leurs inquiétudes quant au coût d'un tel procès, tant en termes financiers que de sécurité.
              
L'administration Obama elle-même, rendue incapable par le Congrès d'accéder à sa promesse de fermer la prison de Guantanamo en un an, a commencé à se fissurer et l'idée d'organiser le procès à Guantanamo a gagné du terrain.
              
Jusqu'à l'emporter, au moins dans le dossier le plus symbolique.
              
Barack Obama a été critiqué sur sa gauche de toutes parts pour avoir "oublié" ses promesses de campagne concernant Guantanamo et ses procès. Mais dès mai 2009, il avait posé la première pierre de ce renoncement et ordonné le rétablissement des tribunaux d'exception de Guantanamo après réforme.
              
Menée à l'automne 2009, cette réforme élaborée main dans la main avec le Congrès a consenti davantage de droits à la défense mais pas suffisamment pour ses détracteurs.
              
Ainsi, le juge militaire présidant le procès peut toujours accepter des déclarations faites sous la contrainte ou ne pas tenir compte de la torture en examinant une condamnation à mort. Il a également conservé toute discrétion pour admettre des preuves indirectes, c'est-à-dire non confirmées à la barre par un témoin.
              
"Il est regrettable que l'administration Obama ait mis plus de deux ans pour se faire une idée sur ce que la majorité des Américains savent déjà: Khaled Cheikh Mohammed n'est pas un criminel de droit commun, c'est un criminel de guerre", a réagi le représentant républicain du Texas, Lamar Smith.

 

Première publication : 04/04/2011

  • ÉTATS-UNIS

    Les sauveteurs du 11-Septembre acceptent les 625 millions de dollars de dédommagements

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS

    Obama lève la suspension des procès militaires d'exception à Guantanamo

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS

    Feisal Abdul Rauf, l'imam qui voulait installer une mosquée près de Ground Zero

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)