Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Amel Karboul, ministre tunisienne du Tourisme

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

La sous-traitance des handicapés français

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Classement des personnalités influentes : 10 africains dans le palmarès du Time magazine

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Où s'arrêtera Poutine ?

En savoir plus

DÉBAT

Crise en Ukraine : l'escalade à l'est jusqu'où ? (Partie 2)

En savoir plus

DÉBAT

Crise en Ukraine : l'escalade à l'est jusqu'où ? (Partie 1)

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : les ouvriers du textile au Bangladesh toujours en danger

En savoir plus

SUR LE NET

Opération ratée de la police de New York sur Twitter

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Sean Lennon dans les pas de son père

En savoir plus

  • Ukraine : Washington met en garde Moscou contre une "erreur coûteuse"

    En savoir plus

  • Accord Hamas-Fatah : Israël suspend les négociations de paix

    En savoir plus

  • Quatre policiers du "36 quai des Orfèvres" placés en garde à vue pour viol

    En savoir plus

  • Wade à FRANCE 24 : "Macky Sall m’a empêché d’aller au Sénégal"

    En savoir plus

  • Standard & Poor's maintient la note "AA" pour la France

    En savoir plus

  • Le NETmundial condamne l’espionnage sur le Web

    En savoir plus

  • De la guerre civile aux portes de Paris, parcours de réfugiées syriennes

    En savoir plus

  • Présidentielle syrienne : deux candidats face à Bachar al-Assad

    En savoir plus

  • Vidéo : les ouvriers du textile au Bangladesh toujours en danger

    En savoir plus

  • Le rappeur Rohff mis en examen et incarcéré pour violences

    En savoir plus

  • Les îles Senkaku "couvertes" par le traité de défense américano-japonais

    En savoir plus

  • RD Congo : près de 50 morts dans un accident de train

    En savoir plus

  • Les dessous des résultats record d’Apple

    En savoir plus

  • Ségolène Royal dément avoir interdit les décolletés dans son ministère

    En savoir plus

  • Impression 3D : dix maisons construites en 24 heures à Shanghaï

    En savoir plus

  • Premières pistes pour mettre fin au conflit entre VTC et taxis

    En savoir plus

  • Au Caire, le voile de la discorde

    En savoir plus

  • Le patron de la F1 Bernie Ecclestone jugé pour corruption

    En savoir plus

FRANCE

"Une grande part" de l'Airbus 330 d'Air France localisée en mer

©

Vidéo par Claire BONNICHON

Texte par Dépêche

Dernière modification : 04/04/2011

Une partie de l'habitacle de l'Airbus du vol AF447 qui s'est abîmé au large du Brésil en juin 2009 a été retrouvée en mer. L'épave renferme des corps identifiables. Les enquêteurs ont espoir d'y retrouver les boîtes noires.

AFP - Les enquêteurs de la catastrophe du Rio-Paris d'Air France devaient dévoiler lundi les premières images des morceaux localisés de l'épave de l'avion englouti le 1er juin 2009 dans l'Atlantique, qui renferme encore des corps des 228 victimes de la catastrophe.

"Il reste des corps dans la partie qui a été retrouvée", a déclaré sur France Inter la ministre de l'Ecologie et des Transports, Nathalie Kosciusko-Morizet, évoquant "des identifications possibles".

"Tout n'a pas explosé (...). Il y a une partie de l'habitacle et dans cette partie de l'habitacle, il y a des corps", a-t-elle ajouté.

Une dizaine de jours après le lancement de la quatrième phase de recherches en mer, le Bureau d'enquêtes et d'analyses (BEA), l'organisme français qui dirige l'enquête technique, a annoncé dimanche avoir repéré le site de l'accident, non loin de la dernière position connue de l'Airbus A330.

Les petits sous-marins autonomes Remus ont photographié des "éléments" de l'avion dont les deux moteurs et des parties de la voilure.

Le directeur du BEA, Jean-Paul Troadec, a précisé à l'AFP que le champ de débris était "relativement concentré", ce qui donnait un bon espoir de retrouver les boîtes noires, qui enregistrent les paramètres de vol indispensables pour déterminer les circonstances exactes du crash.

"c'est une bonne nouvelle"

Selon une source proche du dossier, le site de l'accident se trouve "à proximité de la dernière position connue, dans un périmètre réduit de quelques centaines de mètres, à l'ouest de cette position".

"Le fait que les débris soient concentrés sur un périmètre réduit conforte l'hypothèse que l'avion n'a pas été disloqué en vol. L'appareil était entier au moment de l'impact sur la mer", ont expliqué à l'AFP plusieurs sources proches du dossier.

"En étudiant les cassures, les déformations des pièces, cela permettra de déterminer si l'avion a percuté l'eau à plat, sur le côté, etc. Cela donnera peut-être des indications sur la vitesse du choc", a ajouté une de ces sources, rappelant que l'hypothèse du décrochage n'est toujours pas attestée.

Enquêteurs, constructeur et familles restent toutefois prudents, soulignant qu'en l'absence des boîtes noires, l'énigme ne pourra pas être résolue.

"Nous espérons fermement que la découverte de l'épave permettra de localiser les deux enregistreurs car c'est essentiel pour la compréhension de ce terrible drame", a commenté le patron d'Airbus, Tom Enders.

La localisation suscite en outre nombre d'interrogations: pourquoi les recherches n'ont-elles pas été orientées dès le début sur cette zone ? Si les boîtes noires étaient retrouvées, seront-elles exploitables ? Les enquêteurs vont-ils remonter tous les débris ?

Jusqu'à présent, les éléments recueillis par le BEA ont fait apparaître une défaillance des sondes de vitesse, dites sondes Pitot, fabriquées par le français Thales et qui rencontraient des problèmes de givrage à haute altitude, les rendant inopérantes.

Mais le BEA n'a eu de cesse de dire que ce dysfonctionnement ne pouvait avoir à lui seul causé la perte de l'appareil.

Le 25 mars, une nouvelle phase de recherches avait été lancée pour retrouver l'épave disparue après trois campagnes infructueuses (10 juin-10 juillet 2009, 27 juillet-17 août 2009 et 29 mars-mai 2010), qui ont déjà coûté 21,6 millions d'euros.

Il s'agissait cette fois de ratisser une zone de 10.000 km2, soit un rayon de 75 kilomètres autour de la dernière position connue du vol AF 447.

Une cinquième campagne devrait être prochainement lancée pour récupérer les morceaux de l'appareil.

Sur le plan judiciaire, Airbus et Air France ont été récemment mis en examen pour homicides involontaires.

Première publication : 04/04/2011

  • VOL RIO-PARIS

    Des débris de l'Airbus A330 d'Air France localisés en mer

    En savoir plus

  • VOL RIO-PARIS

    Après Airbus, Air France mis en examen pour "homicides involontaires"

    En savoir plus

  • CATASTROPHE AÉRIENNE

    Une campagne pour localiser l'épave de l'avion du vol Rio-Paris planifiée en mars

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)