Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

Todd Shepard, spécialiste de l'Algérie

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Ligue des Champions : deux clubs madrilènes en lice

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

L'Afrique du sud, 20 ans après les premières élections démocratiques

En savoir plus

FOCUS

Les Taïwanais divisés vis-à-vis de la Chine

En savoir plus

SUR LE NET

Données personnelles : les pratiques des géants du Net dénoncées

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

Peintures millénaires tagués en Libye et les États-Unis à tous prix pour les ados latinos

En savoir plus

PROFILS

Justine Dupont, surfeuse

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Génocide rwandais : le défi de la réconciliation

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

PSA à la conquête de la Chine

En savoir plus

  • Paris s'inquiète du sort de l'otage français Gilberto Rodriguez Leal au Mali

    En savoir plus

  • Fusillade de Sloviansk : l’identité des assaillants, enjeu entre Moscou et Kiev

    En savoir plus

  • Vidéos : retour sur la vie de Hurricane Carter, symbole des méfaits du racisme

    En savoir plus

  • Mort d'ouvriers au Qatar : "Pas à cause du football", selon la Fifa

    En savoir plus

  • Didier François témoigne : "J'ai subi des simulacres d'exécutions"

    En savoir plus

  • Corée du Sud : la présidente incrimine l’équipage du ferry naufragé

    En savoir plus

  • Présidentielle afghane : Abdullah et Ghani se dirigent vers un second tour

    En savoir plus

  • Sécurité maximale et participation record au marathon de Boston

    En savoir plus

  • Sissi et Sabahi, seuls candidats à l’élection présidentielle en Égypte

    En savoir plus

  • Bientôt Pâques sans chocolat ?

    En savoir plus

  • Kabylie : affrontements entre manifestants et forces de l'ordre à Tizi Ouzou

    En savoir plus

  • La prise d'otages, "monnaie d'échange" pour les djihadistes en Syrie

    En savoir plus

  • Les héritiers de Renault ne désespèrent pas de revoir quelques milliards

    En savoir plus

  • Tournoi de Monte-Carlo : Wawrinka bat Federer en finale

    En savoir plus

  • De retour en France, les ex-otages évoquent des conditions de détention "rudes"

    En savoir plus

  • Bachar al-Assad dans la ville chrétienne de Maaloula pour Pâques

    En savoir plus

  • Grand Prix de Chine : Hamilton et Rosberg offrent un nouveau doublé à Mercedes

    En savoir plus

  • Algérie : 14 soldats tués dans une embuscade en Kabylie

    En savoir plus

Sports

Novak et le grand chelem de l’empire Djokovic

©

Texte par Emmanuel VERSACE

Dernière modification : 04/04/2011

En remportant le tournoi de Miami, le Serbe Novak Djokovic remporte une 26e victoire consécutive. Si le n°2 mondial peut s'enorgueillir de la performance sportive, en dehors des courts, la marque "Djokovic" ne s’est jamais aussi bien portée.

Avec cette 26e victoire consécutive remportée, dimanche, en finale de l’Open de Miami, le Serbe Novak Djokovic a mis un terme à l'ordre imposé par le duo "Nadalo-Fédérerien" ces six dernières année sur le tennis mondial.

Déjà trois fois tombeur de Roger Federer cette saison, le Serbe s’est confortablement installé à la deuxième place du classement ATP devant le Suisse. Ce week-end à Miami, c’était au tour de Rafael Nadal d’être la victime de la maestria du Serbe. Et pour la deuxième finale d’affilée (après Indian Wells), l’Espagnol n’a pas pu résister au jeu limé du "Djoker".

Si les fans de "Nole", autre surnom du joueur, peuvent se réjouir de ses succès sur les courts, son compte en banque aussi apprécie ce parcours sans faute en 2011. Le site Sportune.fr rapporte qu’après seulement trois mois, le champion serbe a pratiquement déjà engrangé les mêmes revenus qu’en 2010. Depuis le début de l’année, il a accumulé 3,8 millions de dollars en "prize money", soit presque autant que les 4,2 millions remportés la saison dernière.

Cafés et restaurants "Novak Djokovic"

Depuis ses débuts professionnels en 2003, Novak Djokovic a gagné, sans compter les revenus publicitaires, plus de 24 millions de dollars (source ATP) dont une partie a servi à financer la florissante société du clan Djokovic, "Family Sport". En quatre années d’existence, l’entreprise familiale est passée du statut de fondation pour la cause serbe au Kosovo à celui de société d'intérêt commercial diversifiée dans des domaines aussi variés que rentables : création de l’Open de Serbie en 2009, ouvertures à travers le pays de cafés et restaurants ‘Novak Djokovic’, distributeur officiel en Serbie de la marque de vêtements Sergio Tacchini et de l'équipementier Head, inauguration prochaine d’un centre de formation de tennis. Ce dernier projet mené à bien par le père de Novak, Srdjan Djokovic, a d’ailleurs le don d’agacer la Fédération serbe de tennis avec qui il est en guerre ouverte.

Après la victoire de l’équipe serbe sur la France en Coupe Davis, Srdjan Djokovic avait ouvertement critiqué l’actuel président de la fédération, Slobodan Zivojinovic. "Vous n'avez rien à voir avec les récents succès du tennis serbe. Vous vous moquez du dur travail que nos enfants ont dû faire pour arriver au sommet et des sacrifices qu'ont dû faire leurs parents", avait-il déclaré en décembre dernier.

Un mois plus tard, "papa" et "fiston" Djokovic appelaient au boycott de Zivojinovic aux élections à la présidence de la Fédération. Ce dernier a cependant été largement réélu pour un troisième mandat avec les voix de 502 des 690 délégués. Un camouflet pour le clan "Djokovic" qui espère bientôt imposer son diktat sur le tennis serbe grâce au centre de formation dont l’ouverture est prévue courant 2011.

Première publication : 04/04/2011

  • TENNIS

    Le tennis féminin se met à la télé-réalité sur Internet

    En savoir plus

  • TENNIS

    Novak Djokovic, toujours invaincu cette saison, remporte Indian Wells

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)