Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

  • Un projet d'attentat jihadiste déjoué contre la Commission européenne à Bruxelles

    En savoir plus

  • Vol Air Algérie : l'enquête n'a mené à "aucune piste privilégiée"

    En savoir plus

  • Yémen : couvre-feu à Sanaa, l'ONU annonce un accord de sortie de crise

    En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

  • Nigeria : assaut mortelle de Boko Haram à Mainok, dans le nord du pays

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Mondial de volley : la France battue par le Brésil en demi-finales

    En savoir plus

  • Après 47 ans d'attente, le Cameroun accueillera la CAN en 2019

    En savoir plus

  • Filière jihadiste : la PAF interpelle deux adolescentes à Marseille

    En savoir plus

  • Migrants à Calais : Londres débloque 15 millions d'euros

    En savoir plus

  • Air France : la grève des pilotes prolongée jusqu'au 26 septembre

    En savoir plus

  • Tunisie : le président Moncef Marzouki candidat à sa réélection

    En savoir plus

  • Libération des otages turcs enlevés dans le nord de l'Irak

    En savoir plus

  • Ebola : Cuba fait perdurer la tradition de l’entraide médicale

    En savoir plus

  • États-Unis : un intrus arrêté à la Maison Blanche

    En savoir plus

  • L’Ukraine et les séparatistes signent un mémorandum pour garantir le cessez-le-feu

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Washington et Téhéran discutent à New York de la lutte contre l'EI

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

Economie

Chacun veut son WikiLeaks

Texte par Sébastian SEIBT

Dernière modification : 04/04/2011

Le célèbre site WikiLeaks n'est désormais plus seul sur le créneau de la diffusion de documents confidentiels. De nombreux projets voient le jour se réclamant de l'héritage de l'illustre aîné qui peine actuellement à survivre.

WikiLeaks traverse une zone de fortes turbulences depuis la publication des câbles diplomatiques en janvier. Julian Assange, son porte-parole est sous le coup de poursuites judiciaires en Grande-Bretagne et l’organisation est dans le collimateur de l’administration Obama. Mais leur message – rendre public sur l’Internet des documents que certains voudraient garder confidentiels – se portent bien. Des clones du site original se multiplient. Tous assurent avoir mis en place un moyen sécurisé pour la transmission anonyme de documents sensibles.

L’héritage est parfois assumé à 100 %. Parmi la petite dizaine de sites qui a vu le jour depuis décembre dernier, certains poussent le mimétisme jusqu’à calquer le fameux sablier qui sert de logo à WikiLeaks. Qu’ils s’appellent BrusselsLeaks, IsraeliLeaks, BalkanLeaks, ces sites se concentrent généralement sur un pays ou une zone géographique.

Plusieurs ont déjà rencontré un certain succès. Ainsi, IndoLeaks, qui couvre l’Indonésie, a réussi un joli coup en publiant des documents gouvernementaux sur le meurtre de Munir Said Thalib, un défenseur des droits de l’Homme indonésien. En une semaine, fin décembre, il avait enregistré un million de visites. Le petit frère russe de WikiLeaks, RuLeaks, a aussi fait parler de lui en publiant, début janvier, des photos des maisons de luxe du Premier ministre Vladimir Poutine.

D’autres tentent de prendre une certaine distance avec l’organisation de Julian Assange. Fer de lance de cette vague, OpenLeaks a été fondé par Daniel Domscheit-Berg, l’ancien porte-parole de WikiLeaks. Il est devenu l’un des plus vigoureux détracteurs de Julian Assange à qui il reproche, dans un livre, d’avoir détourné l’idéal de WikiLeaks pour en faire une organisation à sa gloire. OpenLeaks conserve le principe de la soumission anonyme et sécurisée de documents confidentiels mais, contrairement à WikiLeaks, ne publie pas les scoops lui-même. Le site met actuellement en place un réseau de publications "fiables".

But politique

Des médias dits traditionnels se positionnent également sur ce créneau. La démarche de WikiLeaks ne les satisfait pas entièrement et ils ne comptent pas lui laisser le monopole de ces scoops. En France, Mediapart, le site co-fondé par l’ancien rédacteur en chef du Monde, Edwy Plenel, a ainsi lancé FrenchLeaks le 10 mars. Un projet qui veut mélanger documents bruts obtenus par la rédaction de Mediapart et informations soumises anonymement par des internautes. Le New York Times planche également depuis janvier sur un WikiLeaks à sa sauce.

Un engouement pour cette "cyber-transparence" qui donne des idées à certains pour porter un combat plus politique. Karl Rove, un influent conseiller de l’ancien président républicain G. W. Bush, a lancé la semaine dernière Wikicountability, un projet censé déterrer les vilains petits secrets de l’administration Obama. Une initiative qui peut surprendre tant les conservateurs américains ont souvent critiqué WikiLeaks, l'accusant de mettre en péril la sécurité nationale des États-Unis. C’est pourquoi Karl Rove prend bien soin de présenter son projet comme un travail collaboratif à la sauce Wikipedia. Mais il a avoué au New York Times samedi que l’organisation de Julian Assange en avait été sa principale inspiration.

Enfin, il y a les projets plus farfelus tels que HaïkuLeaks qui a décidé de résumer les câbles diplomatiques américains publiés par WikiLeaks sous forme Haïku, ces poèmes japonais très courts. PornWikiLeaks se veut, de son côté, l’héritier trash de cette grande famille. Il a commencé, ce week-end, à mettre en ligne les vrais noms de tous les acteurs de l’industrie du X et promet de révéler lesquels sont porteurs d’une maladie sexuellement transmissible.

Crédit photo : Niels Geylen/Flickr

Première publication : 04/04/2011

  • WIKILEAKS

    Julian Assange fait appel de son extradition vers la Suède

    En savoir plus

  • WIKILEAKS

    La justice américaine fait pression sur Twitter

    En savoir plus

  • INTERNET

    Des déçus de WikiLeaks lancent OpenLeaks

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)