Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

Gwendal Rouillard, Secrétaire de la commission de la Défense et des forces armées

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Bolivie : au travail dès l'âge de 10 ans

En savoir plus

DÉBAT

Manifestation en soutien à Gaza : un rassemblement test pour le gouvernement

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Andy Serkis : l'homme à l'origine du singe

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Empathie et sympathie"

En savoir plus

SUR LE NET

Gaza : Tsahal et le Hamas s'affrontent aussi en ligne

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Le tourisme, moteur de l'économie espagnole

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Come prima"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Les oubliés de Mossoul

En savoir plus

  • Air Algérie a perdu le contact avec un avion parti de Ouagadoudou

    En savoir plus

  • La Soudanaise condamnée à mort pour apostasie est arrivée en Italie

    En savoir plus

  • France : UBS mise en examen pour blanchiment de fraude fiscale

    En savoir plus

  • Un match entre Lille et le Maccabi Haifa interrompu par des pro-palestiniens

    En savoir plus

  • En images : À Alep, les cratères d'obus deviennent des "piscines" pour enfants

    En savoir plus

  • Arizona : condamné à mort, il agonise deux heures sur la table d'exécution

    En savoir plus

  • Levée de la suspension des vols américains vers Tel-Aviv

    En savoir plus

  • Tour de France : ces forçats qui ont forgé la réputation du Tourmalet

    En savoir plus

  • Sénégal : risque de famine en Casamance

    En savoir plus

  • L'ONU ouvre une enquête sur l'offensive israélienne à Gaza

    En savoir plus

  • À Paris, un rassemblement pro-palestinien sans heurts

    En savoir plus

  • Tour de France : "Depuis le temps qu'un Italien n'a pas gagné !"

    En savoir plus

  • "Le conflit israélo-palestinien est importé en France depuis longtemps"

    En savoir plus

  • Les députés adoptent la nouvelle carte des régions françaises

    En savoir plus

  • Bagdad accusé d'utiliser des "barrel bombs" contre sa population

    En savoir plus

  • Ukraine : deux avions de chasse de l'armée abattus dans l’est du pays

    En savoir plus

  • Accident d'avion à Taïwan : au moins 45 morts, dont deux Françaises

    En savoir plus

Economie

Les grands noms du Web ne veulent pas du décret sur les données de leurs utilisateurs

Texte par Sébastian SEIBT

Dernière modification : 05/04/2011

Un décret rendu en mars impose aux hébergeurs de contenus de conserver les données personnelles de leurs utilisateurs pendant un an. Pour diverses raisons, ces entreprises ont décidé de déposer un recours en annulation devant le Conseil d'État.

Les Google, Facebook, Dailymotion et une vingtaine d’autres grands noms de l’Internet actifs en France s'en prennent au législateur français. L’association Asic (Association française des services Internet communautaires), qui représente tout ce gratin numérique, a annoncé son intention de déposer un recours en annulation ce mercredi devant le Conseil d’État contre un décret rendu début mars.

Ce texte prévoit que toutes ces stars du web devront dorénavant garder pendant un an les données des utilisateurs qui se connectent à leur service. Adopté dans le cadre de la loi pour la confiance dans l'économie numérique, le décret est censé permettre d’identifier plus facilement en ligne des personnes recherchées - notamment dans le cadre des affaires de terrorisme.

Les hébergeurs de contenus – tels que Facebook ou YouTube (Google) – ainsi que les site d’e-commerce (PriceMinister, eBay) sont tenus, d’après ce texte, de remettre aux autorités, et sur simple demande, les informations recueillies sur les utilisateurs. Et la liste est impressionnante. Outre le noms, l’adresse, les dates et heures de connexions, ces sociétés doivent également conserver les mots de passe des comptes, les éventuels types de paiement utilisés, ou encore les numéros de téléphones.

La protection de la vie privée en question

Aux États-Unis, des mesures similaires existent déjà, mais il faut une décision judiciaire pour que les autorités puissent avoir accès à ces données. D'autres pays européens, comme le Royaume-Uni, ont des législations qui vont dans ce sens, mais qui ne prévoient pas une rétention de données aussi longue.

Ces opérateurs mettent en avant la protection de la vie privée pour s'en prendre à ce texte. "Cette obligation de transmettre à la police des mots de passe nous choque", a expliqué Benoît Tabaka, secrétaire général de l'Asic, lors d'une conférence de presse mardi. Outre la police, l’Urssaf, les douanes et tout autre agent de l’État impliqué dans une opération anti-terroriste peut donc demander la transmission de ces données.

Plusieurs associations de défense de la vie privée s’étaient déjà émues de la teneur de ce texte lors de sa précédente discussion à l’Assemblée nationale en 2008. Elles craignent que le décrêt serve en fait à établir des nouveaux fichiers informatiques. A l’époque, même l’Arcep (le gendarme français des télécommunications) avait rendu un avis défavorable sur ce texte, le qualifiant au passage de "flou".

Une conservation des données à la charge des hébergeurs

Mais les Facebook & Co ont aussi une raison toute pécuniaire de partir en guerre contre le décret. En effet, ces entreprises estiment que pour conserver toutes ces données pendant un an, il leur faudrait mettre en place une infrastructure coûteuse. "C’est d’autant plus cher que le délai de conservation repart à zero dès qu’un utilisateur change ces données personnelles", souligne Benoît Tabaka. Ces grands groupes estiment que c’est à l’État de supporter ce coût.

Un avis qui est partagé par l’Arcep. Dans son avis de 2008, l’organisme rappelle que le Conseil constitutionnel avait déjà estimé que c’était à l’État de mettre la main à la poche dans ce genre de cas. Reste maintenant à connaître la position du Conseil d’État. La plus haute juridiction administrative française a un an pour apporter sa pierre à ce débat.

Première publication : 05/04/2011

  • INTERNET

    Chacun veut son WikiLeaks

    En savoir plus

  • INTERNET

    Un avocat réclame 1 milliard de dollars à Facebook pour cause de "troisième intifada"

    En savoir plus

  • INTERNET

    Microsoft lance l'assaut contre Google en Europe

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)