Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

Brésil : une cyber-présidentielle sous tension

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

  • Vidéo : la Turquie "débordée" par l’afflux de réfugiés kurdes de Syrie

    En savoir plus

  • Le cessez-le-feu en Ukraine n’a encore rien d’effectif, selon l'Otan

    En savoir plus

  • Les candidats à la présidentielle afghane acceptent de partager le pouvoir

    En savoir plus

  • Attentat à la bombe près du ministère des Affaires étrangères au Caire

    En savoir plus

  • L’opposant Mikhaïl Khodorkovski envisage de gouverner la Russie

    En savoir plus

  • Sanaa instaure un couvre-feu, l'ONU annonce un accord de sortie de crise

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Bruxelles déjoue un projet d'attentat jihadiste à la Commission européenne

    En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

  • L’Ukraine et les séparatistes signent un mémorandum pour garantir le cessez-le-feu

    En savoir plus

  • Assaut mortel de Boko Haram à Mainok dans le nord du Nigeria

    En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Après 47 ans d'attente, le Cameroun accueillera la CAN en 2019

    En savoir plus

  • Air France : la grève des pilotes prolongée jusqu'au 26 septembre

    En savoir plus

  • Migrants à Calais : Londres débloque 15 millions d'euros

    En savoir plus

  • Vol Air Algérie : l'enquête n'a mené à "aucune piste privilégiée"

    En savoir plus

  • Mondial de volley : la France battue par le Brésil en demi-finales

    En savoir plus

  • Tunisie : le président Moncef Marzouki candidat à sa réélection

    En savoir plus

Economie

Les grands noms du Web ne veulent pas du décret sur les données de leurs utilisateurs

Texte par Sébastian SEIBT

Dernière modification : 05/04/2011

Un décret rendu en mars impose aux hébergeurs de contenus de conserver les données personnelles de leurs utilisateurs pendant un an. Pour diverses raisons, ces entreprises ont décidé de déposer un recours en annulation devant le Conseil d'État.

Les Google, Facebook, Dailymotion et une vingtaine d’autres grands noms de l’Internet actifs en France s'en prennent au législateur français. L’association Asic (Association française des services Internet communautaires), qui représente tout ce gratin numérique, a annoncé son intention de déposer un recours en annulation ce mercredi devant le Conseil d’État contre un décret rendu début mars.

Ce texte prévoit que toutes ces stars du web devront dorénavant garder pendant un an les données des utilisateurs qui se connectent à leur service. Adopté dans le cadre de la loi pour la confiance dans l'économie numérique, le décret est censé permettre d’identifier plus facilement en ligne des personnes recherchées - notamment dans le cadre des affaires de terrorisme.

Les hébergeurs de contenus – tels que Facebook ou YouTube (Google) – ainsi que les site d’e-commerce (PriceMinister, eBay) sont tenus, d’après ce texte, de remettre aux autorités, et sur simple demande, les informations recueillies sur les utilisateurs. Et la liste est impressionnante. Outre le noms, l’adresse, les dates et heures de connexions, ces sociétés doivent également conserver les mots de passe des comptes, les éventuels types de paiement utilisés, ou encore les numéros de téléphones.

La protection de la vie privée en question

Aux États-Unis, des mesures similaires existent déjà, mais il faut une décision judiciaire pour que les autorités puissent avoir accès à ces données. D'autres pays européens, comme le Royaume-Uni, ont des législations qui vont dans ce sens, mais qui ne prévoient pas une rétention de données aussi longue.

Ces opérateurs mettent en avant la protection de la vie privée pour s'en prendre à ce texte. "Cette obligation de transmettre à la police des mots de passe nous choque", a expliqué Benoît Tabaka, secrétaire général de l'Asic, lors d'une conférence de presse mardi. Outre la police, l’Urssaf, les douanes et tout autre agent de l’État impliqué dans une opération anti-terroriste peut donc demander la transmission de ces données.

Plusieurs associations de défense de la vie privée s’étaient déjà émues de la teneur de ce texte lors de sa précédente discussion à l’Assemblée nationale en 2008. Elles craignent que le décrêt serve en fait à établir des nouveaux fichiers informatiques. A l’époque, même l’Arcep (le gendarme français des télécommunications) avait rendu un avis défavorable sur ce texte, le qualifiant au passage de "flou".

Une conservation des données à la charge des hébergeurs

Mais les Facebook & Co ont aussi une raison toute pécuniaire de partir en guerre contre le décret. En effet, ces entreprises estiment que pour conserver toutes ces données pendant un an, il leur faudrait mettre en place une infrastructure coûteuse. "C’est d’autant plus cher que le délai de conservation repart à zero dès qu’un utilisateur change ces données personnelles", souligne Benoît Tabaka. Ces grands groupes estiment que c’est à l’État de supporter ce coût.

Un avis qui est partagé par l’Arcep. Dans son avis de 2008, l’organisme rappelle que le Conseil constitutionnel avait déjà estimé que c’était à l’État de mettre la main à la poche dans ce genre de cas. Reste maintenant à connaître la position du Conseil d’État. La plus haute juridiction administrative française a un an pour apporter sa pierre à ce débat.

Première publication : 05/04/2011

  • INTERNET

    Chacun veut son WikiLeaks

    En savoir plus

  • INTERNET

    Un avocat réclame 1 milliard de dollars à Facebook pour cause de "troisième intifada"

    En savoir plus

  • INTERNET

    Microsoft lance l'assaut contre Google en Europe

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)