Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Les incertitudes économiques d'une Écosse indépendante

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Guinée-Bissau : le président Vaz limoge le chef de l'armée

En savoir plus

REPORTERS

L’Écosse va-t-elle filer à l'anglaise ?

En savoir plus

SUR LE NET

Iran : les jeunes internautes contournent la censure

En savoir plus

DÉBAT

Lutte contre les jihadistes : faut-il s'allier avec l'Iran ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"DDay"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Kilt ou double"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Le référendum écossais, sujet sensible pour les médias britanniques

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : la force de l'ONU prend le relais de la force africaine

En savoir plus

  • Peu importe l’issue du référendum, "l’Écosse ne sera plus jamais la même"

    En savoir plus

  • "Hollande renvoie l’image de quelqu’un de trop optimiste"

    En savoir plus

  • L'Australie déjoue des meurtres projetés par l'État islamique

    En savoir plus

  • Ebola : la Française contaminée bientôt rapatriée à Paris

    En savoir plus

  • Belgique : l'euthanasie d'un violeur inquiète les partisans de la mort assistée

    En savoir plus

  • Air France : les pilotes maintiennent la pression au 4e jour de grève

    En savoir plus

  • Ajax - PSG : Lucas reconnaît avoir fait "une erreur"

    En savoir plus

  • Vidéo : à la rencontre des réfugiés syriens exilés en Turquie

    En savoir plus

  • Ukraine - Russie : Vladimir Poutine a-t-il remporté son bras de fer ?

    En savoir plus

  • Jack Ma et son Alibaba superstars de Wall Street

    En savoir plus

  • Référendum en Écosse : la presse britannique veut sauver l'Union

    En savoir plus

  • Élections en Tunisie : et revoilà les "amis" de Ben Ali

    En savoir plus

  • Des jihadistes enlèvent un soldat libanais près de la frontière syrienne

    En savoir plus

  • Nigeria : au moins dix morts dans une attaque contre une université

    En savoir plus

  • Un rapport dissèque les sommes records mises de côté par les entreprises

    En savoir plus

Afrique

L'exaspération gagne les rangs des insurgés libyens

Vidéo par Ludovic de Foucaud

Texte par Charlotte BOITIAUX

Dernière modification : 07/04/2011

Les insurgés, devant la contre-offensive des troupes de Kadhafi, ne savent plus si l'Otan est de leur côté. Des voix s’élèvent contre ce qu'ils considèrent comme un désengagement des Alliés et une diminution des frappes aériennes.

Aux oubliettes l’euphorie qui s'était emparée des rebelles libyens, lorsque le président français, en première ligne courant mars, défendait bec et ongles auprès des Alliés une intervention aérienne en Libye. Place aujourd’hui à l'incompréhension ou, pire, à l’exaspération dans les rangs des insurgés.

La raison de ce revirement ? L'insuffisance des frappes de l'intervention alliée en Libye au regard de la contre-offensive des troupes de Kadhafi. Considérés comme des héros hier, les membres de la coalition - en particulier l’Otan qui coordonne aujourd'hui l'ensemble du commandement militaire - laissent désormais les insurgés dans le doute.

Les insurgés dénoncent le désengagement de l’Otan

Pour les rebelles, "l’Otan ne frappe pas assez vite, pas assez fort", explique Mathieu Mabin, envoyé spécial de FRANCE 24 à Benghazi. "Les insurgés ne cessent de reculer." Mardi, ils ont encore perdu 10 kilomètres de terrain. "Cette situation de blocage est dénoncée par les leaders de l’insurrection qui considèrent maintenant que la responsabilité des blessés et des morts dans les prochains jours sera à imputer à l’Alliance s’il n’y a pas d’intervention plus ferme."

A Benghazi, les critiques sont à la mesure de l'attente. Mardi, pour la première fois depuis le début du conflit, une très grande partie de la population est descendue dans la rue pour exprimer son ras-le-bol de l’Otan. "C’est la première fois que les membres de ma famille manifestent, ils sont très en colère", explique Rasha Nagem, une enseignante dont la famille vit dans le fief des insurgés, contactée par FRANCE 24. "Comprenez-les, ils sont mal armés, ils ont peur, l’armée de Kadhafi est à leur portes".

L'Otan a-t-elle vraiment pris le relais de la coalition ? 

Pour Hassan, un jeune informaticien de Benghazi, également contacté par FRANCE 24, ce rassemblement de mardi s'explique par une forme de d'incompréhension. "Pourquoi la coalition a-t-elle passé le commandement à l’Otan ?", demande-t-il. "Au début des bombardements alliés, les forces de Kadhafi reculaient. Mais maintenant que l’Otan est là, on n'a que des problèmes", estime-t-il.

La France trouve cependant grâce à ses yeux. Le jeune homme nuance son propos et souligne le rôle de l'Hexagone depuis le début du conflit. "Dans les rues, les Français sont toujours populaires, les drapeaux tricolores flottent encore. C’est le premier pays à avoir reconnu le Conseil national de transition, ce n’est pas rien", ajoute-t-il.

Un point de vue que ne partagent pas tous les jeunes insurgés, comme le raconte  l’envoyée spéciale de France Info, Vanessa Descouraux, à Benghazi. Selon la journaliste, la rancœur et le sentiment d’abandon prédominent dans les rangs des rebelles. Et le président français n’est pas épargné par les critiques. "La population le trouve moins impliqué, voire carrément absent. Ses avions sont trop rares dans le ciel", explique la journaliste française en rapportant les propos d’un habitant.

"L’Otan a laissé mourir les habitants de Misrata"

L’exaspération gagne même le haut commandement des forces armées de l’insurrection. Mardi, le général Abdel Fattah Younès avait déjà lâché la phrase qui fâche : "L’Otan a laissé mourir les habitants de Misrata", avait-il déclaré lors d’une conférence de presse. Une accusation d’une violence sans précédent qui a fait écho à la déclaration de l’Alliance atlantique selon laquelle la troisième ville du pays devenait "la priorité numéro un" des alliés.

Misrata, bastion du régime Kadhafi, est intensément bombardée depuis quelques jours par l’armée de Kadhafi. "Sous l’œil passif de l’Otan", selon Hassan. Les rebelles estiment que plus de 200 personnes ont péri dans les combats. "Il faut vraiment agir. Trop de sang a déjà coulé", déplore le jeune Libyen. "Vous n’imaginez pas. C’est un massacre qui se déroule actuellement là-bas".

Première publication : 06/04/2011

  • LIBYE

    L'Otan s'engage à protéger les civils de Misrata

    En savoir plus

  • LIBYE

    L'Otan estime que Kadhafi aurait perdu 30% de ses capacités militaires

    En savoir plus

  • LIBYE

    Nouvelles frappes aériennes de l'Otan dans la région de Brega

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)