Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

Noël : les jouets connectés au pied du sapin

En savoir plus

SUR LE NET

Le rapprochement avec Cuba divise la Toile américaine

En savoir plus

REPORTERS

Argentine : le bilan Kirchner

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Les "MarocLeaks" inquiètent le pouvoir marocain

En savoir plus

#ActuElles

Jouets sexistes : le marketing des fabricants en cause

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Joyeux Noël... laïc !

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Cuba - États-Unis : la fin de la guerre froide ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

La Grèce fait trembler les marchés

En savoir plus

À L’AFFICHE !

La personnalité tourmentée de "Mr. Turner"

En savoir plus

EUROPE

Naufrage meurtrier d'un bateau de migrants au large de Lampedusa

Texte par Dépêche

Dernière modification : 07/04/2011

Un bateau transportant 200 à 300 migrants a fait naufrage à 70 kilomètres au sud-ouest de Lampedusa en raison de conditions météorologiques difficiles. Seuls 48 migrants ont été repêchés vivants, une vingtaine de cadavres ont déjà été repérés.

AFP - Environ 150 réfugiés somaliens ou érythréens sont morts ou portés disparus mercredi et seule une cinquantaine a pu être sauvée après le naufrage en Méditerranée de leur embarcation en provenance de Libye, ont indiqué les autorités italiennes.

L'Organisation internationale pour les migrations (OIM), citant des réfugiés secourus, a pour sa part indiqué qu'"environ 300 personnes" se trouvaient à bord, ce qui porterait le bilan à environ 250 morts ou disparus.

A Strasbourg, les députés européens ont observé mercredi une minute de silence "à la mémoire des victimes de l'immigration".

"Nous avons repéré une vingtaine de corps et nous avons secouru et tiré vivantes de la mer 48 personnes", a déclaré à l'AFP le capitaine de vaisseau Vittorio Alessandro, porte-parole des garde-côtes à Lampedusa.

Trois autres immigrés ont été sauvés par un bateau de pêche italien.

Les premiers rescapés, dont une femme enceinte, ont été amenés en fin de matinée sur la petite île italienne de Lampedusa où certains, épuisés, en état de choc et en hypothermie, ont reçu des soins médicaux et des boissons chaudes.

Les premiers témoignages sont poignants. Un jeune Somalien, Karim, mimant le coup de poing du boxeur, a raconté à l'agence Ansa avoir été obligé de se défendre de deux compagnons de voyage ne sachant pas nager qui s'agrippaient à lui dans l'eau.

"L'embarcation italienne est arrivée très lentement, ses moteurs éteints, jusqu'à un mètre de la nôtre. Nous avons bougé, notre barque s'est cassée et nous sommes tombés à la mer", raconte un autre survivant, qui dit avoir perdu sa femme et son fils de trois ans dans la tragédie.

"C'était l'enfer. J'avais de l'eau plein la bouche mais j'ai réussi à flotter", a renchéri Peter Ugo, 29 ans, selon lequel il y avait "au moins trois enfants et de nombreuses femmes" à bord.

L'embarcation de seulement 13 mètres de long était partie il y a deux jours de Zuwarah en Libye, et transportait environ 200 réfugiés, selon les garde-côtes. Elle se trouvait à quelque 70 km au sud-ouest de Lampedusa quand elle a chaviré.

A cause de la tempête, de la houle et de "l'excitation à bord de l'embarcation", "le bateau s'est retourné et les personnes à bord sont tombées à l'eau", a expliqué le capitaine Alessandro. Dans l'après-midi, environ 130 d'entre elles étaient toujours portées disparues.

Le prêtre érythréen Mussie Zerai, surnommé Don Mosé en Italie et fondateur à Rome de l'organisation humanitaire Habeshia s'occupant de réfugiés africains, a dénoncé des "morts évitables".

"Ces morts étaient et sont évitables, si l'Europe nous avait écoutés avant le début des bombardements (en Libye, ndlr) quand nous demandions l'évacuation de tous les réfugiés de l'Afrique sub-saharienne qui se trouvaient piégés dans les villes libyennes", a-t-il dit dans un communiqué.

Selon des jésuites maltais, quelque 70 corps ont été repêchés jeudi dernier sur les côtes libyennes près de Tripoli et enterrés immédiatement, sans qu'il soit possible de les identifier.

Il n'existe pas de chiffres officiels sur les victimes lors des traversées depuis l'Afrique, mais l'association caritative italienne Fortress estime qu'au moins 3.616 personnes sont mortes en Méditerranée entre 2006 et 2008 en tentant de rejoindre les côtes européennes.

Or depuis janvier, avec la chute du président tunisien Zine El Abidine Ben Ali et l'insurrection en Libye, l'Italie est confrontée à un afflux exceptionnel d'immigrants, avec plus de 22.000 débarquements, essentiellement en provenance de Tunisie.

Ces dernières semaines, près de 2.000 réfugiés africains (Somaliens et surtout Erythréens) sont également arrivés en provenance des côtes libyennes.

 

Première publication : 06/04/2011

  • ITALIE

    Berlusconi promet l'évacuation rapide des immigrés de Lampedusa

    En savoir plus

  • ITALIE - REPORTAGE

    Lampedusa, étape d’un long périple vers l’Europe

    En savoir plus

  • ITALIE - REPORTAGE

    À Lampedusa, les insulaires attendent le calme après la tempête médiatique

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)