Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

À L’AFFICHE !

"Mariana", blessures chiliennes

En savoir plus

FOCUS

Niger : Agadez, perle du désert devenue hub migratoire

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Morales : "Le retrait des États-Unis de l’Accord de Paris sur le climat, un signe de mépris"

En savoir plus

FACE À FACE

La droite est-elle de retour avec Laurent Wauquiez ?

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

France : coup d'envoi de la réforme de l'assurance-chômage

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Une femme "moderne" ne peut pas être victime de violences conjugales"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"L'argent, tabou des députés"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Climat : faut-il encore rappeler l'urgence de la situation?

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Léonard She Okitundu : "La RDC n'exclut pas des mesures de rétorsion contre l'UE"

En savoir plus

Economie

Lisbonne veut rassurer les marchés après avoir levé un milliard d'euros

Texte par Dépêche

Dernière modification : 06/04/2011

Le Portugal a pu lever 1 milliard d'euros sur les marchés financiers mais à des taux d'intérêt historiquement élevés. Peu après cette opération, le gouvernement a assuré que le pays "était en mesure d'honorer ses engagements".

AFP - L'Etat portugais est "en mesure d'assurer ses engagements financiers", a affirmé mercredi le ministère des Finances, alors que les marchés s'inquiètent d'une éventuelle rupture de financement avant d'importantes échéances de dette prévues d'ici mi-juin.

Dans une note, publiée peu après la levée d'un milliard d'euros de dette à court terme, marquée par des taux d'intérêt record, le ministère des Finances estime que cette émission "a confirmé la détérioration des conditions de financement provoquées par le rejet" au parlement du programme d'austérité devant "garantir" la réduction des déficits et éviter le recours à un plan de sauvetage financier.

Ce vote avait entraîné la démission le 23 mars du gouvernement socialiste de José Socrates, désormais chargé des "affaires courantes" jusqu'à l'entrée en fonction d'un nouvel exécutif issu des législatives anticipées prévues le 5 juin prochain.

"Les taux d'intérêt actuels permettent de conclure que les dégâts causés par le rejet du programme sont irréparables", estime le ministère des Finances, qui assure toutefois que l'Etat parvient toujours à se financer et est "en mesure d'assurer les engagements financiers prévus".

D'ici la mi-juin, l'Etat portugais doit faire face à d'importantes échéances de dette, devant rembourser 4,2 milliards d'euros le 15 avril et 4,9 milliards le 15 juin.

C'est la première fois que le gouvernement portugais affirme publiquement être capable de faire face à ces échéances.

Au delà de ces créances extérieures, le gouvernement portugais affirme qu'il "continue d'accompagner en permanence, en lien avec la Banque du Portugal, la situation du système bancaire et ses conditions de financement" et se dit prêt à "prendre toutes toutes les mesures à sa portée pour assurer la liquidité et les conditions de financement de l'économie".
 

Première publication : 06/04/2011

  • FINANCES

    Le Brésil pourrait soulager le Portugal de certaines dettes

    En savoir plus

  • ZONE EURO

    Le Portugal a-t-il besoin de 75 milliards d'euros ?

    En savoir plus

  • ZONE EURO

    Les économies fragiles de l'Union européenne au menu des discussions à Bruxelles

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)