Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

  • Yémen : couvre-feu à Sanaa, l'ONU annonce un accord de sortie de crise

    En savoir plus

  • Nigeria : assaut mortelle de Boko Haram à Mainok, dans le nord du pays

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Vol Air Algérie : l'enquête n'a mené à "aucune piste privilégiée"

    En savoir plus

  • Mondial de volley : la France battue par le Brésil en demi-finales

    En savoir plus

  • Après 47 ans d'attente, le Cameroun accueillera la CAN en 2019

    En savoir plus

  • Filière jihadiste : la PAF interpelle deux adolescentes à Marseille

    En savoir plus

  • Migrants à Calais : Londres débloque 15 millions d'euros

    En savoir plus

  • Air France : la grève des pilotes prolongée jusqu'au 26 septembre

    En savoir plus

  • Tunisie : le président Moncef Marzouki candidat à sa réélection

    En savoir plus

  • Libération des otages turcs enlevés dans le nord de l'Irak

    En savoir plus

  • Ebola : Cuba fait perdurer la tradition de l’entraide médicale

    En savoir plus

  • États-Unis : un intrus arrêté à la Maison Blanche

    En savoir plus

  • L’Ukraine et les séparatistes signent un mémorandum pour garantir le cessez-le-feu

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Washington et Téhéran discutent à New York de la lutte contre l'EI

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

Afrique

Ouattara impose un blocus à Gbagbo et promet de sécuriser Abidjan

Texte par Dépêche

Dernière modification : 08/04/2011

Dans une allocution télévisée, le président ivoirien reconnu par la communauté internationale a annoncé la mise en place d'un blocus autour de la résidence de Laurent Gbagbo. Tout en exhortant ses compatriotes à l'unité.

AFP - Alassane Ouattara, président de Côte d'Ivoire internationalement reconnu, a appelé jeudi soir à la réconciliation de tous les Ivoiriens, dans une allocution solennelle à la nation, faute d'avoir obtenu la reddition de son rival Laurent Gbagbo, qu'il veut soumettre à un blocus.

Victimes pro-Gbagbo trouvées dans la brousse

A Washington, la secrétaire d'Etat américaine, Hillary Clinton, s'est associée au secrétaire général des Nations unies Ban Ki-moon pour dénoncer "les attaques inacceptables contre des casques bleus de l'ONU" en Côte d'Ivoire, a indiqué jeudi Mark Toner, porte-parole du Département d'Etat américain.

Alassane Ouattara prenait la parole pour la première fois devant les Ivoiriens depuis l'aggravation de la crise post-électorale en Côte d'Ivoire, qui a dégénéré en affrontements extrêmement violents entre les deux camps et plongé la capitale économique Abidjan dans l'effroi et le chaos.

Il a annoncé qu'"un blocus a été établi autour (du) périmètre" de la résidence présidentielle où Laurent Gbagbo "s'est retranché avec des armes lourdes et des mercenaires". L'objectif est "de sécuriser les habitants de ce quartier" d'Abidjan, a-t-il précisé dans ce discours télévisé.

Le nouvel homme fort de la Côte d'Ivoire, dont la victoire à l'élection présidentielle du 28 novembre a été reconnue par l'immense majorité de la communauté internationale, espère ramener le calme et la sécurité à Abidjan.

Il a indiqué avoir demandé aux responsables de ses forces "de prendre toutes les dispositions pour assurer le maintien de l'ordre et la sécurité des biens", ainsi que la liberté de mouvement dans le pays.

"Le couvre-feu sera allégé à partir de vendredi 8 avril en vue de permettre un retour progressif à la normalité", a aussi annoncé Alassane Ouattara, en appelant de ses voeux une "reprise de l'activité économique".

La ville est paralysée depuis plusieurs jours, et les habitants restent terrés chez eux.

Après l'impasse politique et l'enlisement militaire, Abidjan est confrontée à l'urgence humanitaire. Autrefois prospère, la ville est livrée aux pillards, les cadavres ne sont pas ramassés, le système de santé s'est effondré, l'eau et l'électricité sont souvent coupées et les réserves de nourriture baissent rapidement.

Traversée d'Abidjan avec les forces pro-Ouattara
Lourdement armés, les fidèles de M. Gbagbo avaient réussi mercredi à repousser l'assaut des forces d'Alassane Ouattara, qui contrôlent désormais l'ensemble du pays. Laurent Gbagbo dispose encore d'"un petit millier" d'hommes à Abidjan, dont environ 200 à sa résidence transformée en bunker, selon le ministre français de la Défense, Gérard Longuet.

Mais au cours de leur progression rapide depuis le nord du pays, les combattants se réclamant d'Alassane Ouattara ont été accusés de crimes et de massacres à grande échelle, notamment dans la ville de Duekoué (ouest) où plusieurs centaines de personnes ont été tuées le 29 mars, selon diverses agences humanitaires.

"La lumière sera faite sur tous les massacres et les crimes", a promis jeudi soir Alassane Ouattara. "Les auteurs des crimes seront sanctionnés", a-t-il insisté, demandant à ses troupes "d'être exemplaires dans leur comportement, de s'abstenir de tout crime, de toutes violences contre les populations ou de tout acte de pillage".

"J'invite tous mes compatriotes à s'abstenir de tout acte de vengeance", a-t-il aussi déclaré. "La Côte d'Ivoire est une et indivisible", a-t-il assuré, en s'engageant à être le président "de tous les Ivoiriens", qu'ils soient musulmans comme lui, chrétiens comme Laurent Gbagbo, ou d'une autre confession.

Cet appel à la réconciliation fait suite à de multiples pressions en ce sens, notamment de la France, ancienne puissance coloniale. Cela fait plusieurs jours que le chef de la diplomatie française, Alain Juppé, avait annoncé qu'Alassane Ouattara allait s'exprimer pour appeler son peuple à l'unité afin de relancer la reconstruction du pays.

La situation sécuritaire restait extrêmement fragile jeudi à Abidjan. Plusieurs pays ont demandé à la France, qui dispose sur place d'une force de 1.700 militaires, d'aider à l'exfiltration de leurs diplomates ou à l'évacuation de leurs ressortisssants.

Dans la nuit de mercredi à jeudi, l'ambassadeur du Japon et sept de ses collaborateurs ont été secourus par la force française Licorne dans ses bâtiments situés à proximité de la résidence de Laurent Gbagbo.

La France dit avoir alors "riposté" à des "tirs nourris des forces pro-Gbagbo". Mais selon une source militaire occidentale, durant près d'une heure et demie, elle "a profité de l'occasion pour traiter un maximum d'objectifs de façon à réduire le potentiel de résistance de la résidence".

Lundi, les hélicoptères français étaient entrés en action aux côtés de la mission de l'ONU en Côte d'Ivoire (environ 10.000 hommes) pour attaquer les derniers bastions de Gbagbo, détruire ses armes lourdes et protéger les civils.

Lors de son allocution, Alassane Ouattara s'est aussi prononcé pour le redémarrage rapide de l'économie du premier exportateur mondial de cacao.

"J'ai demandé que les sanctions de l'Union européenne sur le port d'Abidjan et San Pedro et sur certaines entités publiques du fait du régime illégitime de Laurent Gbagbo soient levées", a-t-il dit.

A Washington, Hillary Clinton et Ban Ki-moon ont également "passé en revue les efforts internationaux pour soutenir le peuple ivoirien et obliger Laurent Gbagbo à se retirer immédiatement", a indiqué le département d'Etat dans un communiqué.

"Ils ont également mis l'accent sur l'obligation pour la communauté internationale de répondre généreusement à l'augmentation de plus en plus importante des besoins humanitaires" dans ce pays.

Première publication : 08/04/2011

  • CÔTE D'IVOIRE

    Plus de 100 corps retrouvés par l'ONU dans l'ouest du pays

    En savoir plus

  • CÔTE D'IVOIRE

    Comment les forces pro-Ouattara ont préparé l’offensive contre Gbagbo

    En savoir plus

  • CÔTE D'IVOIRE

    Vague de solidarité dans le sillage du fil #CIVsocial sur Twitter

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)