Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Manuel Valls fait disparâitre ses tweets...

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Barack Obama, en costume clair et sans stratégie

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 29 août (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 29 août (Partie 1)

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Laurent Fabius sur France 24 : le ministre s'exprime sur la diplomatie française

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Emmanuel Macron, nouvel homme fort de Bercy

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

La preuve par l'image de "l'invasion" russe en Ukraine

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Les ennemis de mes ennemis ne sont pas mes amis"

En savoir plus

FOCUS

Ces chrétiens d'Irak qui commencent leur nouvelle vie en France

En savoir plus

  • Les États-Unis appellent à une coalition mondiale contre l'État islamique

    En savoir plus

  • Université d'été du PS : militants désorientés recherchent parti unifié

    En savoir plus

  • Affaire Tapie : le FMI renouvelle sa confiance à Christine Lagarde

    En savoir plus

  • Grande Guerre : l'exode oublié des Belges en France

    En savoir plus

  • Un premier cas d'Ebola détecté au Sénégal

    En savoir plus

  • Laurent Fabius sur France 24 : "Il faut être ferme face à la Russie"

    En savoir plus

  • Ukraine : des femmes de soldats russes sans nouvelles de leurs maris

    En savoir plus

  • Un enfant britannique atteint d'une tumeur est recherché en France

    En savoir plus

  • L'Ukraine va lancer les procédures d'adhésion à l'Otan

    En savoir plus

  • Le nombre de réfugiés syriens atteint le chiffre record de trois millions

    En savoir plus

  • Golan : 43 Casques bleus pris en otage, la force onusienne prête à se défendre

    En savoir plus

  • Google fait décoller le rêve des drones livreurs

    En savoir plus

  • Nintendo renouvelle sa gamme de consoles portables

    En savoir plus

  • Judo : la Française Audrey Tcheuméo laisse filer la médaille d'or

    En savoir plus

  • Ligue Europa : fortunes diverses au tirage pour Lille, Saint-Étienne et Guingamp

    En savoir plus

  • Maroc : une autoroute bloquée 14 jours pour tourner "Mission : Impossible 5"

    En savoir plus

  • Quand le Canada et la Russie jouent les profs de géographie sur Twitter

    En savoir plus

  • Isolés, les pays touchés par Ebola peinent à faire face à l'épidémie

    En savoir plus

Economie

"La BCE agit trop tôt en augmentant son taux directeur"

Vidéo par FRANCE 24

Texte par Sébastian SEIBT

Dernière modification : 07/04/2011

La Banque centrale européenne a augmenté son taux directeur pour la première fois depuis le début de la crise en 2008. Elle invoque la nécessité de lutter contre l’inflation. Un pari risqué.

Pour la première fois depuis le début de la crise, la Banque centrale a relevé jeudi son taux directeur de 1 à 1,25 % afin de lutter contre l'inflation en Europe. Un pari risqué pour Christophe Blot, spécialiste de l'économine européenne à l'OFCE (Office français des conjonctures économiques).

FRANCE 24 : C’est la première fois depuis le début de la crise que la BCE va augmenter ces taux directeurs, pourquoi ?

Christophe Blot : Jean-Claude Trichet, le président de la Banque centrale européenne, a fait comprendre qu’il était temps de lutter contre l’inflation dans la zone euro. Depuis le début de l’année elle est de 2,4 % alors que l’objectif de la BCE est de maintenir l’inflation à 2 %. En augmentant le taux directeur, même de 0,25 % comme ce devrait être le cas, Jean-Claude Trichet espère freiner cette tendance.

C’est une approche discutable car l’inflation actuelle est uniquement due à l’augmentation des prix du pétrole et c’est par définition un indicateur très volatile. Si on enlève le prix du pétrole et le prix des denrées alimentaires, volatile également, l’inflation n’est que de 1 %. En ne prenant pas en compte cet élément, la BCE adopte une réflexion uniquement à court terme, alors qu’elle est censée réfléchir à moyen-terme. De plus si on regarde à l’étranger, notamment aux États-Unis et en Grande-Bretagne, les banques centrales ne sont pas aussi strictes sur les objectifs de lutte contre l’inflation.

F24 : Le faible taux directeur qui a été celui de la BCE jusqu'à présent était censé favoriser la croissance en période de crise. Est-ce que son relèvement suggère que la crise est finie selon la banque centrale ?

C.B. : On peut se le demander. En effet, une autre raison pour remonter le taux indicateur est que la BCE a toujours estimé que la politique monétaire avant la crise était trop laxiste. Elle a souvent expliqué qu’avec des taux d’intérêt trop bas, les crédits avaient coulé à flot et avaient favorisé l’émergence de bulles [immobilière, spéculatives] qui ont joué un rôle dans le déclenchement de la crise. Donc en relevant le taux, on peut penser que la banque centrale estime qu’elle doit maintenant travailler à éviter de nouvelles bulles plutôt que de soutenir la croissance.

F24 : Pourtant, on peut difficilement dire que l’Europe est en pleine croissance…

C.B. : C’est en effet une question de timing. Je pense que la BCE agit trop tôt. En augmentant ses taux, les banques devront payer plus cher pour se financer alors que le secteur bancaire en Europe est encore très fragile. De plus, à terme, les banques vont augmenter les taux auxquels ils prêtent de l’argent, ce qui ne va pas améliorer le pouvoir d’achat. Si on rajoute à cela tous les plans de rigueur décidés dans les pays de la zone euro, c’est un pari très risqué que fait la BCE. Et tout ça alors que l’inflation n’est pas si forte que ça !

Première publication : 07/04/2011

  • ZONE EURO

    Les banques irlandaises toujours en mal d'argent

    En savoir plus

  • BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE

    La "curieuse" sortie de Jean-Claude Trichet sur le gel des salaires

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)