Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Le Premier ministre écossais annonce sa démission au lendemain du référendum

    En savoir plus

  • Le Tchad accuse l'ONU d'utiliser ses soldats comme "bouclier" au Mali

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

  • Washington et Téhéran discutent à New York de la lutte contre l'EI

    En savoir plus

  • Wall Street : début en fanfare pour le géant chinois Alibaba

    En savoir plus

  • Ebola : les 6,5 millions d'habitants de Sierra Leone assignés à résidence

    En savoir plus

  • Quand Hollande se targue d’influencer la politique économique européenne

    En savoir plus

  • Référendum en Écosse : les indépendantistes n'ont pas tout perdu

    En savoir plus

  • Sarkozy revient-il pour "tout changer" ou "se sauver" ?

    En savoir plus

  • Visé par une enquête, Zidane pourrait être privé de banc de touche

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Les bataillons "bénévoles" de Kiev : une force imprévisible

    En savoir plus

  • Irak : combattants kurdes recherchent armes lourdes désespérément

    En savoir plus

  • Barack Obama salue la France, "un partenaire solide contre le terrorisme"

    En savoir plus

Economie

"La BCE agit trop tôt en augmentant son taux directeur"

Vidéo par FRANCE 24

Texte par Sébastian SEIBT

Dernière modification : 07/04/2011

La Banque centrale européenne a augmenté son taux directeur pour la première fois depuis le début de la crise en 2008. Elle invoque la nécessité de lutter contre l’inflation. Un pari risqué.

Pour la première fois depuis le début de la crise, la Banque centrale a relevé jeudi son taux directeur de 1 à 1,25 % afin de lutter contre l'inflation en Europe. Un pari risqué pour Christophe Blot, spécialiste de l'économine européenne à l'OFCE (Office français des conjonctures économiques).

FRANCE 24 : C’est la première fois depuis le début de la crise que la BCE va augmenter ces taux directeurs, pourquoi ?

Christophe Blot : Jean-Claude Trichet, le président de la Banque centrale européenne, a fait comprendre qu’il était temps de lutter contre l’inflation dans la zone euro. Depuis le début de l’année elle est de 2,4 % alors que l’objectif de la BCE est de maintenir l’inflation à 2 %. En augmentant le taux directeur, même de 0,25 % comme ce devrait être le cas, Jean-Claude Trichet espère freiner cette tendance.

C’est une approche discutable car l’inflation actuelle est uniquement due à l’augmentation des prix du pétrole et c’est par définition un indicateur très volatile. Si on enlève le prix du pétrole et le prix des denrées alimentaires, volatile également, l’inflation n’est que de 1 %. En ne prenant pas en compte cet élément, la BCE adopte une réflexion uniquement à court terme, alors qu’elle est censée réfléchir à moyen-terme. De plus si on regarde à l’étranger, notamment aux États-Unis et en Grande-Bretagne, les banques centrales ne sont pas aussi strictes sur les objectifs de lutte contre l’inflation.

F24 : Le faible taux directeur qui a été celui de la BCE jusqu'à présent était censé favoriser la croissance en période de crise. Est-ce que son relèvement suggère que la crise est finie selon la banque centrale ?

C.B. : On peut se le demander. En effet, une autre raison pour remonter le taux indicateur est que la BCE a toujours estimé que la politique monétaire avant la crise était trop laxiste. Elle a souvent expliqué qu’avec des taux d’intérêt trop bas, les crédits avaient coulé à flot et avaient favorisé l’émergence de bulles [immobilière, spéculatives] qui ont joué un rôle dans le déclenchement de la crise. Donc en relevant le taux, on peut penser que la banque centrale estime qu’elle doit maintenant travailler à éviter de nouvelles bulles plutôt que de soutenir la croissance.

F24 : Pourtant, on peut difficilement dire que l’Europe est en pleine croissance…

C.B. : C’est en effet une question de timing. Je pense que la BCE agit trop tôt. En augmentant ses taux, les banques devront payer plus cher pour se financer alors que le secteur bancaire en Europe est encore très fragile. De plus, à terme, les banques vont augmenter les taux auxquels ils prêtent de l’argent, ce qui ne va pas améliorer le pouvoir d’achat. Si on rajoute à cela tous les plans de rigueur décidés dans les pays de la zone euro, c’est un pari très risqué que fait la BCE. Et tout ça alors que l’inflation n’est pas si forte que ça !

Première publication : 07/04/2011

  • ZONE EURO

    Les banques irlandaises toujours en mal d'argent

    En savoir plus

  • BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE

    La "curieuse" sortie de Jean-Claude Trichet sur le gel des salaires

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)