Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Raids aériens, roquettes et propagande

En savoir plus

DÉBAT

Soudan du Sud : l'avenir sombre d'un pays jeune de trois ans (partie 2)

En savoir plus

DÉBAT

Soudan du Sud : l'avenir sombre d'un pays jeune de trois ans (partie 1)

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Rwanda : les juges français mettent fin à l'instruction sur la mort de l'ex président Habyarimana

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Le cauchemar de la Seleçao

En savoir plus

FOCUS

La charia a-t-elle sa place dans le droit britannique?

En savoir plus

SUR LE NET

Kenya : l'opposition manifeste pour plus de démocratie

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Qu’est ce qu’on a fait au bon Dieu ?" : décryptage d’un phénomène

En savoir plus

DÉBATS POLITIQUES EN FRANCE

L'UMP en crise : entre dette et règlements de compte

En savoir plus

  • L'Argentine rejoint l'Allemagne en finale du Mondial

    En savoir plus

  • Terrorisme : la France se protège contre "les loups solitaires"

    En savoir plus

  • Tour de France : Chris Froome, vainqueur du Tour 2013, abandonne

    En savoir plus

  • Soudan du Sud : la trahison des héros de l’indépendance

    En savoir plus

  • Tueur à gage et flèche empoisonnée : les mystères de la tuerie de Chevaline

    En savoir plus

  • Rwanda : clôture de l’enquête française sur l’attentat contre Habyarimana

    En savoir plus

  • Les Femen poursuivies pour avoir dégradé les cloches de Notre-Dame de Paris

    En savoir plus

  • Cinquante-trois cadavres découverts par l’armée dans le centre de l’Irak

    En savoir plus

  • Jean-Baptiste de Franssu, ce Français nommé à la tête de la banque du Vatican

    En savoir plus

  • Brésil - Allemagne : "Les joueurs brésiliens ont souillé un maillot sacré"

    En savoir plus

  • Mondial-2014 : en Allemagne, une victoire jugée "inimaginable”

    En savoir plus

  • Le Hamas vise Jérusalem et Tel-Aviv, Israël poursuit ses raids

    En savoir plus

  • Présidentielle indonésienne : les deux candidats revendiquent la victoire

    En savoir plus

  • La Coalition nationale syrienne a élu un nouveau chef

    En savoir plus

  • Au 30 juin, la dette de l’UMP a atteint 74,5 millions d’euros

    En savoir plus

  • Pour Kiev, "la 'libération' de Donetsk risque de poser des problèmes"

    En savoir plus

  • Somalie : un assaut shebab sur le palais présidentiel repoussé

    En savoir plus

Economie

"La BCE agit trop tôt en augmentant son taux directeur"

©

Vidéo par FRANCE 24

Texte par Sébastian SEIBT

Dernière modification : 07/04/2011

La Banque centrale européenne a augmenté son taux directeur pour la première fois depuis le début de la crise en 2008. Elle invoque la nécessité de lutter contre l’inflation. Un pari risqué.

Pour la première fois depuis le début de la crise, la Banque centrale a relevé jeudi son taux directeur de 1 à 1,25 % afin de lutter contre l'inflation en Europe. Un pari risqué pour Christophe Blot, spécialiste de l'économine européenne à l'OFCE (Office français des conjonctures économiques).

FRANCE 24 : C’est la première fois depuis le début de la crise que la BCE va augmenter ces taux directeurs, pourquoi ?

Christophe Blot : Jean-Claude Trichet, le président de la Banque centrale européenne, a fait comprendre qu’il était temps de lutter contre l’inflation dans la zone euro. Depuis le début de l’année elle est de 2,4 % alors que l’objectif de la BCE est de maintenir l’inflation à 2 %. En augmentant le taux directeur, même de 0,25 % comme ce devrait être le cas, Jean-Claude Trichet espère freiner cette tendance.

C’est une approche discutable car l’inflation actuelle est uniquement due à l’augmentation des prix du pétrole et c’est par définition un indicateur très volatile. Si on enlève le prix du pétrole et le prix des denrées alimentaires, volatile également, l’inflation n’est que de 1 %. En ne prenant pas en compte cet élément, la BCE adopte une réflexion uniquement à court terme, alors qu’elle est censée réfléchir à moyen-terme. De plus si on regarde à l’étranger, notamment aux États-Unis et en Grande-Bretagne, les banques centrales ne sont pas aussi strictes sur les objectifs de lutte contre l’inflation.

F24 : Le faible taux directeur qui a été celui de la BCE jusqu'à présent était censé favoriser la croissance en période de crise. Est-ce que son relèvement suggère que la crise est finie selon la banque centrale ?

C.B. : On peut se le demander. En effet, une autre raison pour remonter le taux indicateur est que la BCE a toujours estimé que la politique monétaire avant la crise était trop laxiste. Elle a souvent expliqué qu’avec des taux d’intérêt trop bas, les crédits avaient coulé à flot et avaient favorisé l’émergence de bulles [immobilière, spéculatives] qui ont joué un rôle dans le déclenchement de la crise. Donc en relevant le taux, on peut penser que la banque centrale estime qu’elle doit maintenant travailler à éviter de nouvelles bulles plutôt que de soutenir la croissance.

F24 : Pourtant, on peut difficilement dire que l’Europe est en pleine croissance…

C.B. : C’est en effet une question de timing. Je pense que la BCE agit trop tôt. En augmentant ses taux, les banques devront payer plus cher pour se financer alors que le secteur bancaire en Europe est encore très fragile. De plus, à terme, les banques vont augmenter les taux auxquels ils prêtent de l’argent, ce qui ne va pas améliorer le pouvoir d’achat. Si on rajoute à cela tous les plans de rigueur décidés dans les pays de la zone euro, c’est un pari très risqué que fait la BCE. Et tout ça alors que l’inflation n’est pas si forte que ça !

Première publication : 07/04/2011

  • ZONE EURO

    Les banques irlandaises toujours en mal d'argent

    En savoir plus

  • BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE

    La "curieuse" sortie de Jean-Claude Trichet sur le gel des salaires

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)