Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Libération de Karim Wade : une décision dénoncée par des militants anti-corruption

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Condamnation de Moïse Katumbi : l'opposition dénonce un "harcèlement"

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Dans les coulisses des palaces parisiens

En savoir plus

LE DÉBAT

Le Royaume-Uni quitte l'Union Européenne, un pays et une Europe sous le choc

En savoir plus

TECH 24

Fintech : quand les startups font trembler la banque

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Brexit : le saut dans l'inconnu (Partie 2)

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Brexit : le saut dans l'inconnu (Partie 1)

En savoir plus

POLITIQUE

Jean-Vincent Placé : « Refaire passer le chef de l’État par une primaire ne me paraît pas logique »

En savoir plus

POLITIQUE

Jean-Vincent Placé : « Nous sommes arrivés à un moment où il n’y a plus de débat démocratique ni de dialogue social »

En savoir plus

Santé

500 000 bébés africains naissent chaque année avec une maladie du sang

Texte par Dépêche

Dernière modification : 07/04/2011

La drépanocytose, maladie génétique du sang, mortelle dans 60 % à 80 % des cas, toucherait chaque année 500 000 bébés en Afrique. Les ministres africains de la Santé étaient réunis mercredi à Brazzaville pour trouver des solutions.

AFP - Quelque 500.000 bébés naissent chaque année en Afrique avec la drépanocytose, une grave maladie génétique du sang, a déclaré mercredi à Brazzaville le directeur régional de l'Organisation mondiale de la santé (OMS/Afro), le Dr Luis Gomes Sambo.

"La prévalence du trait drépanocytaire peut atteindre jusqu'à 40% de la population dans certaines communautés. Chaque année, plus de 500.000 bébés naissent avec la drépanocytose dont 60% a 80% meurent avant l'âge de 5 ans", a déclaré le Dr Gomes Sambo, à l'ouverture d'une réunion des ministres africains de la santé consacrée aux maladies non transmissibles.

La conférence regroupe une trentaine de ministres qui doivent préparer une position commune du continent à la réunion mondiale sur ces maladies héréditaires prévue fin avril a Moscou.

La répétition de crises de drépanocytose (maladie héritée par l'enfant quand ses deux parents, "porteurs sains", présentent une mutation d'un gène de l'hémoglobine) peut entraîner de sévères lésions des reins, des poumons, des os, du système nerveux central.

"Dans la plupart des cas les couples ignorent qu'ils sont porteurs du trait drépanocytaire, soit a cause du manque d'information, soit à cause de l'absence des moyens de dépistage", a expliqué le Dr Gomes Sambo, directeur de l'OMS pour l'Afrique.

Les maladies non transmissibles (maladies cardio-vasculaires, diabète, maladies respiratoires chroniques, cancers, drépanocytose, maladies mentales, violences et traumatismes) représentent "un lourd fardeau" pour les pays en développement, notamment en Afrique, a souligné le médecin, en réclamant davantage d'investissements.

Selon l'OMS, 35 millions de personnes souffrent des maladies cardio-vasculaires dans la région et un million en meurent chaque année.

On estime à 10 millions le nombre de personnes atteintes du diabète en 2010 en Afrique. "Ce chiffre pourrait doubler d'ici 2030 et représentera la plus grande augmentation comparée à celle des autres parties du monde", a dit Luis Gomes Sambo.

Les projections de l'OMS montrent que le nombre de cas de cancers pourrait doubler d'ici 2030, passant de 700.000 à 1.600.000 cas par an avec une létalité de plus de 80%.

Le Dr Gomes Sambo a appelé à "investir davantage" pour lutter contre ces pathologies.

 

Première publication : 07/04/2011

COMMENTAIRE(S)