Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Albert Ebossé : Une contre autopsie du joueur camerounais conclut à un assassinat

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Russie: il ne faut pas pas vendre la peau de l'ours

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Retour à la terre, avec le paysan-philosophe Pierre Rabhi

En savoir plus

POLITIQUE

France : "La principale opposition au gouvernement, c’est le groupe socialiste !"

En savoir plus

POLITIQUE

France : "On est dans une séquence du quinquennat très difficile"

En savoir plus

FOCUS

Journée internationale des migrants : l'Italie confrontée à de plus en plus d'enfants

En savoir plus

FACE À FACE

Discours sur l'immigration : François Hollande à la reconquête de la gauche ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

L'œuvre lumineuse d'Olafur Eliasson éclaire la Fondation Louis Vuitton

En savoir plus

SUR LE NET

La Toile indienne affiche sa solidarité avec le Pakistan

En savoir plus

Afrique

Un général américain estime peu probable que les rebelles renversent Kadhafi

Vidéo par Matthieu MABIN

Texte par Dépêche

Dernière modification : 08/04/2011

Le général Carter Ham, commandant des forces américaines pour l'Afrique, a déclaré lors d'une audition au Sénat qu'il y avait "une faible probabilité" pour que les rebelles libyens parviennent à renverser le régime de Mouammar Kadhafi.

AFP - Il est peu probable que les rebelles libyens parviennent à lancer un assaut sur Tripoli pour renverser le colonel Mouammar Kadhafi, a estimé jeudi le général américain Carter Ham, commandant des forces américaines pour l'Afrique.

Interrogé lors d'une audition au Sénat sur la possibilité que les insurgés puissent se frayer un chemin jusqu'à Tripoli et déloger le colonel Kadhafi, le général a répondu: "Je dirais qu'il y une faible probabilité" que cela se produise.

L'Otan accusée d'être à l'origine d'une nouvelle "frappe fratricide"

Ces commentaires soulignent une inquiétude grandissante à Washington et dans les capitales européennes quant au risque d'un enlisement du conflit en raison d'un manque d'organisation des rebelles et du fait que le colonel Kadhafi contrôle la capitale.

Le général Ham a estimé que les frappes aériennes lancées par la coalition internationale le 19 mars avaient permis de "réduire de manière significative" la capacité du régime à viser les civils, à l'exception de Misrata, ville contrôlée par les rebelles mais soumise aux assauts des forces loyales au régime.

Le général a indiqué que le colonel Kadhafi avait placé des troupes et des chars dans certaines parties de Misrata, rendant les frappes plus compliquées en raison de la présence de civils.

Alors que l'armée américaine a retiré cette semaine 50 avions de combat engagés dans la campagne internationale en Libye, le général Ham a indiqué que des AC-130, avions lourdement armés, étaient à la disposition du commandement de l'Otan si nécessaire, et que des appareils A-10 Thunderbolt, redoutables chasseurs de blindés, le seraient prochainement.

En cas de départ du colonel Kadhafi, le général Ham a parlé d'un éventuel déploiement de troupes au sol, tout en précisant que la présence américaine pouvait entraîner de violentes réactions dans la région.

Le "bateau de la liberté" transfère les blessés de Misrata à Benghazi
"Il est possible qu'une telle éventualité soit envisagée. Mais d'un point de vue personnel, je ne pense pas qu'étant donné les circonstances dans la région, ce soit le meilleur moment de déployer des soldats américains", a-t-il précisé.

Le président Obama avait insisté sur le fait qu'il n'y aurait pas de soldats américains déployés sur le sol libyen au moment où il a donné le 19 mars son feu vert aux opérations militaires.

Interrogé par les sénateurs sur la question d'armer les rebelles libyens, le général a précisé qu'il avait des informations selon lesquelles "des pays arabes avaient déjà commencé" à le faire.

Mais il a jugé qu'il fallait être prudent sur cette question afin d'éviter que des armes tombent entre les mains d'extrémistes.

L'Europe et les Etats-Unis se disent prêts à aider les rebelles libyens tout en soulignant qu'aucune arme ne leur serait fournie, en application des résolutions de l'ONU imposant des sanctions contre la Libye et permettant l'usage de la force pour protéger les civils.

Première publication : 08/04/2011

  • LIBYE

    L'Otan de nouveau accusée d'être à l'origine d'une "frappe fratricide"

    En savoir plus

  • LIBYE

    Après le message de Kadhafi, Washington exige des "actes et non des mots"

    En savoir plus

  • LIBYE

    L'exaspération gagne les rangs des insurgés libyens

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)