Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Grèce, la victoire de Syriza doit-elle inquiéter les Européens ?

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Union Africaine, est-ce vraiment une union ?

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Hollande, le "Hitler" d'Al Watan Al An

En savoir plus

REPORTERS

Syrie : Kobané, la reconquête

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Lutte contre Boko Haram : des bombardements tchadiens au Nigeria

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Manifestations anti-MINUSMA : l'ONU ouvre une enquête

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Le Who's who du procès Bettencourt

En savoir plus

TECH 24

Des technologies pour aider les malvoyants

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Guillaume de Tonquédec, acteur chouchou des français

En savoir plus

Une enquête sur les dessous de la guerre économique et de l’hyper concurrence. Un samedi sur deux, à 14h15.

INTELLIGENCE ÉCONOMIQUE

INTELLIGENCE ÉCONOMIQUE

Dernière modification : 11/04/2011

Londres, nouveau sommelier du monde ?

Des experts en vin formés à l’anglaise ? La France concurrencée sur son propre terrain ! C’est ce que laisse penser la mainmise d’une école anglaise, la Wine & Spirit Education Trust, sur la formation des professionnels du vin. Ce leadership anglais influencera-t-il les tendances des marchés du vin ? Le journal de l’Intelligence Economique d’Ali Laïdi s’est rendu à Londres pour enquêter sur cette école devenue incontournable.

Au cœur même de la capitale anglaise, bien loin de la Bourgogne et du Bordelais, des élèves s’initient au vin à la Wine & Spirit Education Trust (WSET). Créée en 1969, l’école anglaise est devenue une référence pour les sommeliers du monde entier, et c’est sous l’égide d’œnologues chevronnés que les élèves apprennent à tout connaître sur le précieux breuvage.
Présente dans 55 pays, cette institution a su bâtir un véritable empire de la formation vinicole : aujourd’hui près de 27 500 étudiants sont diplômés de l’école londonienne et 80% des élèves travaillent dans l’industrie du vin à leur sortie.

Grâce à la WSET, l’Angleterre, qui n’est pourtant pas productrice de vin, s’est hissée sur le haut du podium en matière de formation vinicole.
Son directeur, Ian Harris, explique que le rôle de l’école n’est pas de se poser en arbitre, mais bien de faire découvrir les vins du monde entier : "Nous ne jugeons pas si les vins sont bons ou mauvais. On a dans nos cours une liste de vin que les étudiants doivent tester. Ce n’est pas à nous de dire si tel vin est meilleur que tel autre. Ce que nous voulons faire découvrir à nos étudiants c’est un bon Chablis, un bon Chardonnay, un bon Gewurztraminer. Nous n’avons pas de classement des vins", se défend-il.

Pourtant dans le manuel de l’école, la promotion pour les vins du Nouveau Monde paraît assumée. On peut d’ailleurs y lire que "La Nouvelle-Zélande est la plus prometteuse des régions productrices de Pinot Noir, et la plus capable de rivaliser avec la Bourgogne."

Cette mise en avant des vins du nouveau monde affole les producteurs et les négociants en vin du vieux continent, qui voient leurs parts de marché fondre comme peau de chagrin.
Xavier Jungmann, responsable marketing chez Tresch, un groupe de négociants en vin, craint qu’une telle formation ne réoriente les goûts des consommateurs. Selon lui, l’école anglaise use, dans sa formation, d’une vraie stratégie de mise en avant des vins issus des pays du Commonwealth, et ce afin d’orienter le marché en sa faveur : "En 2008, la Bourgogne représentait 40% des ventes de pinots dans la grande distribution britannique. En 2011 elle a perdu environ la moitié de cette part de marché".
En ce même temps, les ventes de pinots néo-zélandais qui, en Angleterre, représentaient autour de 9% du marché en 2008, représentent aujourd’hui près de 40% du marché.
Pour Xavier Jungmann : "Cet effondrement des ventes françaises au profit des vins du nouveau monde est assez peu naturel". Il soupçonne l’école anglaise d’avoir des accords avec les pays du Commonwealth, notamment avec la Nouvelle Zélande, et de mettre ainsi en place une stratégie commerciale commune au détriment des vieux pays producteurs.

"Bien sur il y a de très bons vins en Nouvelle-Zélande, mais il y a aussi des vins qui sont sans intérêt" argue Xavier Jungmann. "Il n'y a aucune raison que les vins du nouveau monde soient autant mis en avant si il n'y a pas de stratégie derrière" poursuit-il. Pour ce négociant en vin, le danger est clair : ce sont les élèves de la WSET –une filiale existe même en France !- qui influenceront le goût des amateurs de vin de demain, et pas question que cette formation se fasse sans la France, terre traditionnelle de vin.
Pour parer à cela, "il est donc nécessaire de mettre en place une stratégie commerciale afin de former les consommateurs", estime Xavier Jungmann. "Il y a des réflexions en cours car les professionnels se rendent compte de ce soucis par rapport à l’offre française … et de l’enjeu du marché !".

 

Par Victoire MEYNIAL , Margaux DUQUESNE

COMMENTAIRE(S)

Les archives

17/01/2015 Défense

Ventes d'armes : la formation, un atout de poids

Dans le secteur très compétitif de l'industrie de défense, il ne suffit pas d'avoir les meilleures armes pour gagner des marchés. La formation représente aussi un atout de poids...

En savoir plus

03/01/2015 Développement

Aide au développement : vers plus de patriotisme économique ?

L'aide au développement peut-elle être utilisée à des fins patriotiques ? En temps de crise, tous les moyens semblent bons pour doper la croissance !

En savoir plus

20/12/2014 Gastronomie

Gastronomie, la nouvelle cuisine des affaires étrangères

Avec la "gastrono-diplomatie", les Français, grands amateurs de théorie, se lancent dans un concept inédit...

En savoir plus

06/12/2014 Banque mondiale

Ressources naturelles : haro sur l'Afrique !

Après la carte au trésor de l'écricain Robert Stevenson, voici celle de la Banque mondiale. Surnommée "La Carte à 1 milliard", elle doit permettre de recenser toutes les...

En savoir plus

22/11/2014 États-Unis

THF : des ordinateurs peuvent-ils provoquer une crise financière ?

THF, cela signifie Trading haute fréquence. Mais pour certains le THF est aussi synonyme de danger pour la finance internationale.

En savoir plus