Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Abdelaziz Bouteflika réélu pour un quatrième mandat

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Aquilino Morelle : Un "caillou" dans la chaussure de François Hollande

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 18 avril (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 18 avril (Partie 1)

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Crise ukrainienne : vers une nouvelle guerre du gaz ?

En savoir plus

#ActuElles

Carrière envers et contre tout ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

50 milliards d'économies : un plan d'austérité qui ne dit pas son nom ?

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La rigueur version Valls

En savoir plus

TECH 24

Les Google Glass déjà mal vues

En savoir plus

  • Abdelaziz Bouteflika, le président fantôme

    En savoir plus

  • Sans surprise, Bouteflika réélu président de l'Algérie avec 81,53 % des voix

    En savoir plus

  • Les séparatistes de l'est de l'Ukraine rejettent l'accord conclu à Genève

    En savoir plus

  • L'embryon numérique, la nouvelle technologie pour faire un bébé parfait

    En savoir plus

  • Découverte de la première planète jumelle de la Terre

    En savoir plus

  • Reportage interactif : Cambodge, les sacrifiés du sucre

    En savoir plus

  • Arrestation du capitaine du ferry naufragé en Corée du Sud

    En savoir plus

  • Manuel Valls au Vatican pour les canonisations de Jean-Paul II et Jean XXIII

    En savoir plus

  • Hollande ne se représentera pas en 2017 si le chômage ne baisse pas

    En savoir plus

  • La Russie "ne souhaite pas se faire déborder par le mouvement qu’elle a suscité"

    En savoir plus

  • Aquilino Morelle, conseiller politique de François Hollande, démissionne

    En savoir plus

  • Au moins 12 morts dans l'avalanche la plus meurtrière de l'Everest

    En savoir plus

  • En Inde, des votes à vendre

    En savoir plus

  • Près de 60 morts dans l'attaque d’une base de l’ONU au Soudan du Sud

    En savoir plus

  • Prijedor : les survivants contre l’oubli

    En savoir plus

  • Mort de Gabriel Garcia Marquez, géant de la littérature sud-américaine

    En savoir plus

  • Cinq humanitaires maliens libérés par des troupes françaises

    En savoir plus

  • Le virus Ebola présent en Guinée et au Liberia est issu d'une nouvelle souche

    En savoir plus

Afrique

Les initiatives diplomatiques se multiplient alors que les combats piétinent

©

Texte par Dépêche

Dernière modification : 09/04/2011

L'Union africaine va tenter une médiation entre les insurgés et Mouammar Kadhafi. Les combattants de Misrata réclament de toute urgence une intervention de l'Otan. Un bateau de la Croix Rouge a pu entrer dans le port de la ville assiégée.

AFP - Les initiatives diplomatiques se multiplient pour soulager la population et trouver une issue au conflit en Libye, où les combats entre rebelles et forces fidèles à Mouammar Kadhafi piétinaient samedi dans l'Est du pays.

Alors que l'Otan et les Etats-Unis divergent sur les risques d'enlisement de la situation sur le terrain, l'Union africaine et l'Union européenne ont repris l'initiative, à quelques jours d'une réunion du Groupe de contact sur la Libye, le 13 avril à Doha (Qatar).

Un bateau de la Croix Rouge à Misrata

Un navire d'aide humanitaire affrété par le Comité international de la Croix-Rouge (CICR) a accosté samedi dans le port de Misrata assiégée par les forces régulières de Mouammar Kadhafi.

Jean-Michel Monod, qui dirige l'équipe du CICR actuellement à Tripoli, précise dans un communiqué que le navire transporte du matériel médical et des médicaments suffisant pour soigner 300 patients blessés par balles "en soutien au principal hôpital de Misrata".

Une équipe du CICR est par ailleurs en route pour Zaouiah, à l'ouest de Tripoli. La Croix-Rouge négociait depuis plus d'une semaine avec les autorités libyennes pour obtenir un droit d'accès à des zones de l'Ouest libyen sous leur contrôle.

Dès ce week-end, un groupe de dirigeants africains -le président sud-africain Jacob Zuma et ses homologues du Congo, du Mali, de Mauritanie et d'Ouganda- est attendu en Libye. Objectif affiché de ce "panel" de médiateurs de l'Union africaine (UA): rencontrer dimanche le dirigeant libyen Mouammar Kadhafi puis des responsables de l'insurrection dans leur fief de Benghazi (est) dimanche et lundi, pour tenter d'obtenir un cessez-le-feu.

Mardi, les ministres européens des Affaires étrangères ont quant à eux prévu de rencontrer un représentant du Conseil national de transition (CNT), une première pour l'UE dans son ensemble. La France, le Qatar et l'Italie ont déjà reconnu officiellement cet organisme représentatif des insurgés.

L'Union européenne se prépare en outre à lancer une mission militaro-humanitaire pour aider la population assiégée de Misrata, bombardée depuis un mois et demi par les forces de Kadhafi. L'Allemagne s'est déjà dite prête à participer à cette mission, qui doit encore être acceptée par l'ONU.

Jeudi, c'est la Turquie, seul pays musulman de l'Otan, qui avait proposé une "feuille de route" pour la Libye prévoyant notamment l'instauration immédiate d'un cessez-le-feu et la création d'"espaces humanitaires sûrs".

L'une des préoccupations communes de ces missions est l'envoi d'aide humanitaire à la population libyenne, notamment à Misrata où plusieurs bateaux transportant de l'aide alimentaire et médicale sont arrivés ces derniers jours.

Selon un porte-parole des rebelles dans la troisième ville du pays, située à quelque 210 km à l'est de Tripoli, quatre personnes ont été tuées, dont deux enfants, et dix blessées vendredi par des obus et des roquettes tirés sur des maisons. Outre les tirs d'artillerie, des snipers sont positionnés sur les toits et visent des civils, y compris des enfants, selon les insurgés.

"Il est trop tôt pour parler d'enlisement"


A Misrata, comme dans l'est du pays tenu par les insurgés, l'Alliance est critiquée, accusée de ne pas "remplir sa mission de protéger les civils", selon un porte-parole des rebelles. Il a toutefois reconnu que "les avions de l'Otan ont détruit totalement les casernes et les bataillons de Kadhafi autour de la ville".

A l'autre extrémité du pays, la ligne de front se situait toujours samedi comme c'est le cas depuis une dizaine de jours entre le site pétrolier de Brega (est) et la ville d'Ajdabiya, sous contrôle rebelle, à environ 80 km plus à l'est.

Dans la matinée, des journalistes ont été autorisés à se rapprocher du front en direction de Brega, pour la première fois depuis mercredi. Ils ont été stoppés en chemin par des responsables de l'insurrection, qui refusent de préciser où se trouve le front. "Secret militaire", expliquent-ils.

Aucun échange de tirs n'était audible dans le secteur, selon un journaliste de l'AFP.

Sur l'unique route reliant les deux villes, des rebelles se préparaient à monter au front, chargeant des roquettes Grad et autres munitions à l'arrière de pick-up équipés de lance-roquettes multiples ou de mitrailleuses lourdes.

Deux soldats de l'armée de Kadhafi capturés au front étaient ramenés dans des voitures. Tout autour, des combattants triomphants crient "Allah Akhbar" (Dieu est le plus grand) en prenant des photos des soldats avec leurs téléphones portables. L'un des loyalistes prisonniers semble en bonne santé, l'autre paraît grièvement blessé.

L'écrivain français Bernard-Henri Lévy est pour sa part attendu dans la journée de samedi à Benghazi (est), le fief de la rébellion dont il défend la cause, pour une visite "indépendante".

Durant ce séjour d'une semaine, l'écrivain pourrait également se rendre à Brega et à Ajdabiya.

 

Première publication : 09/04/2011

  • LIBYE

    Sous le feux des critiques, l'Otan écarte l'idée d'un enlisement du conflit

    En savoir plus

  • LIBYE

    Un général américain estime peu probable que les rebelles renversent Kadhafi

    En savoir plus

  • LIBYE

    L'Otan de nouveau accusée d'être à l'origine d'une "frappe fratricide"

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)