Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

"Il faut lever la voix face au massacre perpétré à Gaza"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Gaza: les larmes d'un responsable de l'ONU

En savoir plus

DÉBAT

"Fonds vautours" en Argentine : et après le défaut de paiement ?

En savoir plus

DÉBAT

Boko Haram : une menace incontrôlable ?

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Quelle diplomatie économique pour la France ? Avec Hubert Védrine et Pascal Lamy

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Guinée : cohue meurtrière lors d'un concert à Conakry

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Crash du vol AH5017 : Hommage à 2 cinéastes disparus

En savoir plus

FOCUS

Birmanie : la transition démocratique piétine

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Les people et le conflit israélo-palestinien

En savoir plus

  • Gaza : début d'une trêve de trois jours, des négociations prévues en Égypte

    En savoir plus

  • Carte : l’opération Barkhane de l’armée française au Sahel

    En savoir plus

  • Lourd bilan après une série d’explosions dues au gaz à Taïwan

    En savoir plus

  • En images : rassemblement pro-Israël à Paris sous haute protection policière

    En savoir plus

  • Devant les juges, Karim Wade se considère "prisonnier politique"

    En savoir plus

  • Free veut racheter T-mobile, poids lourd de la téléphonie américaine

    En savoir plus

  • Ebola : l’OMS débloque 100 millions de dollars

    En savoir plus

  • Gaza : un responsable de l'ONU fond en larmes en direct

    En savoir plus

  • Royaume-Uni : HSBC ferme les comptes de plusieurs clients musulmans

    En savoir plus

  • Ils ont fait plier l'Argentine : qui sont ces fonds "vautours" ?

    En savoir plus

  • La dissolution de la Ligue de défense juive à l’étude

    En savoir plus

  • Israël mobilise de nouveaux réservistes et obtient des munitions américaines

    En savoir plus

  • Avec "Lucy", Luc Besson domine le box-office américain

    En savoir plus

  • MH17 : les enquêteurs de l'OSCE accèdent au site du crash

    En savoir plus

  • Vidéo : reportage au cœur des tunnels creusés par le Hamas à Gaza

    En savoir plus

  • La clôture frontalière, nouvelle pomme de discorde entre le Maroc et l’Algérie

    En savoir plus

  • Moscou condamné à verser 1,86 milliard d'euros aux ex-actionnaires de Ioukos

    En savoir plus

FRANCE

Deux femmes interpellées au premier jour de la loi contre le voile intégral

Texte par FRANCE 24 avec dépêches

Dernière modification : 11/04/2011

Deux femmes en niqab ont été interpellées devant la cathédrale Notre-Dame de Paris, dans la cadre d'une manifestation contre la loi interdisant le port du voile intégral à compter de ce jour.

AFP - L'entrée en vigueur de la loi interdisant le port du voile intégral a été marquée lundi par le coup d'éclat de femmes en niqab et de sympathisants interpellés devant Notre-Dame pour y avoir manifesté sans autorisation, le gouvernement prévenant que la loi controversée serait appliquée.

Deux femmes en niqab, une femme voilée - dont le visage n'était pas caché - et un militant associatif ont été interpellés devant la cathédrale de Paris devant des dizaines de journalistes, pour avoir participé à une manifestation non déclarée rassemblant une dizaine de personnes contre la nouvelle loi du 11 octobre 2010 interdisant le port du voile intégral.

Parmi eux, Kenza Drider, 32 ans, en niqab brun et beige, arrivée d'Avignon en train le matin, pour participer à des émissions de télévision.

Elle a raconté devant la presse que la loi était "une atteinte à (ses) droits européens", et qu'elle les appliquerait "en tant que citoyenne française", niant toute "provocation".

Mme Drider a précisé que si elle était "verbalisée", "la loi s'appliquera, (elle) prendra l'amende", mais qu'"en tant que citoyenne française", elle sera "dans l'obligation de faire un recours devant la Cour européenne des droits de l'homme".

"On est resté trois heures et demie au commissariat de police à attendre ce que le parquet allait délibérer. Trois heures et demie après on nous a dit: +c'est bon, vous pouvez sortir+. Donc on a eu droit à aucune amende ni quoi que ce soit", a déclaré Mme Drider, jointe par l'AFP à la sortie du commissariat.

"On nous a laissé sortir, on a eu ni amende pour le niqab ni pour quoi que ce soit", a-t-elle ajouté, en affirmant avoir pensé que le rassemblement organisé devant la cathédrale Notre-Dame avait été dûment déclaré auprès de la préfecture.

"Je suis rentrée avec (le niqab dans le commissariat, ndlr) et des femmes policières m'ont demandé dans un coin de m'identifier. Je me suis identifiée (en le relevant, ndlr) et je l'ai rabaissé tout juste après", a-t-elle encore dit.

Selon la police, l'interpellation n'était pas liée au port du niqab.

"Il ne s'agissait pas d'interpeller ces gens sur la base du port du voile", mais bien pour "non respect de la déclaration de manifestation", a raconté Alexis Marsan, commissaire divisionnaire à l'ordre public.

L'organisateur du rassemblement, Rachid Nekkaz de l'association Touche pas à ma constitution, a de son côté affirmé à l'AFP avoir été "interpellé en compagnie d'une amie en niqab" devant l'Elysée. "Nous voulions nous faire verbaliser pour port du niqab, mais la police n'a pas voulu nous dresser un PV", a-t-il dit.

La convention sur la laïcité : le débat de la discorde

Depuis lundi, le port du niqab ou de la burqa n'est plus autorisé dans la rue, les jardins publics, les gares, les commerces ou les mairies, en vertu de la loi du 11 octobre 2010 interdisant la dissimulation du visage.

En France, il y aurait environ 2.000 femmes intégralement voilées, selon diverses estimations.

Certains musulmans sont opposés à la loi. Samedi, 61 personnes ont été interpellées, dont 19 femmes voilées, après avoir tenté de prendre part à un rassemblement à Paris, à l'appel d'un collectif d'associations islamistes.

La loi sera "infiniment difficile à appliquer" et "infiniment peu appliquée", a dit Manuel Roux, secrétaire général adjoint du Syndicat des commissaires de police. "Très clairement, ce n'est pas aux policiers d'aller faire du zèle", a-t-il déclaré sur France Inter. Ceux qui croiseront une femme voilée feront "de la pédagogie", essaieront "de la convaincre", a-t-il déclaré.

Le ministre de l'Intérieur Claude Guéant a toutefois prévenu que la loi "sera respectée", même si son application est difficile. "La police et la gendarmerie sont là pour appliquer la loi et elles appliqueront la loi", a-t-il déclaré en marge d'un déplacement à Luxembourg.

Le ministre a adressé ses instructions aux préfets le 31 mars et des consignes ont été données aux forces de sécurité, pour éviter tout dérapage.

"Dans le cas où une personne refuse de se prêter à un contrôle (...), les conséquences de ce refus devront lui être exposées et notamment la possibilité, si elle persiste, de la conduire dans des locaux de police ou de gendarmerie pour y procéder à une vérification d'identité", précise la circulaire.

La député européenne Eva Joly (Europe Ecologie-Les Verts) a estimé que la loi s'inscrivait "dans une politique de stigmatisation de l'islam".

Première publication : 11/04/2011

  • FRANCE

    Entrée en vigueur de la loi bannissant le voile intégral dans les lieux publics

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS

    Une employée musulmane porte plainte contre Disney, qui l'aurait empêchée de porter le voile

    En savoir plus

  • FRANCE

    Le Sénat vote l'interdiction du voile intégral dans l'espace public

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)