Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

L'invité: Colonel Badjeck, porte-parole du ministère de la défense camerounais

En savoir plus

MODE

Paris, Haute Couture automne-hiver 2014-2015.

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Vers une offensive terrestre sur Gaza ?

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Israël-Gaza : l'application mobile Yo a peut-être enfin trouvé son utilité

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 11 juillet (partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 11 juillet (partie 1)

En savoir plus

REPORTERS

Exclusif - Dans l'enfer des prisons secrètes

En savoir plus

#ActuElles

Suède : un modèle de parité ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

UE - USA : la guerre économique est-elle déclarée ?

En savoir plus

  • Gaza : des frappes israéliennes "sans précédent" depuis le début du conflit

    En savoir plus

  • Fin de Serval au Mali, lancement de l’opération "Barkhane" au Sahel

    En savoir plus

  • Alejandro Sabella, un "Mister Nobody" au sommet du foot argentin

    En savoir plus

  • Combats entre milices libyennes autour de l'aéroport de Tripoli

    En savoir plus

  • Nouvelle humiliation pour le Brésil battu par les Pays-Bas (3-0)

    En savoir plus

  • "Wissous plage" : l’interdiction du port du voile suspendue par la justice

    En savoir plus

  • Journée la plus meurtrière à Gaza depuis le début l'opération israélienne

    En savoir plus

  • Présidentielle afghane : les candidats s'accordent sur un audit des votes

    En savoir plus

  • "Boules puantes" et règlements de compte : la débandade de l’UMP

    En savoir plus

  • Au Caire, juifs, chrétiens et musulmans célèbrent ensemble la rupture du jeûne

    En savoir plus

  • Vidéo : à Casablanca, trois immeubles s'effondrent sur leurs habitants

    En savoir plus

  • Tour de France 2014 : le Français Blel Kadri remporte la 8e étape

    En savoir plus

  • Décès de Tommy Ramone, le dernier survivant des Ramones

    En savoir plus

  • L'armée ukrainienne essuie de lourdes pertes, Donetsk devient ville fantôme

    En savoir plus

  • Vidéo : les habitants de Rafah pris au piège des raids israéliens

    En savoir plus

  • En mal de soutien, Vladimir Poutine rencontre Fidel Castro à Cuba

    En savoir plus

  • Brève alerte au tsunami après un fort séisme au Japon

    En savoir plus

  • Exclusif - Dans l'enfer des prisons secrètes

    En savoir plus

  • Défilé du 14-Juillet : la présence de soldats algériens fait polémique à Alger

    En savoir plus

  • "Fais tes prières, je vais te tuer" : Amnesty dénonce la torture dans l'est ukrainien

    En savoir plus

Afrique

Accusée d'ingérence, la France se défend d'avoir arrêté Laurent Gbagbo

©

Vidéo par Jonathan WALSH

Texte par Dépêche

Dernière modification : 12/04/2011

Régulièrement accusé d'ingérence dans les affaires ivoiriennes, Paris précise que la force française déployée en Côte d'Ivoire n'a joué qu'un rôle de "soutien" aux troupes alliées de Ouattara lors de l'arrestation de Gbagbo.

AFP - Le ministre de la Défense, Gérard Longuet, et l'état-major des armées se sont attachés lundi à démontrer que l'arrestation lundi à Abidjan de Laurent Gbagbo avait été une affaire entre Ivoiriens, à laquelle la France a apporté un simple "concours" à la demande de l'ONU.

"Dans cette affaire, il s'agit d'un président ivoirien recevant la reddition de son prédécesseur qui, pendant quatre mois, n'avait pas accepté la réalité du suffrage universel (...) et s'était mis en opposition avec les résolutions" des Nations-Unies, a déclaré M. Longuet au cours d'une conférence de presse.

"La France n'est venue qu'en soutien"

La reddition, a souligné le ministre, "a été enregistrée par les forces républicaines de la Côte d'Ivoire qui ont bénéficié du soutien de l'Onuci".

"C'est une opération in fine entre Ivoiriens", avait fait valoir auprès de l'AFP le ministre, en reconnaissant "certes un soutien" des forces françaises et de l'Onuci.

Mais, avait-il insisté, "aucun soldat français et de l'Onuci n'a pénétré dans la résidence présidentielle" de M. Gbagbo.

"A la demande de l'Onuci, Licorne a été amenée à apporter un concours. C'est une affaire qui restaure l'autorité de la Côte d'Ivoire, de son président élu bénéficiant du soutien des Nations Unies", a expliqué le ministre devant la presse.

Interrogé sur le type de soutien fourni par Licorne aux forces du nouveau président ivoirien, Alassane Ouattara, il a indiqué qu'il s'agissait d'"un soutien aérien", au travers de quatre hélicoptères Gazelle.

L'objectif de la mission de l'ONU confiée à Licorne en Côte d'Ivoire "était que le président élu puisse présider" et il a été atteint, a-t-il déclaré.

Il a rappelé que l'effectif de Licorne avait été porté "à 1.700 hommes et femmes", "à partir d'un redéploiement de troupes (...) implantées à Libreville et au Tchad".

M. Longuet a "souhaité à titre personnel que la situation ivoirienne, en sécurisant nos compatriotes par un Etat de droit respecté, nous permette d'alléger rapidement ce dispositif au-delà de ce qu'il était au moment (du déclenchement) de la crise".

Alors que l'effectif de Licorne était alors de 980 hommes, il a affirmé qu'"il a vocation de revenir en dessous de la position de départ".

Interrogé sur le rôle des forces spéciales françaises ont pu jouer dans l'arrestation de Laurent Gbagbo, le chef d'état-major des armées, l'amiral Edouard Guillaud, a affirmé qu'il n'y avait eu "aucun rôle particulier des forces spéciales" françaises "ni hier, ni aujourd'hui" (dimanche et lundi).

L'amiral Guillaud a souligné que les forces spéciales étaient en revanche intervenues mercredi pour exfiltrer l'ambassadeur du Japon de sa résidence.

Soulignant que l'arrestation de Laurent Gbagbo avait été effectuée par les forces du président reconnu par la communauté internationale Alassane Ouattara, il a simplement dit : "Ils nous ont dit que Laurent Gbagbo s'est rendu à la porte de sa résidence".

Le porte-parole de l'état-major, le colonel Thierry Burkhard, avait affirmé qu'"à aucun moment" les forces françaises n'avaient pénétré lundi "dans les jardins ou la résidence présidentielle", où s'était réfugié Laurent Gbagbo.

Après une nuit durant laquelle les hélicoptères de Licorne ont à nouveau ouvert le feu autour du palais présidentiel et de la résidence de Gbagbo, les soldats de Licorne se sont redéployés lundi sur les axes stratégiques d'Abidjan, notamment le boulevard de France "à environ 1,5 km de la résidence", a-t-il souligné.

"Les forces impartiales" de l'Onuci et de Licorne "réorganisent leur dispositif pour obtenir un retour à la normale", a-t-il dit.

Première publication : 12/04/2011

  • LIVEBLOGGING

    Revivez les évènements du 11 avril minute par minute

    En savoir plus

  • DIAPORAMA - CÔTE D'IVOIRE

    Démonstration de force des troupes françaises Licorne dans Abidjan

    En savoir plus

  • CÔTE D'IVOIRE - DIAPORAMA

    Comment vivent les civils réfugiés au camp de l'Opération Licorne ?

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)