Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

A Gaza, Israël et le Hamas revendiquent la victoire

En savoir plus

DÉBAT

Cessez-le-feu Israël - Hamas : un espoir pour la paix ?

En savoir plus

DÉBAT

Manuel Valls: le Premier ministre en opération séduction

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

La French Touch, avec le chef Thierry Marx et le mathématicien Cédric Villani

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Cameroun : la famille d'Albert Ebossé pleure le joueur tué en Algérie

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Immigration : 170 corps retrouvés près des côtes libyennes

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Coup d’envoi de la 71ème Mostra de Venise

En savoir plus

SUR LE NET

Après "l'Ice Bucket Challenge", place au "Rice Bucket Challenge"

En savoir plus

FOCUS

Milan, ville de transit pour les réfugiés syriens

En savoir plus

  • Bloquer l'avancée de l'EI, le casse-tête d'Obama

    En savoir plus

  • La déclaration d'amour de Valls aux entreprises françaises

    En savoir plus

  • Le "califat" de Boko Haram : "Un simple coup médiatique"

    En savoir plus

  • Samuel Eto’o met un terme à sa carrière internationale avec le Cameroun

    En savoir plus

  • Cessez-le-feu à Gaza : qui d'Israël ou du Hamas sort vainqueur ?

    En savoir plus

  • Macron vs Montebourg : deux styles opposés mais une même politique ?

    En savoir plus

  • Ronaldo, Robben, Neuer : qui sera sacré joueur européen de l'année ?

    En savoir plus

  • Zara retire de la vente une marinière flanquée d'une étoile jaune

    En savoir plus

  • Affaire Tapie : Christine Lagarde mise en examen pour "négligence"

    En savoir plus

  • France : le chômage atteint un nouveau record en juillet

    En savoir plus

  • Un rapport de l’ONU accuse Damas et l’EI de crimes contre l’humanité

    En savoir plus

  • Ebola : le Liberia sanctionne ses ministres réfugiés à l'étranger

    En savoir plus

  • Milan, ville de transit pour les réfugiés syriens

    En savoir plus

  • Theo Curtis, ex-otage américain en Syrie, est arrivé aux États-Unis

    En savoir plus

  • Syrie : l'unique passage menant au Golan tombe aux mains des rebelles

    En savoir plus

Afrique

Guillaume Soro, l'homme-clé de l'après-Gbagbo ?

Vidéo par Karim YAHIAOUI , Damien COQUET

Texte par Yann BUXEDA

Dernière modification : 13/04/2011

Le rôle-clé que Guillaume Soro a tenu dans l’accession effective au pouvoir d’Alassane Ouattara cimente un peu plus encore son statut de "figure politique majeure" de la Côte d’Ivoire. Une ascension entamée depuis une dizaine d'années.

La victoire électorale d’Alassane Ouattara, le 28 novembre 2010, aura mis quatre mois à se matérialiser. Porté à la présidence lundi après l’arrestation de Laurent Gbagbo, Ouattara sait qu’il doit en grande partie son accession au pouvoir à l’action de Guillaume Soro, l’ancien secrétaire général des Forces nouvelles, porte-étendard politique et militaire de la rébellion du Nord et Premier ministre du "gouvernement de réconciliation nationale" de Gbagbo entre mars 2007 et décembre 2010.

Là où la voie diplomatique prônée par Ouattara et la communauté internationale a échoué, Soro, reconduit à son poste de chef du gouvernement par Ouattara, a su forcer l’application du résultat du scrutin présidentiel de la fin 2010, comme l’explique sur l’antenne de FRANCE 24 Antoine Glaser, spécialiste de l’Afrique : "Ce sont ses anciens rebelles, mis en ordre de marche, qui sont descendus sur Abidjan et qui installent maintenant Alassane Ouattara au pouvoir."

Pour Ouattara, les prochaines semaines seront décisives. Gbagbo écarté, le président élu devra désormais composer avec son Premier ministre, qui apparaît comme l’"autre" grand vainqueur politique des développements de ces dernières heures. "Il ne faut pas qu’Alassane Ouattara soit otage de Guillaume Soro, prévient Antoine Glaser. Soro a eu du flair, et c’est aussi un homme de pouvoir."

Fin manœuvrier

Depuis 2002, Guillaume Soro s’est illustré à travers plusieurs choix politiques qui ont affirmé sa stature de personnalité politique majeure du paysage ivoirien. "Guillaume Soro sort de la cuisse de Gbagbo. [Jusqu’en 1998], il a été le secrétaire générale de la Fédération estudiantine et scolaire de Côte d'Ivoire (Fesci), au même titre que [son successeur] Charles Blé Goudé, avant de faire éclater la rébellion de 2002", développe Soro Solo, journaliste à France Inter, à l’antenne de FRANCE 24.

Cinq ans plus tard, au lendemain des accords de paix de Ouagadougou de mars 2007, Soro, secrétaire général des Forces nouvelles (mouvement rebelle du nord du pays) prend la tête du "gouvernement de réconciliation nationale" de Laurent Gbagbo.

Il occupe ce poste jusqu’au 4 décembre 2010, date à laquelle il remet sa démission à Laurent Gbagbo et reconnaît officiellement la victoire d’Alassane Ouattara. Le président, dont l’élection a été validée par la communauté internationale, saisit l’opportunité et décide de reconduire le dissident à la tête du gouvernement.

"Ouattara avait sans doute besoin de Soro sur cette séquence, car ce dernier connaissait à la fois l’appareil d’État pour avoir été Premier ministre mais aussi les miliciens des Forces rebelles, puisqu’il a été leur chef politique et militaire, explique Philippe Perdrix, rédacteur en chef adjoint de l’hebdomadaire Jeune Afrique, à FRANCE 24. De ce point de vue, Soro était vraiment l’homme de la situation."

Ouattara, président "intérimaire" ?

La "page blanche" qui s’ouvre depuis quelques heures en Côte d’Ivoire pourrait finalement n’être qu’un prélude à l’ascension de Guillaume Soro, seul véritable nouveau visage du paysage politique ivoirien sur ces 30 dernières années. C’est, en tout cas, une donnée avec laquelle Alassane Ouattara doit compter. Pour Antoine Glaser, le scénario le plus probable verrait le président élu "ne faire qu’un seul mandat, compte tenu de son âge (69 ans, NDLR) et de la tâche [de réconciliation de la population] relativement épuisante qui l’attend."

La position clé que Soro a occupée ces dernières semaines constitue un tremplin idéal. Pour la majorité des observateurs, il aurait tout à gagner à ne pas s’impliquer directement dans le processus de réconciliation. Certains, comme Philippe Perdrix, se demandent même ouvertement si "Soro est aujourd’hui le Premier ministre qu’il faut pour la réconciliation".

Interrogé par FRANCE 24, le journaliste et écrivain ivoirien Venance Konan estime quant à lui que Soro doit avoir "la patience d’attendre cinq ans" : "Il est encore jeune [38 ans, NDLR]… Il ferait mieux d’attendre tranquillement, de se faire élire député, puis dans cinq ans…"

Ce scénario, qui verrait Ouattara s’exposer en première ligne sur le dossier sensible de la réconciliation, pourrait paver la voie à l’actuel Premier ministre pour la présidentielle de 2015. Un cas de figure dont il maîtrise la mécanique, conclut Antoine Glaser : "Soro va être dans la roue d’Alassane Ouattara, tout comme il a été dans la roue de Laurent Gbagbo pour le doubler en haut de la côte."

Première publication : 12/04/2011

  • FRANCE - CÔTE D'IVOIRE

    Paris promet une aide de 400 millions d'euros à la Côte d'Ivoire

    En savoir plus

  • LIVEBLOGGING

    Laurent Gbagbo n'a pas quitté Abidjan, l'ONU se rétracte

    En savoir plus

  • CHRONOLOGIE

    De l'impasse électorale à la chute de Laurent Gbagbo

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)