Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

La Caravane, l'autre Tour de France

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Tidjane Thiam, PDG de Prudential

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : accord signé pour la fin des hostilités

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Bartabas, le seigneur des chevaux

En savoir plus

FOCUS

Crimée : un été pas comme les autres

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Gwendal Rouillard, Secrétaire de la commission de la Défense et des forces armées

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Bolivie : au travail dès l'âge de 10 ans

En savoir plus

DÉBAT

Manifestation en soutien à Gaza : un rassemblement test pour le gouvernement

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Andy Serkis : l'homme à l'origine du singe

En savoir plus

  • En direct : Paris privilégie la thèse de l'accident après le crash du vol AH5017

    En savoir plus

  • Crash du vol AH5017 : "Il est exclu de retrouver des survivants"

    En savoir plus

  • Cisjordanie : un Palestinien tué par l'armée israélienne

    En savoir plus

  • BNP Paribas écope de 60 millions d'euros d'amende aux États-Unis

    En savoir plus

  • Vol AH5017 : l'hypothèse d'un tir de missile sol-air "quasiment impossible"

    En savoir plus

  • Ce que l'on sait sur la disparition du vol AH5017 d’Air Algérie

    En savoir plus

  • Gaza : 15 Palestiniens tués dans une école de l'ONU

    En savoir plus

  • Washington accable la Russie, l’UE renforce ses sanctions contre Moscou

    En savoir plus

  • Tour de France : le Chinois Cheng Ji, lanterne rouge et fier de l'être

    En savoir plus

  • Gaza : Israël et le Hamas loin d’être prêts à un cessez-le-feu

    En savoir plus

  • Le Kurde Fouad Massoum élu président de l'Irak

    En savoir plus

  • En images : à Alep, les cratères d'obus deviennent des piscines pour enfants

    En savoir plus

  • La Soudanaise condamnée à mort pour apostasie est arrivée en Italie

    En savoir plus

  • France : UBS mise en examen pour blanchiment de fraude fiscale

    En savoir plus

  • Un match entre Lille et le Maccabi Haifa interrompu par des pro-palestiniens

    En savoir plus

  • Arizona : condamné à mort, il agonise deux heures sur la table d'exécution

    En savoir plus

  • Levée de la suspension des vols américains et européenns vers Tel-Aviv

    En savoir plus

  • Tour de France : ces forçats qui ont forgé la réputation du Tourmalet

    En savoir plus

FRANCE

"À Paris nous dépensons des milliers de dollars, c'est quoi une amende de quelques euros ?"

Texte par Malika KERKOUD

Dernière modification : 12/04/2011

La loi interdisant le port du voile intégral dans les lieux publics en France est entrée en vigueur le 11 avril. Notre reporter est allée à la rencontre de touristes originaires de pays musulmans et susceptibles d'être voilées sur les Champs-Élysées.

Croiser des femmes vêtues du voile intégral le premier jour de l’entrée en vigueur de la loi l’interdisant n’a pas été une simple affaire. Les heures de guet et de va-et-vient le long de la célèbre avenue des Champs-Élysées à Paris ont suscité la curiosité des passants. Mais il n’y avait pas l’ombre d’un voile intégral à l’horizon, ni sur l’avenue, ni dans les boutiques de luxe susceptibles d’être fréquentées par des femmes fortunées aux visages couverts et aux porte-monnaie bien ouverts.


"En France nous faisons du shopping pour des milliers de dollars, quelques euros de plus ou de moins ne nous affectent pas"

Une femme vêtue d'un voile ample cachant une partie de ses cheveux noirs - la couleur de ses yeux - sortait de la boutique d’un maroquinier de luxe, suivie d’une vendeuse chargée de grandes valises quand je l’ai abordée. Une Mercedes haut de gamme l’attendait, en stationnement interdit. Lui promettant en arabe de ne pas prendre de photos pour que son garde du corps me laisse l’approcher, elle m’a répondu dans un dialecte des pays du Golfe : "Bonjour, que désirez-vous ?". Je lui ai alors demandé son avis concernant la loi française qui interdit le port du voile intégral dans les lieux publics.

"Nous venons à Paris, nous dépensons des milliers de dollars en deux ou trois jours au plus dans les grands magasins et les hôtels de luxe. Nous ne vivons pas chez eux, c’est pour ça que cette loi étrange ne nous affecte pas. Les dizaines d’euros réclamés par les Français ne nous touchent pas. Je ne porte pas un voile intégral, mais mes proches au Koweit le font et aucune d’elle n’est prête à l’enlever même si cela devait coûter mille euros".

"Le vestimentaire fait partie des libertés personnelles, comment les Français peuvent-ils le légiférer ?"

Assise un moment face à une parfumerie, espérant y voir une femme en niqab, attirée par les fragrances parisiennes :  toutes les touristes voilées qui y entraient et en sortaient avaient le visage découvert. Je me suis résignée à aborder une femme dans la quarantaine qui appelait son fils, Ahmed. "le choix des habits fait partie des libertés personnelles, personne ne doit s’en mêler tant que ça ne cause pas de tort aux autres. Quel mal commet une femme en se voilant intégralement ? Quel tort cause-t-elle aux autres ?". Je lui ai alors précisé que les Français ont instauré cette loi pour pouvoir vérifier l’identité des personnes cachées par ce voile, pour des raisons de sécurité et pour protéger les femmes des maris ou des frères qui les obligeraient à le porter.

"Quelqu’un qui voudrait commettre un acte mettant en danger la sécurité des autres ne se ferait pas remarquer en se cachant le visage, puisque tout le monde a le visage découvert, a-t-elle répondu. Je ne sais pas s’ils sont idiots à ce point ou s’ils nous considèrent comme tels. De plus, ils prétendent vouloir protéger les femmes musulmanes ; supposons qu’ils le fassent dans la rue, que feront-ils une fois ces femmes rentrées chez elles ? mettront-ils un policier dans chaque maison pour les défendre et garantir leur liberté ?"

"C’est étrange ces Français qui imposent aux gens une façon de s’habiller"

Une jeune femme portant sac à main et lunettes de soleil au logo d’un grand couturier, foulard bariolé également siglé, est entrée dans la boutique d’un autre grand maroquinier. Saoudienne, elle est venue passer une semaine de vacances en compagnie de son fils et de son époux. " Si un pays musulman imposait aux gens une façon de s’habiller cela aurait déchaîné les passions et on l’aurait accusé de racisme et de fermeture, s’est-elle  indigné. Mais lorsqu’un pays occidental le décide, cela ne pose aucun problème. Laissez les gens s’habiller comme bon leur semble et ne vous mêlez pas de cela. Si les Français sont amateurs de nudité, qu’ils laissent au moins les autres se couvrir comme ils le désirent. Par ailleurs, l’hospitalité leur dicte-t-elle d’imposer à leurs hôtes des conditions vestimentaires ? Nous sommes des touristes ici. Comment peuvent-ils nous interdire un habit en particulier ?"

 

Première publication : 12/04/2011

  • FRANCE

    Deux femmes interpellées au premier jour de la loi contre le voile intégral

    En savoir plus

  • On peut conduire en Niqab

    En savoir plus

  • FRANCE

    Le Sénat vote l'interdiction du voile intégral dans l'espace public

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)