Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Ouganda : Dominic Ongwen comparaît devant la CPI

En savoir plus

FOCUS

Auschwitz, symbole d'une entreprise de mort programmée et industrielle

En savoir plus

À L’AFFICHE !

La Shoah racontée dans le cinéma et la littérature

En savoir plus

SUR LE NET

La beauté noire à l'heure du web 2.0

En savoir plus

L'ENTRETIEN

"En arrivant à Auschwitz, les Soviétiques ont trouvé un immense cimetière"

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Conférence de Paris sur le climat : une opportunité pour les entreprises ? (partie 1)

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Conférence de Paris sur le climat : une opportunité pour les entreprises ? (partie 2)

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Colombie : le président convaincu "que les Farc veulent la paix"

En savoir plus

DÉBAT

Victoire de Tsipras en Grèce, la naissance d'une nouvelle Europe ? (partie 2)

En savoir plus

Sports

Domenech et la FFF dos à dos, l'affaire renvoyée à janvier 2012

Vidéo par FRANCE 24

Texte par FRANCE 24 avec dépêches

Dernière modification : 14/04/2011

Jeudi, aucune conciliation n'a été trouvée aux Prud'hommes de Paris entre Raymond Domenech (photo) et la Fédération française de football sur le licenciement de l’ex-sélectionneur des Bleus. L’affaire est donc renvoyée au 13 janvier 2012.

L’affaire du licenciement de Raymond Domenech n’a pas trouvé d’issue, jeudi, aux Prud’hommes de Paris. L'avocat de l’ex-coach de l’équipe de France, Me Jean-Yves Connesson, a indiqué à la sortie du Tribunal du travail qu'aucune conciliation n'avait été trouvée avec les avocats de la Fédération française de football (FFF).

Alors qu’il était encore en CDI à de la Direction technique nationale (DTN), Raymond Domenech a été licencié en septembre 2010 par son employeur, la FFF retenant la "faute grave" à son encontre. La Fédération justifie alors sa décision en raison des faits remontant au Mondial sud-africain. Depuis l’ex-sélectionneur des Bleus n’a cessé de contester son licenciement, abusif selon lui, et réclame à ce titre 2,9 millions d'euros au titre de dédommagement.

Les trois arguments de la Fédération

La FFF met en avant trois faits pour justifier la faute grave : ne pas avoir averti sa hiérarchie des insultes lancées à son encontre par Nicolas Anelka à la mi-temps de France-Mexique, avoir lu le communiqué des joueurs grévistes lors d'un entraînement à Knysna le 20 juin, et avoir refusé ostensiblement de serrer la main du sélectionneur adverse lors du dernier match des Bleus, face à l'Afrique du Sud. 

Or, ces faits sont contestés par les avocats de Domenech. "On ne résout pas une crise collective par le licenciement d'un homme seul, avait indiqué mardi à l'AFP Me Jean-Yves Connesson. Notre axe de travail sera de démontrer que ce licenciement est infondé, abusif et prétexte à montrer du doigt un seul homme, tout en oubliant de rappeler que les dirigeants qui l'ont licencié étaient sur place au moment des faits." L’affaire a donc été renvoyée au 13 janvier 2012, devant le bureau de jugement des Prud'hommes.

 

Première publication : 14/04/2011

  • FOOTBALL

    Raymond Domenech reçoit 30 000 euros de la FFF

    En savoir plus

  • FOOTBALL

    Domenech blâme les Bleus grévistes de Knysna

    En savoir plus

  • FOOTBALL

    La "faute grave" peut-elle vraiment être retenue comme motif de licenciement pour Domenech ?

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)