Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBAT

Présidentielle en Algérie : un vote, quels changements ? (Partie 1)

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Guillaume Poitrinal, co-président du conseil de la simplification

En savoir plus

FOCUS

Bitcoin, une révolution monétaire?

En savoir plus

SUR LE NET

Nigeria : les internautes mobilisés contre les violences

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Sur les traces d'Agatha Christie : l'Orient Express fait escale à Paris

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Mansouria Mokhefi, spécialiste de l’Algérie

En savoir plus

DÉBAT

L'Algérie d'aujourd'hui : économie, sécurité... le pays inquiet (partie 1)

En savoir plus

DÉBAT

L'Algérie d'aujourd'hui : économie, sécurité... le pays inquiet (partie 2)

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Après le 17, le 18"

En savoir plus

  • L'écrivain de génie Gabriel Garcia Marquez s'est éteint à l'âge de 87 ans

    En savoir plus

  • Un scrutin sans suspense s'achève sur fond de violence en Algérie

    En savoir plus

  • À Genève, un accord commun conclu pour une issue à la crise ukrainienne

    En savoir plus

  • Cinq humanitaires maliens libérés par des troupes françaises

    En savoir plus

  • En images : un condamné à mort iranien gracié par la mère de sa victime

    En savoir plus

  • Les oranges de Floride victimes d'une bactérie, le prix du jus s'envole

    En savoir plus

  • Un conseiller de François Hollande épinglé pour ses conflits d'intérêts

    En savoir plus

  • Le 67e Festival de Cannes signe le retour de Jean-Luc Godard

    En savoir plus

  • La justice sénégalaise décide du maintien de Karim Wade en détention

    En savoir plus

  • En images : mince espoir de retrouver des survivants du ferry en Corée du Sud

    En savoir plus

  • Étape cruciale des élections législatives en Inde

    En savoir plus

  • Coupe du Roi : le Real Madrid enfonce le FC Barcelone

    En savoir plus

  • Jacques Servier, le père du Mediator, est décédé

    En savoir plus

  • Vidéo : les Algérois partagés entre fatalisme et peur de l’avenir

    En savoir plus

  • RD Congo : qui en veut au directeur du parc des Virunga, blessé par balles ?

    En savoir plus

  • Transfert d'argent : l'Afrique perd près de 2 milliards de dollars par an

    En savoir plus

  • Daniel Cohn-Bendit fait ses adieux au Parlement européen

    En savoir plus

  • Economies : Valls demande aux fonctionnaires de "participer à l'effort commun"

    En savoir plus

EUROPE

Passe d’armes entre Rome et le reste de l'UE sur le dossier des migrants tunisiens

©

Texte par FRANCE 24 avec dépêches

Dernière modification : 14/04/2011

Cette semaine, les tensions diplomatiques se sont accrues au sein de l’Union européenne autour du dossier des migrants tunisiens. L’Italie, qui accuse ses voisins de ne pas lui porter suffisamment assistance, a remis en doute sa participation à l'UE.

Le litige, qui durait depuis quelque temps, a véritablement tourné à l’aigre cette semaine, alors que les ministres de l’Intérieur de l’Union européenne (UE) se réunissaient au Luxembourg. Tandis que le problème des migrations à la frontière sud de l’Europe s’amplifie de jours en jours, l’Union – l’Italie en tête – comptait sur cette rencontre pour mettre en place des solutions concrètes. Depuis le début de l’année 2011, l’Italie a vu quelque 26 000 migrants irréguliers accoster sur ses rives, notamment sur la petite île de Lampedusa.

Au Luxembourg, l’Italie a ouvertement remis en cause l’attitude de ses voisins, notamment la France, qui a annoncé qu’elle refuserait d’accueillir ces réfugiés, pour la plupart Tunisiens.

Le gouvernement italien a insisté sur la nécessité de conclure un accord avec la Tunisie, dont la porosité des frontières a été fortement accentuée depuis la chute du président Zine el-Abidine Ben Ali, le 14 janvier dernier. Au début du mois, l’Italie avait convenu avec la Tunisie d’une mesure visant à octroyer un visa de six mois aux migrants arrivés avant le 6 avril, sans distinction de statut - source principale du conflit.

Cet accord bilatéral pose problème aux autres membres de l’espace Schengen. Ils estiment que la majorité sont de migrants dits ‘économiques’ - et non des réfugiés politiques. Selon les textes européens, le pays qui reçoit un flux d’immigration est contraint de déterminer le statut de chaque migrant avant de lui permettre de partir. Ceux qui obtiennent le droit de demander l’asile sont placés dans des centres - les autres, renvoyés dans leur pays d’origine.

Or, selon cette entente, les nombreux migrants arrivés avant le 6 avril sur les côtes italiennes auront la possibilité de circuler librement au sein de l’espace Schengen pendant six mois et, donc, de s’établir en France, en Autriche et dans tous les autres pays de l’espace.

Le ministre néerlandais de l’Immigration, Gerd Leers, a estimé que le comportement de Rome revenait à "répercuter ses problèmes sur les autres sans préavis".

Un son de cloche auquel la majorité des ministres européens se sont accordés, à l’image du ministre allemand de l’Intérieur Hans-Peter Friedrich, qui a dénoncé l’attitude italienne : "Nous ne pouvons accepter que de nombreux migrants économiques viennent en Europe en passant par l'Italie." Plus généralement, Berlin a appelé Rome à "régler seule son problème de réfugiés" et jugé que l’accord italo-tunisien était "contraire à l'esprit de Schengen".

Responsabilité européenne pour l’Italie

La France, qui s’est fendue d’une déclaration similaire, a annoncé qu’elle allait renforcer ses contrôles et renvoyer les éventuels migrants en Italie. Le ministre français de l’Intérieur Claude Guéant a déclaré qu’il allait "mettre en place une compagnie républicaine de sécurité" supplémentaire de la police "pour épauler les services locaux de police et gendarmerie" à proximité de la frontière franco-italienne. La Belgique a également signifié que des mesures similaires seraient prises pour l’ensemble de ses frontières. Par ailleurs, l’Autriche et l’Allemagne ont déclaré qu’ils pourraient emboîter le pas au couple franco-belge. Frontex, l'Agence européenne de surveillance des frontières, devrait être mise à contribution.

À l’issue de la réunion, le ministre de l’Intérieur, Roberto Maroni, a regretté le manque de solidarité de ses voisins et ouvertement remis en cause la participation de l’Italie à l’Union européenne : "L'Italie est laissée seule pour faire ce qu'elle doit faire et ce qu'elle continuera à faire. Je me demande si cela a vraiment un sens, dans cette position, de faire partie de l'UE."

En visite samedi sur l’île de Lampedusa, où de nombreux migrants continuent d'affluer, le président du Conseil, Silvio Berlusconi, avait également appelé à une solution européenne et souhaité que Paris se rende "compte que 80% [des migrants tunisiens] déclarent vouloir rejoindre des parents et des amis en France".

Prise de conscience et passes d’armes

À Chypre mercredi, le président du Conseil européen Herman van Rompuy n’a pas évoqué les accrochages intra-UE, mais a souligné la nécessité de "développer de nouveaux partenariats et améliorer ceux qui existent avec les pays du sud de la Méditerranée [notamment], dans le domaine de la lutte contre l'immigration illégale et le trafic des êtres humains".

La veille, le président de la Commission européenne, José Manuel Barroso, avait annoncé une aide financière supplémentaire d'environ 140 millions d'euros à la Tunisie pour que le pays accepte et finance la réadmission de ses ressortissants exilés.

Mais tandis que l’Union européenne tente d’endiguer le problème, la tension peine à redescendre entre États membres. La France a reconnu que "la réponse européenne […] n’a pas été jusqu’ici à la hauteur des événements", mais que la réunion de Luxembourg avait permis "une prise de conscience".

Pour autant, en lieu et place de la "solidarité" espérée par Rome, les passes d’armes se multiplient. Mercredi, dans un entretien au quotidien allemand "Bild", Günter Krings, un haut responsable du parti conservateur de la chancelière Angela Merkel, a regretté que Rome use "de méthodes de chantage que l'on connaît uniquement dans la mafia".

Une provocation qui n’a pour le moment pas suscité de réponse des autorités italiennes. Mais jeudi, le chef de la diplomatie italienne, Franco Frattini, a de nouveau exhorté Paris à "renforcer" sa collaboration avec Rome.

Franco Frattini n'a par ailleurs pas manqué de rappeler à la France que "les routes empruntées par les migrants changent vite, et [que] demain la Corse pourrait être intéressée".

Première publication : 14/04/2011

  • ITALIE

    Berlusconi promet l'évacuation rapide des immigrés de Lampedusa

    En savoir plus

  • ITALIE

    Naufrage meurtrier d'un bateau de migrants au large de Lampedusa

    En savoir plus

  • ITALIE - REPORTAGE

    Lampedusa, l'infranchissable "Porte de l'Europe"

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)