Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

Guerre d'intimidation : EIIL contre les États-Unis

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Manuel Valls fait disparâitre ses tweets...

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Barack Obama, en costume clair et sans stratégie

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 29 août (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 29 août (Partie 1)

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Laurent Fabius sur France 24 : le ministre s'exprime sur la diplomatie française

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Emmanuel Macron, nouvel homme fort de Bercy

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

La preuve par l'image de "l'invasion" russe en Ukraine

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Les ennemis de mes ennemis ne sont pas mes amis"

En savoir plus

  • En direct : Manuel Valls défend sa ligne à l'université d'été du PS

    En savoir plus

  • Ukraine : l'UE pose un ultimatum à la Russie avant de nouvelles sanctions

    En savoir plus

  • La contestation anti-gouvernementale vire au chaos à Islamabad

    En savoir plus

  • Golan : les Casques bleus philippins "saufs", les fidjiens toujours détenus

    En savoir plus

  • Après deux ans de captivité au Mali, deux diplomates algériens libérés

    En savoir plus

  • Offensive irakienne et frappes américaines contre l'État islamique à Amerli

    En savoir plus

  • UE : Tusk président du Conseil, Mogherini chef de la diplomatie

    En savoir plus

  • Les frondeurs du PS ne sont pas à La Rochelle "pour rompre"

    En savoir plus

  • Nouvelle peine de prison à vie pour le guide suprême des Frères musulmans

    En savoir plus

  • Judo : Teddy Riner décroche un 7e titre de champion du monde

    En savoir plus

  • Selon Pretoria, le Lesotho est en proie à un "coup d'État"

    En savoir plus

  • Taubira "assume les conséquences" de sa présence chez les frondeurs du PS

    En savoir plus

  • Un cargo ukrainien s'écrase dans le sud de l'Algérie

    En savoir plus

  • Les États-Unis appellent à une coalition mondiale contre l'État islamique

    En savoir plus

  • Grande Guerre : l'exode oublié des Belges en France

    En savoir plus

  • Affaire Tapie : le FMI renouvelle sa confiance à Christine Lagarde

    En savoir plus

  • Un premier cas d'Ebola détecté au Sénégal

    En savoir plus

  • Laurent Fabius sur France 24 : "Il faut être ferme face à la Russie"

    En savoir plus

Afrique

Ousmane Coulibaly : "Nous contrôlerons Yopougon dans 48 heures"

Vidéo par Karim HAKIKI

Texte par Jean-Baptiste MAROT

Dernière modification : 15/04/2011

La commune de Yopougon est l'un des derniers quartiers d'Abidjan encore contrôlé par les partisans de Laurent Gbagbo. Entretien avec Ousmane Coulibaly, l'un des chefs de l'ex-rébellion des Forces nouvelles, qui a reçu pour mission de s'en emparer.

Ancien commandant de zone de la ville d'Odienné, dans le nord-ouest de la Côte d'Ivoire, Ousmane Coulibaly s'est choisi pour nom de guerre “Ben Laden”. Donné pour mort à plusieurs reprises, il compte parmi les principaux chefs de guerre de la rébellion des Forces nouvelles (FN) qui avait tenté de renverser l’ancien président Laurent Gbagbo en septembre 2002.

Natif du pays Sénoufo et ex-parachutiste commando, Ousmane Coulibaly a aujourd'hui reçu pour mission de faire tomber Yopougon, dont les Forces républicaines de Côte d'Ivoire (FRCI) n'ont pas encore pris le contrôle. Entretien.

FRANCE 24 : Pourquoi Yopougon est-il un quartier difficile à “sécuriser” ?

Ousmane Coulibaly : Vous n'êtes pas sans savoir que Yopougon est un quartier favorable au président sortant. C'est donc là que les miliciens et les [Jeunes] patriotes [pro-Gbagbo, NDLR] se sont rassemblés. Le président de la République [Alassane Ouattara] et le ministre de la Défense [Guillaume Soro, qui est aussi Premier ministre, NDLR] nous ont en outre demandé de l'assainir le plus rapidement possible, mais sans faire de casse, sans actes de vengeance et sans règlements de compte. Cela nous oblige donc à avancer avec dextérité, même si les miliciens et les patriotes n'ont plus rien à manger et terrorisent la population pour pouvoir survivre.

F24 : Vous et vos hommes semblez pourtant avoir des difficultés à les déloger...

O. C. : Ce n'est pas que nous n'arrivons pas à les déloger. Vous savez, Yopougon est un très grand quartier. Des armes y circulent, et nous devons agir sans faire de dégâts sur la population civile... Au demeurant, il s'agit du seul quartier d'Abidjan que nous n'avons pas encore sécurisé.

F24 : Quand pensez-vous pouvoir contrôler la totalité de la commune de Yopougon ?

O. C. : S'il plaît à Dieu, d'ici 48 heures... Les opérations ont déjà commencé. Il s'agit de ratisser la totalité du quartier avec le plus grand nombre d'éléments possible. Cela suppose de rassembler toutes nos forces : FRCI [Forces républicaines de Côte d'Ivoire, NDLR], policiers et gendarmes. Mais Yopougon n'est pas une bataille à part entière, ce n'est que la bataille d'Abidjan qui continue !


 

Première publication : 15/04/2011

  • CÔTE D'IVOIRE - REPORTAGE

    Le palais présidentiel d'Abidjan après les combats

    En savoir plus

  • CÔTE D'IVOIRE - REPORTAGE

    La Licorne et les forces républicaines patrouillent pour sécuriser Abidjan

    En savoir plus

  • PORTRAIT

    Guillaume Soro, l'homme-clé de l'après-Gbagbo ?

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)