Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Présidentielle algérienne: Abdelaziz Bouteflika vote en fauteuil roulant

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Bouteflika dans un fauteuil

En savoir plus

DÉBAT

Présidentielle en Algérie : un vote, quels changements ? (Partie 1)

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Guillaume Poitrinal, co-président du conseil de la simplification

En savoir plus

FOCUS

Bitcoin, une révolution monétaire?

En savoir plus

SUR LE NET

Nigeria : les internautes mobilisés contre les violences

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Sur les traces d'Agatha Christie : l'Orient Express fait escale à Paris

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Mansouria Mokhefi, spécialiste de l’Algérie

En savoir plus

DÉBAT

L'Algérie d'aujourd'hui : économie, sécurité... le pays inquiet (partie 1)

En savoir plus

  • L'écrivain de génie Gabriel Garcia Marquez s'est éteint à 87 ans

    En savoir plus

  • Un scrutin sans suspense s'achève sur fond de violence en Algérie

    En savoir plus

  • À Genève, un accord commun conclu pour une issue à la crise ukrainienne

    En savoir plus

  • Cinq humanitaires maliens libérés par des troupes françaises

    En savoir plus

  • En images : un condamné à mort iranien gracié par la mère de sa victime

    En savoir plus

  • Les oranges de Floride victimes d'une bactérie, le prix du jus s'envole

    En savoir plus

  • Un conseiller de François Hollande épinglé pour ses conflits d'intérêts

    En savoir plus

  • Le 67e Festival de Cannes signe le retour de Jean-Luc Godard

    En savoir plus

  • La justice sénégalaise décide du maintien de Karim Wade en détention

    En savoir plus

  • En images : mince espoir de retrouver des survivants du ferry en Corée du Sud

    En savoir plus

  • Étape cruciale des élections législatives en Inde

    En savoir plus

  • Coupe du Roi : le Real Madrid enfonce le FC Barcelone

    En savoir plus

  • Jacques Servier, le père du Mediator, est décédé

    En savoir plus

  • Vidéo : les Algérois partagés entre fatalisme et peur de l’avenir

    En savoir plus

  • RD Congo : qui en veut au directeur du parc des Virunga, blessé par balles ?

    En savoir plus

  • Transfert d'argent : l'Afrique perd près de 2 milliards de dollars par an

    En savoir plus

  • Daniel Cohn-Bendit fait ses adieux au Parlement européen

    En savoir plus

Economie

Glencore rompt pour de bon avec l'héritage de son fondateur

©

Texte par Sébastian SEIBT

Dernière modification : 16/04/2011

Le géant suisse des matières premières, Glencore, débute son opération d’introduction en Bourse et compte en tirer près de 10 milliards d’euros. Derrière cette réussite économique, il y a l’histoire sulfureuse du fondateur du groupe, Marc Rich.

Depuis Baar, ville suisse de 20 000 habitants, le géant des matières premières Glencore pilote l’une des étapes les plus importantes de son histoire : son introduction boursière. Cette introduction, qui devrait être finalisée à la mi-mai, devrait permettre au groupe de lever entre 9 et 11 milliards d’euros. Glencore réussirait ainsi la troisième plus importante introduction en bourse de l'histoire pour une société européenne (après celles de l'allemand Deutsche Telekom, en 1996, et de l'italien Enel, en 1999).

La société, qui acquiert ainsi ses lettres de noblesse sur les marchés financiers, tourne définitivement la page de ses premières années, sous la houlette du sulfureux homme d'affaire belge Marc Rich. Nul doute que ce dernier est à l’origine de la réussite de Glencore. Nul doute aussi que ses dirigeants ne regrettent pas le départ, en 1993, d’un homme qui figura un temps sur la liste des dix personnes les plus recherchées par le FBI.

Lorsque en 1974 Marc Rich fonde, à l'âge de 40 ans, sa société de négoce en matières premières - Marc Rich + Co -, il a déjà la réputation d'un trader de génie. Pendant l’embargo sur le pétrole décidé par les États du Golfe en 1973, il se joue à lui tout seul – ou presque –, de l’Opep. Ce Belge réussit alors à acheter du pétrole en Irak et Iran pour le revendre deux fois plus cher aux États-Unis.

Paranoïaque et traqué par le FBI

Au début des années 1980, Marc Rich réussit à mettre la main sur 40 % du marché de l’aluminium mondial et "croque" aussi une grosse part du marché de l’argent. Marc Rich vend aussi, pendant des années, du pétrole à l’Afrique du Sud - alors que le pays est sur la liste noire du commerce mondial en raison de l’apartheid. C'est à grand renfort de ce type de coups, pas toujours légaux, que Marc Rich fait de sa société l’un des principaux acteurs des marchés des matières premières. Ses méthodes lui vaudront de solides inimités.

Mais son crime, du moins aux yeux de Washington, est d’acheter des millions de barils de pétrole à l’Iran en pleine crise des otages américains, en 1979. Un fait d’arme qui lui vaudra d’être poursuivi par les autorités américaines, en 1983, pour violation de l’embargo et évasion fiscale. Marc Rich refuse de comparaître et devient alors traqué par le FBI, qui le considère comme l’un des dix criminels les plus recherchés au monde.

Il continue de diriger sa société depuis le canton de Zoug, paradis fiscal suisse, mais aurait vécu à partir de ce moment dans un état de paranoïa permanent, selon Daniel Ammann, un journaliste qui lui a consacré une biographie baptisée "Le Roi du pétrole", sortie en novembre 2010.

Les rumeurs les plus folles commencent alors à circuler sur son mode de vie, comme le rapporte le quotidien The Observer, en mai 2001. Il aurait ainsi faire construire un tunnel sous ses bureaux pour éviter de se faire assassiner en se rendant à son restaurant favori. Par ailleurs, Marc Rich ne se déplacerait jamais sans une douzaine de gardes du corps - tous des ex du Mossad.

Le coup de (la) grâce présidentielle

Un train de vie usant. En 1993, il finit par faire une mauvaise opération qui lui fait perdre des centaines de millions de dollars. Marc Rich est alors obligé de revendre ses parts dans Marc Rich + Co à ses co-actionnaires, qui le poussent vers la sortie.

Il semble alors se retirer des affaires et consacre une partie de sa fortune, estimée par Forbes à 800 millions de dollars, à des œuvres caritatives et culturelles. Mais le FBI ne l’oublie pas pour autant. Du moins, jusqu’à la fin du mandat de Bill Clinton en 2001. Alors qu’il ne lui reste plus que quelques heures à la Maison Blanche, il lui accorde son pardon à la surprise générale. Il expliquera par la suite avoir reçu plusieurs demandes de grâce de personnes influentes, dont une du Premier ministre israélien Ehud Barak.

Première publication : 15/04/2011

  • WIKILEAKS

    L'ex-banquier suisse qui voulait faire tomber le secret bancaire

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)