Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

À L’AFFICHE !

Disparition de Sonia Rykiel, femme libre et "reine du tricot"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Jean Ping : "Ali Bongo est incapable de diriger le Gabon"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Ali Bongo : "L’opposition ne parle que de mon acte de naissance"

En savoir plus

FOCUS

Allemagne : la politique migratoire de Merkel pèse dans la campagne pour les régionales

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Destruction des mausolées de Tombouctou : 9 à 11 ans de prison requis contre Ahmad Al Mahdi

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

"Ville morte en RDC" : une mobilisation inégale dans le pays

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

France : une réunion pour trouver une issue à la crise du lait

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Rio : l'heure du bilan

En savoir plus

LE DÉBAT

États-Unis - Turquie : faux ennemis, vrais amis ? (partie 1)

En savoir plus

Afrique

À Misrata, les rebelles assiégés attendent désespérément l'Otan

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 15/04/2011

Dans la seule ville de l’Ouest libyen encore tenue par la rébellion anti-kadhafiste, les insurgés guettent une intervention de l’Alliance atlantique qui ferait cesser le bombardement incessant qu’ils subissent.

Chaque nuit, depuis cinq semaines, une pluie d'obus s'abat sur Misrata. Et chaque matin, le dernier bastion de la rébellion anti-kadhafiste dans l’ouest du pays enterre ses morts. Selon nos envoyés spéciaux sur place, ils seraient déjà près de 400 à avoir péri depuis le début des combats. Un chiffre en constante augmentation...

Nos reporters se sont rendus à l'hôpital principal de Misrata, où les médecins font face à un flot continu de victimes de tous âges. "J'étais devant ma maison. Je sortais tout simplement les poubelles et tout à coup les bombes [de l’armée kadhafiste, ndlr] sont tombées partout autour de moi", témoigne un blessé d’une cinquantaine d’années, allongé sur son lit d’hôpital. Un récit semblable à celui des autres victimes présentes dans la pièce.

"Je ne sais pas ce qu’il faut faire pour arrêter ce massacre, se désole un médecin. L’armée gouvernementale envoie des troupes dans des voitures civiles et l'Otan ne peut plus différencier les rebelles des kadhafistes", explique-t-il, dépité.

En attendant l’Otan...

Pourtant, l’Otan est attendue comme le messie par les insurgés. Ces derniers ne croient pas à l’impuissance de l’Alliance atlantique, qui a déjà frappé des positions stratégiques sur la ville en début de semaine sans pour autant décourager les bombardements des forces loyalistes.

Nos reporters rejoignent Moktar, qui a pris la tête d’un petit groupe de rebelles.  Il vient de localiser une position kadhafiste : un immeuble sur lequel flotte le drapeau vert du colonel. Deux hommes sont postés sur le toit. Ils sont les yeux de l’armée. Ils sont chargés d’orienter les tirs sur les différents points de Misrata.

Pourquoi l’Otan ne frappe-t-elle pas ce bâtiment ? Difficile de comprendre... Cette position est en effet visible et isolée. Et, par conséquent, à la merci d'une frappe aérienne.

Première publication : 15/04/2011

  • RUSSIE

    L'Otan outrepasse le mandat de l'ONU en Libye, affirme Moscou

    En savoir plus

  • LIBYE

    La coalition réclame le départ du colonel Kadhafi

    En savoir plus

  • LIBYE

    À Misrata, la chasse aux snipers est ouverte

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)