Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Blackout médiatique contre l'État islamique

En savoir plus

DÉBAT

Rentrée économique en France : croissance, inflation... Tableau noir pour l'exécutif?

En savoir plus

DÉBAT

Israël - Hamas : accord impossible?

En savoir plus

SUR LE NET

La Toile divisée à propos de Darren Wilson

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Adèle Haenel, nouveau visage du cinéma français

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Ebola : le Cameroun ferme ses frontières avec le Nigeria

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Moins d'un Français sur deux est imposable

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Vers une police sous surveillance ?

En savoir plus

DÉBAT

Syrie, la guerre oubliée

En savoir plus

  • Ukraine : "C’est le début de la Troisième Guerre mondiale"

    En savoir plus

  • Gaza : pourquoi les négociations sur un cessez-le-feu permanent sont un cauchemar ?

    En savoir plus

  • Libération de Paris : où étaient les combattants noirs de la 2e DB ?

    En savoir plus

  • Ce qu'il faut retenir de la vidéo de la décapitation de James Foley par l'EI

    En savoir plus

  • Netanyahou compare le Hamas aux jihadistes de l'État islamique

    En savoir plus

  • Fabius veut coordonner avec l'Iran la lutte contre l'État islamique

    En savoir plus

  • Darius, ce jeune Rom lynché en juin et SDF en août

    En savoir plus

  • Heurts à Bangui entre soldats français et individus armés

    En savoir plus

  • Vidéo : après une nuit plus calme, la situation reste tendue à Ferguson

    En savoir plus

  • Hollande : "La situation internationale est la plus grave depuis 2001"

    En savoir plus

  • Gaza : la trêve une nouvelle fois rompue, Israël vise un chef du Hamas

    En savoir plus

  • La Fifa interdit au FC Barcelone de recruter

    En savoir plus

  • Au bord de l'éruption, le volcan islandais Bardarbunga menace le trafic aérien

    En savoir plus

  • Quand l’Égypte sermonne Washington sur les émeutes de Ferguson

    En savoir plus

  • Reportage : les combattants kurdes reprennent le barrage de Mossoul

    En savoir plus

Afrique

À Misrata, les rebelles assiégés attendent désespérément l'Otan

Vidéo par Matthieu MABIN , Alexandra RENARD

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 15/04/2011

Dans la seule ville de l’Ouest libyen encore tenue par la rébellion anti-kadhafiste, les insurgés guettent une intervention de l’Alliance atlantique qui ferait cesser le bombardement incessant qu’ils subissent.

Chaque nuit, depuis cinq semaines, une pluie d'obus s'abat sur Misrata. Et chaque matin, le dernier bastion de la rébellion anti-kadhafiste dans l’ouest du pays enterre ses morts. Selon nos envoyés spéciaux sur place, ils seraient déjà près de 400 à avoir péri depuis le début des combats. Un chiffre en constante augmentation...

Nos reporters se sont rendus à l'hôpital principal de Misrata, où les médecins font face à un flot continu de victimes de tous âges. "J'étais devant ma maison. Je sortais tout simplement les poubelles et tout à coup les bombes [de l’armée kadhafiste, ndlr] sont tombées partout autour de moi", témoigne un blessé d’une cinquantaine d’années, allongé sur son lit d’hôpital. Un récit semblable à celui des autres victimes présentes dans la pièce.

"Je ne sais pas ce qu’il faut faire pour arrêter ce massacre, se désole un médecin. L’armée gouvernementale envoie des troupes dans des voitures civiles et l'Otan ne peut plus différencier les rebelles des kadhafistes", explique-t-il, dépité.

En attendant l’Otan...

Pourtant, l’Otan est attendue comme le messie par les insurgés. Ces derniers ne croient pas à l’impuissance de l’Alliance atlantique, qui a déjà frappé des positions stratégiques sur la ville en début de semaine sans pour autant décourager les bombardements des forces loyalistes.

Nos reporters rejoignent Moktar, qui a pris la tête d’un petit groupe de rebelles.  Il vient de localiser une position kadhafiste : un immeuble sur lequel flotte le drapeau vert du colonel. Deux hommes sont postés sur le toit. Ils sont les yeux de l’armée. Ils sont chargés d’orienter les tirs sur les différents points de Misrata.

Pourquoi l’Otan ne frappe-t-elle pas ce bâtiment ? Difficile de comprendre... Cette position est en effet visible et isolée. Et, par conséquent, à la merci d'une frappe aérienne.

Première publication : 15/04/2011

  • RUSSIE

    L'Otan outrepasse le mandat de l'ONU en Libye, affirme Moscou

    En savoir plus

  • LIBYE

    La coalition réclame le départ du colonel Kadhafi

    En savoir plus

  • LIBYE

    À Misrata, la chasse aux snipers est ouverte

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)