Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

CAP AMÉRIQUES

La stratégie des États-Unis face à l'organisation de l'EI

En savoir plus

FOCUS

Thaïlande : le business lucratif des mères porteuses

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Niki de Saint-Phalle, une "nana" militante et engagée

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Les incertitudes économiques d'une Écosse indépendante

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"DDay"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Kilt ou double"

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Ebola : une volontaire française de MSF contaminée

En savoir plus

SUR LE NET

Iran : les jeunes internautes contournent la censure

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Le référendum écossais, sujet sensible pour les médias britanniques

En savoir plus

  • En direct : Hollande annonce des frappes aériennes en Irak dans un délai "court"

    En savoir plus

  • Alex Salmond, le visage d'une Écosse qui rêve d'indépendance

    En savoir plus

  • L'Australie, une cible de choix pour l'organisation de l'EI ?

    En savoir plus

  • Yacine Brahimi, la pépite algérienne révélée par Porto

    En savoir plus

  • Thaïlande : le business lucratif des mères porteuses

    En savoir plus

  • Belgique : l'euthanasie d'un violeur inquiète les partisans de la mort assistée

    En savoir plus

  • Livraison d'armes aux rebelles syriens : le Congrès américain doit se prononcer

    En savoir plus

  • Vladimir Evtouchenkov, le nouvel oligarque dans le viseur du Kremlin

    En savoir plus

  • Parcours sans-faute des Bleues vers le Mondial-2015

    En savoir plus

  • Une star de la Silicon Valley rachète le château de Pommard

    En savoir plus

  • Peu importe l’issue du référendum, "l’Écosse ne sera plus jamais la même"

    En savoir plus

  • Le sulfureux maire de Toronto atteint d'un cancer rare et agressif

    En savoir plus

  • "Hollande renvoie l’image de quelqu’un de trop optimiste"

    En savoir plus

  • L'Australie déjoue des meurtres projetés par l'État islamique

    En savoir plus

  • Ebola : la Française contaminée bientôt rapatriée à Paris

    En savoir plus

Economie

Les prix des produits alimentaires entrent dans "une zone dangereuse"

Texte par Dépêche

Dernière modification : 15/04/2011

Pour le président de la Banque mondiale, Robert Zoellick, les prix des produits alimentaires, qui ont augmenté de 36 % en un an, sont entrés dans une "zone dangereuse".

AFP - Le président de la Banque mondiale Robert Zoellick a estimé jeudi que les prix des produits alimentaires mondiaux étaient parvenus "dans la zone dangereuse".

"Nous sommes dans la zone dangereuse, parce que les prix ont déjà augmenté, et que les stocks pour beaucoup de matières premières sont relativement bas", a déclaré M. Zoellick lors d'une conférence de presse à Washington, en ouverture des réunions de printemps du Fonds monétaire international et de la Banque mondiale.

La situation n'est pas la même pour tous les aliments, mais dans tous les cas "ce sont les pays pauvres qui sont les plus touchés", a-t-il rappelé.

"Pour beaucoup d'économies d'Asie de l'Est qui concentrent leur attention sur le riz, la situation est un peu meilleure. Mais le riz est une matière première qui est très peu échangée sur les marchés. Seulement 7% de la production l'est. Donc s'il se passait quelque chose cela mettrait manifestement plus de pression" sur les prix, a-t-il ajouté.

"Les prix alimentaires sont supérieurs de 36% à ce qu'ils étaient il y a un an et restent proches de leur pic de 2008. Déjà, 44 millions de personnes sont tombées sous le seuil de pauvreté depuis juin dernier", a noté M. Zoellick.

Si l'indice des prix alimentaires établi par la Banque Mondiale "augmente encore de 10%, nous estimons que 10 millions de personnes supplémentaires vont tomber dans l'extrême pauvreté, sous le seuil de 1,25 dollar par jour", a-t-il prévenu. "Et une augmentation de 30% ajouterait 34 millions de personnes aux pauvres du monde, qui sont déjà 1,2 milliard".

M. Zoellick a appelé le G20, présidé par la France qui a fait de l'alimentation une de ses priorités, à prendre des mesures pour contrôler la volatilité des cours et renforcer la sécurité alimentaire.

Ainsi les pays qui imposent un embargo sur leurs exportations de produits alimentaires devraient "au minimum exclure les organisations humanitaires, comme le Programme alimentaire mondial" (PAM) de cet embargo, a indiqué M. Zoellick.

"Ce ne sont pas les prix alimentaires qui ont provoqué les crises au Proche-Orient et en Afrique du Nord. Mais ils les ont aggravées", a-t-il remarqué.

Première publication : 15/04/2011

  • FINANCES

    Un "battement d'ailes" de Ben Bernanke peut-il provoquer une révolte en Égypte ?

    En savoir plus

  • MATIÈRES PREMIÈRES

    Les prix des denrées alimentaires atteignent un pic historique

    En savoir plus

  • ALIMENTATION

    "La situation s'est fortement détériorée, mais pas autant qu'en 2008"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)