Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

L'abstention, un chien dans le jeu de quilles de la présidentielle ?

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Hissène Habré définitivement condamné à la prison à vie

En savoir plus

JOURNAL DE CAMPAGNE

Marine Le Pen et Emmanuel Macron : la guerre des images

En savoir plus

POLITIQUE

Macron- Le Pen : deux France qui s’affrontent

En savoir plus

FOCUS

Birmanie : quel bilan pour Aung San Suu Kyi ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Fondation Louis Vuitton : L'art africain a le vent en poupe

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Macron, le virtuose du flou"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

France : le chômage bondit à moins de quinze jours du second tour

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Show à Whirlpool"

En savoir plus

Moyen-Orient

Un journaliste franco-algérien a été arrêté à Damas

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 16/04/2011

Le journaliste Khaled Sid Mohand, installé à Damas depuis deux ans, n’a plus donné signe de vie depuis cinq jours. L’ONG Reporter sans frontières appelle "les autorités syriennes à libérer tous les journalistes et net-citoyens" arrêtés par Damas.

Khaled Sid Mohand, un journaliste reporter travaillant en free lance à Damas, a disparu depuis cinq jours. Plus aucun ami ne l'a revu depuis le 9 avril. Son portable a sonné dans le vide le premier jour et il est coupé depuis.

Khaled Sid Mohand a 40 ans. Journaliste de nationalité algérienne, il vit en France depuis l'âge de 6 ans. Il pige régulièrement pour Radio France Internationale et réalise également des documentaires pour l’émission "Sur les docks" de France Culture. Il collabore également pour le journal "Le Monde" de manière occasionnelle. ll s’est installé à Damas il y a deux ans. Il travaillait sous un pseudonyme que ses amis ignorent.

Ses proches et sa famille n’ont aucune nouvelle de lui.

La direction du groupe radiophonique public Radio France a demandé ce vendredi la libération de Khaled Sid Mohand, collaborateur de France Culture arrêté en Syrie.

"Radio France demande sa libération, ainsi que celle de tous les journalistes actuellement détenus en Syrie", conclut le communiqué.

Des arrestations de journalistes à répétition

L’ONG Reporters sans frontières a diffusé le 14 avril un communiqué évoquant cette arrestation, mais indiquant que d’autres ont également eu lieu depuis. "Le journaliste et écrivain syrien, Fayez Sara, a quant à lui été arrêté le 11 avril dernier à Damas, après sa participation à une réunion du Conseil national pour la 'Déclaration de Damas'", indique l’ONG, qui précise plus loin : "ce dernier avait été arrêté en 2008, et détenu pendant deux ans et demi pour avoir signé cette déclaration qui réclame la levée de l’état d’urgence, le respect de la liberté d’expression et de rassemblement ainsi que le départ du pouvoir de la famille Assad."

L'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH) a annoncé la libération jeudi et vendredi de "centaines" de personnes "arrêtées" lors de manifestations dans plusieurs villes du pays.

L'OSDH fait notamment état de la libération du blogueur Ahmad Hadifa, "arrêté le 23 mars en raison de ses activités sur Facebook", et du poète Mohammad Mahmoud Dibo, arrêté le 19 mars près de Banias.

Depuis le début du mouvement de contestation, les exactions contre les professionnels des médias se sont multipliées. Selon Reporters sans frontières, des journalistes étrangers sont régulièrement arrêtés et expulsés. De nombreux journalistes et blogueurs syriens ont également été arrêtés. Le régime de Bachar al-Assad ne veut pas d’une libre circulation de l’information et empêche, par tous les moyens, les médias de travailler et de couvrir les manifestations qui continuent depuis près d’un mois dans plusieurs villes syriennes.

Première publication : 15/04/2011

  • SYRIE

    Un journaliste syrien rompt la loi du silence

    En savoir plus

  • SYRIE

    Les manifestations se poursuivent malgré le nouveau gouvernement

    En savoir plus

  • SYRIE

    "Le régime syrien n’est pas aussi fort qu’on ne le croit"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)