Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Les promesses de Hollande à l'épreuve du pouvoir

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

France-Afrique : un rapport parlementaire très critique appelle à une nouvelle politique africaine

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Kamel Daoud : "Faire de 'Je suis Charlie' une religion me dérange"

En savoir plus

FOCUS

Royaume-Uni : le système de santé, enjeu central des législatives

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Hafsia Herzi de retour dans une comédie "certifiée Hallal"!

En savoir plus

FACE À FACE

Le Front national dans la tourmente

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Arabie saoudite : le temps du changement

En savoir plus

DÉBAT

Loi sur le renseignement : sécurité ou liberté ?

En savoir plus

DÉBAT

Présidentielle au Burundi : le risque de déstabilisation

En savoir plus

Afrique

Le siège du parti au pouvoir incendié à Ouagadougou

Vidéo par FRANCE 24

Texte par Dépêche

Dernière modification : 17/04/2011

Après la mutinerie des soldats de la garde présidentielle à Ouagadougou et une nuit de pillages, des commerçants ont incendié des édifices publics. Le gouvernement a instauré un couvre-feu dans la capitale, de 19h à 6h (locales et GMT).

AFP - Le régime du président Blaise Compaoré, déjà confronté depuis jeudi à une mutinerie de militaires, fait face à une soudaine colère de commerçants qui ont incendié samedi plusieurs édifices publics à Ouagadougou pour protester contre les pillages des mutins.

Un couvre-feu a été instauré à Ouagadougou de 19H00 à 06H00 (locales et GMT), a annoncé samedi le ministère burkinabè de la Sécurité.

Les incidents dans la capitale du Burkina Faso ont fait 45 blessés dont certains par balle, en plus de "quelques cas de viols" en trois jours, a indiqué à l'AFP une source hospitalière à Ouagadougou.

Le couvre-feu fait suite à la furie des commerçants dans la capitale samedi alors que le chef de l'Etat burkinabè avait tenté vendredi de calmer la colère des soldats. Il avait dissous le gouvernement dirigé par le Premier ministre Tertius Zongo et limogé le chef d'état-major des armées, le général Dominique Djindjéré, remplacé par le colonel-major Honoré Nabéré Traoré.

Samedi, de nouvelles nominations ont eu lieu à la tête de l'armée de terre, de l'air et de la gendarmerie, selon un décret lu sur la radio nationale.

Aucune explication n'a été donnée à ces changements qui interviennent dans un contexte de colère des soldats.

Dans la nuit de vendredi, des militaires ont tiré en l'air dans trois garnisons de Ouagadougou et pillé des magasins et boutiques dans plusieurs quartiers de la capitale, alors que le pouvoir est confronté depuis février à des révoltes de la population.

Les pillages des mutins ont provoqué une révolte des commerçants du principal marché de Ouagadougou qui s'en sont à leur tour pris à des édifices publics, dans le centre-ville.

Des dizaines de commerçants mécontents ont ainsi incendié le siège du parti au pouvoir, brûlé des véhicules stationnés dans l'enceinte du ministère du Commerce et l'Assemblée nationale, avant que le feu ne gagne ces bâtiments, selon un journaliste de l'AFP. Auparavant, ils avaient saccagé le gouvernorat de Ouagadougou.

Les commerçants ont brûlé des pneus et érigé des barricades à plusieurs endroits de la capitale avant d'être dispersés par des militaires.

Le calme était revenu samedi après-midi dans la capitale où patrouillaient des militaires et des policiers qui ont dressé des barrages sur les voies menant aux principales institutions, dans le centre-ville, selon un journaliste de l'AFP.

Mais les dernières mesures prises vendredi par le pouvoir pour calmer les militaires mutins ont été jugées insuffisantes par l'opposition.

"Ce ne sont pas ces mesures hâtives qu'il faut pour cette crise qui est très profonde et structurelle. On ne soigne pas le cancer avec une pommade", a déclaré samedi à l'AFP le principal opposant burkinabè, Me Bénéwendé Stanislas Sankara.

"Le chef de l'Etat doit avoir le courage de s'adresser à son peuple pour lui dire de façon solennelle qu'il est à son dernier mandat", dont le terme est prévu en 2015, a-t-il dit.

Avant les protestations des militaires et des commerçants, le régime de Compaoré avait été secoué par des mouvements de jeunes, à la suite de la mort à Koudougou (centre) d'un étudiant de 23 ans, Justin Zongo, lors d'une manifestation.

Cette mort a ensuite provoqué d'autres manifestations, souvent violentes, à travers tout le pays qui ont fait six morts à Koudougou et dans ses environs.

Début avril, des dizaines de milliers de personnes avaient manifesté à Ouagadougou et dans plusieurs villes de l'intérieur du pays contre le régime de Blaise Compaoré, 60 ans, arrivé au pouvoir par un coup d'Etat en 1987.

 

Première publication : 16/04/2011

  • BURKINA FASO

    Blaise Compaoré dissout le gouvernement et limoge le chef d'état-major

    En savoir plus

  • BURKINA FASO

    Des mutins de la garde présidentielle sèment le désordre à Ouagadougou

    En savoir plus

  • BURKINA FASO

    Blaise Compaoré réélu sans surprise président dès le premier tour

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)