Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

REPORTERS

Exclusif : de Sarajevo à Guantanamo, l’itinéraire des six d’Algérie

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Présidentielle en Côte d'Ivoire : le soutien de Bédié est une "trahison" selon Bertin

En savoir plus

FOCUS

Les bataillons "bénévoles" de Kiev : une force imprévisible

En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Ebola : les 6,5 millions d'habitants de Sierra Leone assignés à résidence

    En savoir plus

  • Wall Street : début en fanfare pour le géant chinois Alibaba

    En savoir plus

  • Le Premier ministre écossais annonce sa démission au lendemain du référendum

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

  • Visé par une enquête, Zidane pourrait être privé de banc de touche

    En savoir plus

  • Sarkozy revient-il pour "tout changer" ou "se sauver" ?

    En savoir plus

  • Quand Hollande se targue d’influencer la politique économique européenne

    En savoir plus

  • Référendum en Écosse: les indépendantistes n'ont pas tout perdu

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Les bataillons "bénévoles" de Kiev : une force imprévisible

    En savoir plus

  • Irak : combattants kurdes recherchent armes lourdes désespérément

    En savoir plus

  • Barack Obama salue la France, "un partenaire solide contre le terrorisme"

    En savoir plus

  • Euro-2020 : la finale de l'"Euro pour l’Europe" à Wembley

    En savoir plus

  • Corruption : amende record pour le géant pharmaceutique GSK

    En savoir plus

Moyen-orient

La justice ordonne la dissolution de l'ancien parti d'Hosni Moubarak

Texte par Dépêche

Dernière modification : 16/04/2011

Dirigé pendant trois décennies par le président déchu Hosni Moubarak, le Parti national démocrate (PND) a été dissous sur ordre de la justice égyptienne. Cette dernière demande la saisie des avoirs de l'ex-raïs au bénéfice des caisses de l'État.

AFP - Un tribunal administratif égyptien a ordonné samedi la dissolution du Parti national démocrate (PND), ancien parti au pouvoir, et la saisie de ses avoirs, répondant ainsi à une revendication majeure de la révolte de janvier/février, a-t-on appris de source judiciaire.

"Le tribunal administratif a ordonné la dissolution du PND et la saisie de son argent. Son siège et ses bâtiments seront transférés au gouvernement", a déclaré cette source, sans préciser les motifs de la dissolution.

Fondé par l'ancien président Anouar el-Sadate et dirigé après l'assassinat de ce dernier par Hosni Moubarak, le PND a dominé la vie politique égyptienne pendant plus de trois décennies, au prix de nombreux trucages électoraux dénoncés en Egypte comme à l'étranger.

Sujet France24 : que veut vraiment l'armée egyptienne?

Il tente actuellement de survivre à la révolte populaire qui a renversé l'ancient président le 11 février. Nombre de ses anciens cadres font l'objet d'enquêtes pour corruption, et plusieurs sont déjà derrière les barreaux.

D'autres ont fait défection et envisagent de créer un nouveau parti. C'est le cas en particulier de Hossam Badrawi, à qui M. Moubarak avait remis la présidence du parti début février et qui a démissionné au bout de quelques jours parce que le raïs tardait à quitter le pouvoir.

Selon plusieurs sources, l'audience samedi s'est tenue en présence du nouveau président du parti, Talaat Sadate, neveu du président assassiné, et a été suivie d'une manifestation d'opposants qui ont scandé "Le PND est illégitime".

Le PND avait hérité d'une partie de ses propriétés des anciens partis au pouvoir à l'époque de M. Sadate, tandis que d'autres étaient louées à des propriétaires privés, dont certains ont récemment entamé des poursuites judiciaires pour récupérer leurs biens.

Le siège du parti, au bord du Nil au Caire, a été incendié pendant la révolte qui a provoqué la chute de M. Moubarak. Il provoque désormais la convoitise du gouverneur du Caire, qui voudrait en faire un parc, et du Musée égyptien situé en face.

Ceux qui n'ont pas encore quitté le parti espéraient pouvoir se présenter sous ses couleurs aux élections législatives prévues en septembre, assurant qu'ils avaient coupé tout lien avec les anciens responsables corrompus et présentant leurs excuses aux Egyptiens pour "les erreurs du parti".

Hosni Moubarak, actuellement hospitalisé après un accident cardiaque, et ses fils Alaa et Gamal sont en détention provisoire dans le cadre d'une enquête sur la répression des manifestations de janvier et février, qui a fait 800 morts selon des sources officielles. Ils doivent également être entendus dans des affaires de corruption.

Première publication : 16/04/2011

  • ÉGYPTE

    Comment l'armée a définitivement lâché l'ex-président Moubarak

    En savoir plus

  • ÉGYPTE

    L'ex-président Hosni Moubarak et ses fils placés en détention provisoire

    En savoir plus

  • L'heure des comptes pour le clan Moubarak?

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)