Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Des émeutes éclatent au Gabon après l'annonce de la victoire de justesse d'Ali Bongo

En savoir plus

LE DÉBAT

Brésil : Clap de fin pour Dilma Rousseff (2ème partie)

En savoir plus

LE DÉBAT

Brésil : Clap de fin pour Dilma Rousseff (1ère partie)

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Offensive turque en Syrie : le casse-tête de Washington

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Venise, ses gondoles, ses canaux et... son cinéma !

En savoir plus

FOCUS

Crise des migrants : la rue, point de passage obligé pour les demandeurs d'asile à Paris?

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Attentat de Gaziantep : la communauté kurde de Turquie à nouveau meurtrie

En savoir plus

FACE À FACE

La démission de Macron, un nouveau coup dur pour Hollande

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Et à la fin, Macron tua le père"

En savoir plus

Afrique

Reprise timide des activités économiques à Abidjan

Texte par Dépêche

Dernière modification : 18/04/2011

Le nouveau pouvoir en place a appelé les Ivoiriens à reprendre le travail ce lundi. A Abidjan, la capitale économique, la reprise était timide, une semaine après l'arrestation de l'ancien président Laurent Gbagbo.

AFP - La reprise de l'activité était timide lundi matin dans le quartier des affaires et des ministères à Abidjan, où les fonctionnaires étaient appelés à retourner au travail par le nouveau pouvoir, une semaine après la chute de l'ex-président Laurent Gbagbo, a constaté l'AFP.

Des taxis et quelques bus bondés de la société de transport public circulaient dans le quartier du Plateau (centre), où se trouvent les centres administratifs et le palais présidentiel. Le secteur avait été le théâtre de combats pendant 10 jours jusqu'à l'arrestation le 11 avril de M. Gbagbo.

Vers 09H00 (locales et GMT), quelques personnes attendaient devant l'entrée de la tour du ministère des Postes et télécommunications, encore fermé alors que les fonctionnaires avaient été appelés à reprendre "impérativement" le travail dès 07H30.

Les Forces républicaines (FRCI) du nouveau président Alassane Ouattara filtraient quelques carrefours et fouillaient les coffres de certains véhicules, ont constaté des journalistes de l'AFP.

"J'arrive au travail à l'instant. Le convoi a été retardé", a déclaré à l'AFP le ministre de la Fonction publique, Konan Gnamien, arrivé vers 09H30 à son ministère, en provenance du Golf Hotel d'Abidjan, où M. Ouattara et son gouvernement sont installés depuis fin novembre.

Mais pour d'autres le travail n'était pas encore possible.

Un fonctionnaire de l'Assemblée nationale a expliqué avoir vu "un cadavre en décomposition" devant l'entrée du bâtiment. "Et les pillards ont volé tous les ordinateurs, tout fouillé, renversé. Je ne sais pas si on pourra travailler avant deux-trois mois", a-t-il dit.

Quelques coups de feu isolés ont été entendus dans la matinée, probablement tirés par des FRCI pour faire fuir des pillards comme cela avait été le cas la semaine dernière.

Ces prisonniers de guerre amenés à l'Hôtel du Golf

Première publication : 18/04/2011

  • CÔTE D'IVOIRE

    Le camp Ouattara demande plusieurs enquêtes sur l'ex-gouvernement Gbagbo

    En savoir plus

  • CÔTE D'IVOIRE

    Le camp Gbagbo appelle à la réconciliation

    En savoir plus

  • CÔTE D'IVOIRE

    Charles Blé Goudé "en lieu sûr", selon un conseiller de Gbagbo

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)