Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

Séisme : "le Népal dévasté"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Volkswagen : sortie de route pour le patriarche Ferdinand Piëch

En savoir plus

FOCUS

Hacking et cybersécurité : la France face au terrorisme connecté

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Népal : "le toit du monde s'est écroulé"

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Le Malien Birama Sidibé candidat à la présidence de la Banque africaine de développement

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

La France peut-elle faire pression pour éviter l'exécution de Serge Atlaoui ?

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Migrants en Méditerranée : l'absence de stratégie en Europe mise en cause

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Génocide des Arméniens : déni et mémoire se côtoient cent ans après

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Loi santé : ce qui va changer

En savoir plus

EUROPE

Lisbonne négocie son plan d'aide financière avec Bruxelles et le FMI

Texte par Dépêche

Dernière modification : 18/04/2011

Des représentants du Fonds monétaire international (FMI) et de la Banque centrale européenne (BCE) sont à Lisbonne pour déterminer, avant la mi-mai, les détails d'un plan d'aide financière avec les autorités portugaises (photo : José Socrates).

AFP - Les représentants de l'UE et du FMI ont commencé lundi à négocier avec les autorités portugaises pour définir les contours et les contreparties d'un plan d'aide financière, estimé pour l'instant à 80 milliards d'euros, qui doit être conclu d'ici la mi-mai.

Après les évaluations "techniques" menées la semaine dernière par des experts de la Commission européenne, de la Banque centrale européenne (BCE) et du Fonds monétaire international (FMI), leurs chefs de mission étaient à Lisbonne pour "recueillir les opinions et les arguments de toutes les parties", a indiqué à l'AFP un porte-parole de la représentation permanente de la Commission au Portugal.

Le Danois Poul Thomsen, représentant du FMI, et les Allemands Jürgen Kröger et Rasmus Rüffer, respectivement à la tête des délégations de la Commission et de la BCE, sont arrivés lundi dans la matinée au ministère des Finances sans faire de déclaration à la presse.

Ils devaient ensuite rencontrer le ministre des Finances Fernando Teixeira dos Santos, le gouverneur de la Banque du Portugal, Carlos Costa, et le Premier ministre José Socrates, selon plusieurs médias locaux.

L'UE comme le FMI se sont déjà dits prêts à aider le Portugal, mais à la stricte condition que Lisbonne adopte d'ici la mi-mai un programme d'austérité qui devra impliquer "les principaux partis politiques", en raison des élections législatives anticipées qui auront lieu le 5 juin.

Le gouvernement socialiste et l'opposition avaient déjà ouvert mercredi des négociations discrètes en vue d'un compromis qui permette au Portugal de s'engager sur les mesures à adopter, "indépendamment du résultat des élections".

Les membres de la "troïka" UE-BCE-FMI doivent rencontrer mardi les représentants des syndicats portugais, ont indiqué ces derniers. Les rencontres avec le patronat ont été reportées à mercredi.

Les responsables internationaux doivent également rencontrer les partis politiques d'opposition. Cette invitation s'est heurtée à une fin de non recevoir de la part de la gauche antilibérale qui s'oppose à l'intervention internationale.

Une cinquantaine de sympathisants communistes ont manifesté devant le ministère des Finances contre "l'ingérence" du FMI au Portugal.

Le PSD, principale force d'opposition de centre droit, et le parti minoritaire de droite CDS doivent en revanche se réunir avec des membres de la mission "dans les prochaines 48 heures".

Désavoué par le parlement qui a rejeté un nouveau plan d'austérité, M. Socrates a démissionné le 23 mars, provoquant une crise politique qui a accentué la pression des marchés financiers, inquiets pour la solvabilité du pays.

Menacé d'une rupture de financement due au niveau record des taux d'intérêt imposés aux emprunts d'Etat, le gouvernement a été contraint de solliciter le 7 avril une aide financière extérieure, comme la Grèce et l'Irlande l'an dernier.

Par ailleurs, la percée électorale enregistrée dimanche par les nationalistes finlandais qui s'opposent à l'aide financière aux membres de l'UE frappés par la crise de la dette, faisait planer de nouvelles incertitudes concernant le sauvetage du Portugal.

La conclusion d'un accord d'ici la mi-mai est crucial pour le Portugal qui doit rembourser le 15 juin près de 5 milliards d'euros de dette. Malgré ce contexte, l'Etat testera à nouveau les marchés mercredi, pour tenter de lever 750 millions à un milliard d'euros à court terme.

Première publication : 18/04/2011

  • PORTUGAL

    Un plan d'aide d'une "magnitude" de 80 milliards d'euros de la part de l'UE

    En savoir plus

  • PORTUGAL

    Lisbonne condamné à un énième plan d'austérité

    En savoir plus

  • PORTUGAL

    Lisbonne demande un soutien financier de la part de l'Union européenne

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)