Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

EXPRESS ORIENT

Otages en Syrie : la rançon ou la mort ?

En savoir plus

SUR LE NET

Après « l’Ice Bucket Challenge », place au « Rice Bucket Challenge »

En savoir plus

DÉBAT

Gouvernement Valls II : le bon choix ?

En savoir plus

FOCUS

Milan, ville de transit pour les réfugiés syriens

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Les ennemis de mes ennemis ne sont pas mes amis"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Un Mozart social-libéral à Bercy"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Si j'abandonne, tout s'effondre"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Gouvernement Valls II : remaniement ou reniement ?

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Macron, l'anti-Montebourg à Bercy

En savoir plus

  • Un rapport de l’ONU accuse Damas et l’EI de crimes contre l’humanité

    En savoir plus

  • Milan, ville de transit pour les réfugiés syriens

    En savoir plus

  • Ebola : le Liberia sanctionne ses ministres réfugiés à l'étranger

    En savoir plus

  • Affaire Tapie : Christine Lagarde mise en examen pour "négligence"

    En savoir plus

  • Emmanuel Macron, un ex-banquier touche-à-tout à Bercy

    En savoir plus

  • Theo Curtis, ex-otage américain en Syrie, est arrivé aux États-Unis

    En savoir plus

  • Vidéo : Lalish, capitale spirituelle et dernier refuge des Yazidis d'Irak

    En savoir plus

  • En images : les ministres du gouvernement Valls II

    En savoir plus

  • Ligue des champions : Porto élimine Lille, reversé en Ligue Europa

    En savoir plus

  • Cessez-le-feu à Gaza après sept semaines de guerre entre Israël et le Hamas

    En savoir plus

  • Transferts : Samuel Eto’o signe à Everton

    En savoir plus

  • Rencontre Poutine - Porochenko : "Le sort du monde se joue à Minsk"

    En savoir plus

  • Pictet, une importante banque suisse, publie ses premiers résultats depuis 209 ans

    En savoir plus

  • Aaron Sofer, un étudiant juif américain, porté disparu en Israël

    En savoir plus

EUROPE

Budapest adopte une nouvelle constitution ultra conservatrice

Texte par Dépêche

Dernière modification : 18/04/2011

En Hongrie, sous l'impulsion du Premier ministre conservateur, Viktor Orban (photo), une nouvelle constitution comprenant des références au christianisme a été adoptée par le Parlement. Si la gauche s'est abstenue, l'extrême-droite a voté contre.

AFP - Le parlement hongrois a adopté lundi après-midi la nouvelle constitution, ultra-conservatrice, avec des références à Dieu, au christianisme et à la famille traditionnelle, avec 262 voix pour, 44 contre et une abstention, selon le résultat officiel du vote.

"Nous avons vécu un moment historique", a déclaré le président du parlement, Laszlo Kövér, après le vote du texte qui porte la marque du Premier ministre conservateur, Viktor Orban.

"Le texte reconnaît le christianisme comme la base de notre civilisation, mais la constitution elle garantit la liberté morale", a-t-il ajouté, avant d'appeler les députés à chanter l'hymne national hongrois.

Alors que les socialistes (MSZP) et le parti gauche libérale-Verts (LMP) ont décidé de ne pas participer au vote, le Jobbik (extrême droite) a voté contre le texte baptisé par une grande partie de la presse hongroise de "Constitution Orban".

L'adoption du texte ne faisait guère de doute, le parti de Viktor Orban, le Fidesz, et ses alliés disposant d'une majorité des deux-tiers au parlement.

La nouvelle constitution doit encore être signée par le chef de l'Etat, Pal Schmitt, un proche de Viktor Orban, le lundi de Pâques, le 25 avril, et elle entrera en vigueur le 1er janvier 2012.

Lors du vote, des citoyens réunis sur Facebook pour la liberté de la presse face à la très controversée loi sur les médias de Viktor Orban, qualifiée de "liberticide" par ses détracteurs, ont organisé une brève manifestation près du parlement pour dénoncer une "mise en cause" de l'Etat de droit.

Le plus grand parti de l'opposition, le MSZP socialiste, a tenu parallèlement "une assemblée nationale partielle", où tous les députés du parti ont donné rendez-vous aux sympathisants pour les assurer qu'une fois au pouvoir ils allaient utiliser "tous les outils démocratiques" pour modifier la "constitution Orban".


 

Première publication : 18/04/2011

  • La Hongrie mal partie pour présider l'UE ?

    En savoir plus

  • HONGRIE

    Budapest accepte d'amender sa loi controversée sur les médias

    En savoir plus

  • UNION EUROPÉENNE

    Les eurodéputés Verts réservent un accueil glacial à Viktor Orbán

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)