Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Vers une police sous surveillance ?

En savoir plus

DÉBAT

Syrie : la guerre oubliée

En savoir plus

DÉBAT

Centrafrique : comment sortir de l'impasse?

En savoir plus

SUR LE NET

Le web se met au « Ice Bucket Challenge » pour la bonne cause

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Montréal, toute une histoire

En savoir plus

FOCUS

Israël : Tsahal face aux minorités de la société israélienne

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Guillaume Foliot, directeur adjoint du Programme alimentaire mondial

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Gabon : le camp d'Ali Bongo répond aux attaques de Jean Ping

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Le scandale irlandais"

En savoir plus

  • Reprise des hostilités à Gaza, Israël rappelle ses négociateurs au Caire

    En savoir plus

  • L'armée irakienne attaque les jihadistes sur plusieurs fronts

    En savoir plus

  • L'opposition pakistanaise pénètre dans la zone rouge d’Islamabad

    En savoir plus

  • Ligue 1 : une enquête judiciaire ouverte après le coup de tête de Brandao

    En savoir plus

  • Championnat d'Europe : Florent Manaudou vainqueur ex æquo sur 50 m papillon

    En savoir plus

  • Le prince saoudien braqué à Paris est un fils du roi Fahd mort en 2005

    En savoir plus

  • Émeutes de Ferguson : les États-Unis face à leurs vieux démons racistes

    En savoir plus

  • Carte interactive : "Ici est tombé" pour la Libération de Paris

    En savoir plus

  • Libération de Paris : "J'accueillais mes libérateurs"

    En savoir plus

  • Dans l’est de l'Ukraine, Lougansk en proie à d’intenses combats

    En savoir plus

  • Le pape François ouvre davantage la voie à la béatification de Mgr Romero

    En savoir plus

  • Amos Gitaï : "Israël est un projet politique, pas un projet religieux"

    En savoir plus

  • Le bilan d'Ebola s'alourdit encore en Afrique de l'Ouest

    En savoir plus

Afrique

Pris au piège du conflit libyen, les civils tentent de fuir

Vidéo par Damien COQUET

Texte par Sarah LEDUC

Dernière modification : 21/04/2011

Alors que la France et l'Otan intensifient leurs frappes aériennes sur la Libye, les humanitaires tirent la sonnette d'alarme. Premières victimes du conflit, les civils -étrangers ou libyens- cherchent à fuir le pays par tous les moyens.

Il voulait quitter la Libye à tout prix. Liban Sheikh Ibrahim, un Somalien de 32 ans, craignait d’être pris pour un mercenaire de Mouammar Kadhafi par les hommes de l’insurrection. En route vers la Tunisie, il a été arrêté avec sa famille par des insurgés armés, à deux doigts de l’exécuter sur le bitume.

"Tuez-les, ce sont des mercenaires", auraient crié les rebelles, en pointant leurs armes vers Liban et sa famille, agenouillés au sol, mains derrière la tête.  

Sauvés de justesse grâce à l’intervention du chauffeur, Liban Sheikh Ibrahim et les siens sont arrivés sains et saufs au camp du poste frontière de Ras Jdir, entre la Libye et la Tunisie, où Liban a pu raconter son histoire aux aides humanitaires d’Amnesty International.

Comme lui, de nombreux travailleurs étrangers subsahariens, originaires du Niger, de Somalie ou d’Érythrée, craignent d’être pris pour des mercenaires africains recrutés par le colonel Kadhafi pour renforcer ses troupes et d'être attaqués par les insurgés.

Depuis le début du conflit le 17 février, environ 236 000 personnes, Libyens ou travailleurs étrangers ont traversé les frontières occidentales libyennes, selon Amnesty International. Mais à l’est du pays, ils sont encore des milliers, coincés au milieu des combats.

À Misrata, la situation humanitaire se dégrade

Entre 5 000 et 10 000 travailleurs Libyens et étrangers sont pris au piège à Misrata, dans l’est de la Libye, à quelque 200 kilomètres de Tripoli, attendant dans des conditions désastreuses d’être évacués de la ville assiégée par les insurgés.

"Des milliers de réfugiés s’entassent le long des routes, sous des abris de fortune, avec un morceau de plastique en guise de tente et sans couverture", raconte Andrei Slavuckij, médecin pour l'association Médecins Sans Frontières interrogé par France24.com.

"Ils n’ont pas assez de nourriture, pas d’eau, de l’électricité un jour sur trois. Ils ont besoin d’une grande assistance d’urgence et pourtant ils sont abandonnés à leur destin, il n’y a pas assez de moyens", poursuit-il.

Andrei Slavuckij note par ailleurs les risques d’épidémie liée aux conditions d’hygiène, à la nourriture et la promiscuité dans les camps de migrants : "Il y a quelques jours, une centaine de patients a été touchée par de violentes diarrhées. Épidémie ou intoxication alimentaire ? Nous ne savons pas encore les causes, mais les risques d'épidémie sont très élevés dans de telles conditions de vie".

Des opérations d’évacuation d’urgence


L’organisation internationale pour les migrations (OIM) a annoncé préparer une troisième opération d’évacuation ce mardi soir, grâce à une promesse de fonds des autorités britanniques. Mille personnes pourraient être sortis du pays dans la soirée, prioritairement les travailleurs subsahariens.

"C’est le groupe que nous allons viser pour la prochaine opération", a indiqué Jemini Pandya, porte-parole de l’OIM, lors d’un point presse.

Les habitants de Nalut fuient les combats vers la Tunisie

Deux autres opérations menées en une semaine par l’OIM ont déjà permis de faire sortir plus de 2 000 travailleurs migrants bloqués à Misrata et Benghazi. Le Comité internationale de la Croix Rouge (CICR) en a évacué 618 autres par la mer lundi dernier.

"Chaque opération d’évacuation attire à chaque fois vers les camps de Misrata de nouvelles personnes qui souhaitent partir d’urgence", avertit cependant Andrei Slavucki qui s’attend à voir affluer de nouveaux prétendants au départ dans les jours à venir.

L'espoir du corridor humanitaire

Des dizaines de blessés attendent également d’être évacués. MSF a déjà procédé ce week-end à l’évacuation de 75 victimes de guerre jusqu’à la Tunisie par voie maritime. "Un exploit extraordinaire", selon le docteur Slavuckij qui estime le nombre de blessés en attente à Misrata à plusieurs centaines.

"Il y a des médecins et des réserves de médicaments. Mais on manque d’infirmiers. Et surtout, il faut évacuer les blessés au fur et à mesure afin de faire de la place pour ceux qui arrivent en plus chaque jour", continue le médecin. 

Parmi eux, des dizaines de civils, victimes collatérales du conflit qui ne semblent pas trouver d'issu. Selon Human Rights Watch, 16 civils ont été tués à Misrata depuis le 14 avril. Un millier de personnes y aurait péri en six semaines et 3 000 auraient été blessées, selon des sources médicales.

L’Onu a reçu l’autorisation du gouvernement de Kadhafi d’y envoyer une mission du Bureau de la coordination des affaires humanitaires. Tripoli a par ailleurs garanti "un passage sûr" aux équipes internationales dans les zones qu’il contrôle.

 



 

Première publication : 19/04/2011

  • LIBYE - EXCLUSIF

    À Misrata, les rebelles assiégés attendent désespérément l'Otan

    En savoir plus

  • LIBYE - REPORTAGE

    À Misrata, les combats se déroulent au milieu d'une ville en ruine

    En savoir plus

  • LIBYE

    Les pro-Kadhafi poursuivent le pilonnage de Misrata, défendue par les insurgés

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)