Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

#ActuElles

Les "Patronas" au secours des migrants mexicains

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Coup d'envoi de la transition énergétique en France

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Centenaire de la Grande Guerre : retour sur la bataille de Verdun

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Gaza : les larmes d'un responsable de l'ONU

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Offre surprise de Free sur le géant américain T-Mobile

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Le Liberia en lutte contre le virus Ebola

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Il faut lever la voix face au massacre perpétré à Gaza"

En savoir plus

DÉBAT

"Fonds vautours" : l'Argentine en défaut de paiement, et après ?

En savoir plus

DÉBAT

Boko Haram : une menace incontrôlable ?

En savoir plus

  • Vidéo : "Le monde devrait admirer Israël", selon son ambassadeur aux États-Unis

    En savoir plus

  • En direct : l'armée israélienne annonce la fin du cessez-le-feu

    En savoir plus

  • Un séisme secoue la région d'Alger et fait six morts et 420 blessés

    En savoir plus

  • Extensions Internet : l'Icann à la rescousse de l'Iran, la Syrie et la Corée du Nord

    En savoir plus

  • Ebola : sommet régional à Conakry pour tenter d'enrayer l'épidémie

    En savoir plus

  • Free convoite T-mobile : "What the hell is Iliad ?" se demandent les Américains

    En savoir plus

  • Ouganda : la justice annule une loi anti-gay particulièrement répressive

    En savoir plus

  • Centenaire de 14-18 : les clochers de France sonnent la “mobilisation générale”

    En savoir plus

  • Plus de 50 kilos de cocaïne volatilisés au "36, quai des Orfèvres"

    En savoir plus

  • Vidéo : les réfugiés libyens affluent en masse à la frontière tunisienne

    En savoir plus

  • Kerviel : la justice accorde une peine aménagée, appel du parquet

    En savoir plus

  • Une dizaine de soldats ukrainiens tués par des séparatistes dans l'Est

    En savoir plus

  • Carte : l’opération Barkhane de l’armée française au Sahel

    En savoir plus

  • Lourd bilan après une série d’explosions dues au gaz à Taïwan

    En savoir plus

  • En images : rassemblement pro-Israël à Paris sous haute protection policière

    En savoir plus

  • Ebola : l’OMS débloque 100 millions de dollars

    En savoir plus

Afrique

À Duékoué, les massacres perturbent la réconciliation

Vidéo par Caroline DUMAY

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 19/04/2011

Dans la région de Duékoué, l’affrontement entre pro-Gbagbo et pro-Ouattara a donné lieu à de nombreuses exactions. Reportage dans cette région instable, où l’ONU et plusieurs organisations condamnent les massacres perpétrés par les deux camps.

Certaines images de ce reportage sont susceptibles de heurter la sensibilité des spectateurs.

Une semaine après l’arrestation du président ivoirien sortant Laurent Gbagbo et l’arrivée au pouvoir de son rival Alassane Ouattara, la Côte d’Ivoire tente d’entamer un processus de réconciliation.

Au lendemain de sa prise de fonction effective, le 11 avril, le président Ouattara avait promis aux Ivoiriens que la justice de leur pays jugerait "tous ceux qui ont commis des crimes de la même manière."

Lors d’une conférence de presse, il avait aussi annoncé qu’il demanderait l’intervention de la Cour pénale internationale (CPI) de La Haye afin "d'engager des investigations" sur les massacres commis depuis le scrutin présidentiel du 28 novembre 2010.

Si l’ensemble du territoire ivoirien a été le théâtre de combats entre forces pro-Ouattara et pro-Gbagbo, l’ouest du pays a été particulièrement touché.

Caroline Dumay, envoyée spéciale pour FRANCE 24, s’est rendue dans la région de Duékoué, où les Forces républicaines de Côte d’Ivoire, soutien armé de Ouattara, et leurs sympathisants sont accusés d’avoir commis des centaines d’exactions.

Pour l’heure, aucun bilan précis n’est connu. Mais le gouvernement Ouattara évoque le chiffre de 330 morts dans la région. La Croix-Rouge a pour sa part compté 800 victimes dans le seul quartier du Carrefour de la ville de Duékoué.

Victimes civiles

Selon les sources, le nombre de victimes varie du simple au triple mais une chose est désormais certaine : des massacres ont bien eu lieu. Un témoin, sous couvert d’anonymat, a décrit à FRANCE 24 l’une des photos qu’il a prise d’un civil tué devant ses yeux : "Ce monsieur, là, a été tué devant moi. C'est un malade. Il a été opéré. Je pense qu’il est simplement sorti de l'hôpital pour chercher de quoi manger et il a été abattu devant moi."

L’ONU a également dénoncé ces exactions. Les responsables de la mission des Nations unies sur place expliquent qu’ils ont été témoins de massacres le 28 mars dernier, mais affirment qu’ils n’ont pas pu s’interposer.

Les forces de l’Opération des Nations unies en Côte d’Ivoire (Onuci) restent néanmoins très prudentes sur les différents bilans publiés, à l’instar du Colonel Zeidane, qui a déclaré à FRANCE 24 : "Je ne peux pas me prononcer sur ce chiffre de 800. Il appartient à ceux qui ont avancé ce chiffre de le justifier." Le personnel des Nations unies en Côte d’Ivoire confirme néanmoins avoir procédé à l’inhumation de 198 corps.

Conflit ethnique

Sur place, d’autres témoins racontent que des hommes armés ont procédé à des vérifications d’identité afin de trier la population en fonction de son appartenance ethnique. Gaëtan Mootoo, chercheur pour Amnesty International, raconte : "Aux abords du pont Guémon, nous avons trouvé des cartes d’identité par terre. On se demande d’où viennent ces cartes d’identité et pourquoi des personnes se dirigeant vers un lieu pour se protéger étaient contraintes de montrer leurs cartes."

À Duékoué, le quartier du Carrefour, comme plusieurs autres, a été le théâtre de violents combats. Peuplé majoritairement de guéré, une ethnie chrétienne traditionnellement considérée comme favorable à Laurent Gbagbo, le secteur est aujourd’hui dévasté. La majorité des habitants du quartier s’est réfugiée à la mission catholique de la ville, sous protection d’un bataillon de Casques bleus marocains.

Cette "chasse à l’homme" dont les guéré semblent avoir été victimes dépasse le cadre de l’affrontement politique Gbagbo-Ouattara. Ses causes sont ethniques, religieuses et sociales.

Les guéré, propriétaires terriens, sont accusés d’avoir formé des milices pour terroriser les dioula, une ethnie musulmane voisine qui cultive traditionnellement ces terres pour le compte des guéré. Cette répression a engendré de nombreux conflits entre les deux groupes ces dernières années.

Il est pour le moment impossible de savoir par qui et pour quelles raisons les massacres de Duékoué ont été perpétrés. Plusieurs enquêtes sont en cours, mais à Duékoué, comme dans les villages environnants, des dizaines de personnes manquent toujours à l’appel.

Première publication : 19/04/2011

  • CÔTE D'IVOIRE

    L'appel à reprendre le travail peu suivi malgré le retour du calme à Abidjan

    En savoir plus

  • CÔTE D'IVOIRE

    Reprise timide des activités économiques à Abidjan

    En savoir plus

  • CÔTE D'IVOIRE

    Le camp Ouattara demande plusieurs enquêtes sur l'ex-gouvernement Gbagbo

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)