Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Nana Akufo-Addo vainqueur de la présidentielle au Ghana

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Europol lance un calendrier de l'avent des criminels les plus recherchés

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Valls : premier ministre clivant, candidat rassembleur ?

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Journée de la laïcité : une exception française

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Corée du sud : la déferlante culturelle

En savoir plus

TECH 24

#OpenGov : la démocratie en mode startup

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Ciao Renzi : l'Italie en crise politique et institutionnelle

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Présidentielle française : deux gauches irréconciliables ?

En savoir plus

FOCUS

Côte d'Ivoire : plongeon dans le trafic illicite et très lucratif des faux médicaments

En savoir plus

EUROPE

575 millions d'euros débloqués pour sécuriser Tchernobyl

Texte par Dépêche

Dernière modification : 19/04/2011

Une cinquantaine de pays se sont réunis à Kiev pour trouver les 740 millions d'euros nécessaires à l'achèvement de la nouvelle enceinte isolant le réacteur de Tchernobyl. François Fillon a annoncé une collecte de 575 millions d'euros.

AFP - Au moins 550 millions d'euros ont été réunis mardi à la conférence de donateurs à Kiev pour achever le nouveau sarcophage de Tchernobyl, sur un total de 740 millions d'euros qui manquaient, a annoncé le Premier ministre français, François Fillon, rectifiant sa première estimation.

"Les contributions annoncées ce matin permettent de réunir le montant remarquable - après recalcul et correction - de 550 millions d'euros", a déclaré M. Fillon à la presse à l'issue de la conférence, révisant à la baisse le premier chiffre de 575 millions d'euros qu'il a annoncé pendant la conférence.

Les 25 ans de la catastrophe nucléaire de Tchernobyl

Il n'a pas expliqué les raisons de cette rectification, tout en soulignant qu'il s'agissait d'"un montant minimal".

"C'est un résultat qui illustre le sens des responsabilités de l'ensemble de la communauté internationale", a fait valoir M. Fillon, qui a coprésidé cette conférence au titre de la présidence française du G8.

"Je suis confiant dans le fait que les pays qui n'ont pas pu annoncer un chiffre aujourd'hui seront en mesure de prendre des décisions très prochainement", a-t-il poursuivi.

Le président ukrainien Viktor Ianoukovitch a loué le résultat "sans précédent" de la réunion faisant lui aussi état de 550 millions d'euros réunis dont 29 millions débloqués par l'Ukraine.

"Cette conférence est devenue une véritable percée", a-t-il déclaré.

Trois désastres du nucléaire

Plusieurs dizaines de pays et organisations internationales ont participé à cette conférence pour tenter de réunir les 740 millions qui manquaient pour financer les travaux liés à la construction d'une nouvelle chape isolant le réacteur accidenté Tchernobyl, d'un budget global de 1,5 milliard d'euros.

Cette réunion à Kiev intervient à une semaine du 25e anniversaire de la catastrophe, le réacteur n°4 de Tchernobyl.

Ce réacteur a explosé le 26 avril 1986, contaminant une bonne partie de l'Europe, en particulier l'Ukraine, le Bélarus et la Russie, à l'époque trois républiques de l'URSS.

Il a été recouvert à la va-vite d'une chape qui est maintenant fissurée.

Un consortium formé par les sociétés françaises Bouygues et Vinci a remporté en 2007 un appel d'offres pour la construction d'un nouveau sarcophage étanche.

Cette nouvelle enceinte de confinement, une grande arche en acier de 108 mètres de haut et d'un poids de 20.000 tonnes, sera assemblée à côté, puis glissée au-dessus du sarcophage existant. Les travaux ont commencé fin 2010 et l'opération doit être achevée en 2015.

Le dernier réacteur de Tchernobyl a été fermé en 2000.

Nikolaï Tarakanov, l'ex-général qui a mené les opérations à Tchernobyl en 1986

 

Première publication : 19/04/2011

  • UKRAINE

    Réunion de donateurs potentiels à Kiev pour sécuriser Tchernobyl

    En savoir plus

  • Tchernobyl : le souvenir de la catastrophe hante encore les esprits

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)