Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

Jean Ping, ancien ministre des Affaires étrangères du Gabon

En savoir plus

REPORTERS

L’essor du tourisme "100 % halal"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Contre-productif"

En savoir plus

SUR LE NET

Les initiatives réclamant la paix à Gaza se multiplient

En savoir plus

SUR LE NET

"Tor", nouvelle cible de la NSA

En savoir plus

SUR LE NET

Un selfie pris à Auschwitz scandalise la Toile

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 25 juillet (partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 25 juillet (partie 1)

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Israël, le casse-tête des compagnies aériennes

En savoir plus

  • Sous le choc, Sloviansk découvre sa première fosse commune

    En savoir plus

  • Vol Air Algérie : les drapeaux en berne en France, l'enquête se poursuit

    En savoir plus

  • 28 juillet 1914 : l'empire des Habsbourg signe son arrêt de mort

    En savoir plus

  • Gaza : Washington et l’ONU exigent un cessez-le-feu "sans condition"

    En savoir plus

  • Ebola : après le Nigeria, un cas mortel confirmé à Freetown, au Sierra Leone

    En savoir plus

  • La France demande à ses ressortissants de quitter la Libye

    En savoir plus

  • Tour de France : le requin Nibali s'offre un premier sacre

    En savoir plus

  • Boko Haram kidnappe la femme du vice-Premier ministre camerounais

    En savoir plus

  • En images : les Champs-Élysées noirs de monde pour l'arrivée du Tour

    En savoir plus

  • MH 17 : des combats autour du site du crash bloquent les enquêteurs

    En savoir plus

  • L'épave du Costa Concordia arrive dans le port de Gênes

    En savoir plus

  • Les enfants migrants ne pourront pas rester aux États-Unis, prévient Obama

    En savoir plus

  • Air Algérie : des proches de victimes se recueillent sur les lieux du crash

    En savoir plus

  • Exposition sur la Grande Guerre à Paris : les derniers poilus vous saluent

    En savoir plus

  • En images : affrontements à Paris, en marge de la manifestation pro-Gaza interdite

    En savoir plus

  • Syrie : l'EIIL prend une base de l'armée mais perd un champ gazier

    En savoir plus

  • Crash d'Air Algérie : tous les corps vont être ramenés en France

    En savoir plus

  • Didier Drogba officialise son retour à Chelsea

    En savoir plus

Amériques

Un an après la marée noire en Louisiane, le risque est toujours présent

Vidéo par Alix LE BOURDON , Mounia Ben Aïssa , Nicholas RUSHWORTH

Texte par Dépêche

Dernière modification : 20/04/2011

"On ne pourra jamais empêcher un désastre d'avoir lieu ici", a rappelé l'amiral Thad Allen, qui avait dirigé les opérations après la marée noire dans le Golfe du Mexique, issue d'un incident sur une plateforme pétrolière de BP, il y a un an.

AFP - Un an après la marée noire dans le Golfe du Mexique, le pétrole a été dispersé et la sécurité renforcée, mais les Etats-Unis ne sont pas à l'abri d'une nouvelle catastrophe, déclare à l'AFP l'amiral qui avait piloté les efforts du gouvernement contre la marée noire.

"On ne pourra jamais empêcher un désastre d'avoir lieu ici" a déclaré l'amiral à la retraite Thad Allen, qui a travaillé sur différentes marées noires depuis les années 80 et mené les opérations de secours après l'explosion de la plateforme pétrolière, le 20 avril 2010, au large des côtes de Louisiane.

L'accident avait provoqué la pire marée noire de l'histoire des Etats-Unis. BP, opérateur de la plate-forme, n'a pu empêcher le déversement de quelque 4,9 millions de barils de brut dans le golfe du Mexique.

"Et nous sommes encore en train de nettoyer", a déclaré M. Allen à l'AFP. "Mais les quantités sont beaucoup moins importantes que celles que nous avons connues, limitées surtout à des zones marécageuses", contrariant la nidification des oiseaux dans les roseaux toujours pollués de la côte du Sud-Est, selon M. Allen.

Plus de 1.700 km de zones marécageuses et de plages du Golfe ont été polluées et plus de 6.000 oiseaux sont morts, selon le Conseil américain de défense des ressources naturelles, alors que 2.000 personnes travaillent encore au nettoyage des premiers marécages à avoir été touchés par la marée noire.

Le gouvernement américain a déclaré à l'époque un moratoire sur les forages en haute mer et, quelques mois plus tard, le Département de l'intérieur a durci les règles à l'encontre des compagnies voulant acquérir un permis de forage.



"C'est évidemment une amélioration par rapport à la situation antérieure, mais on ne pourra jamais empêcher un tel événement d'arriver", a-t-il dit.

M. Allen est retraité depuis juin dernier mais est resté sur les lieux pour mener à bien le plan d'aide du gouvernement Obama, jusqu'à ce que le puits de forage de BP soit déclaré "mort" en septembre.

"Il était évident que cette crise n'allait pas être résolue rapidement", affirme M. Allen, exhortant les Etats-Unis à ne pas reproduire les erreurs de la marée noire de l'Exxon Valdez, qui avait déversé 50.000 tonnes de pétrole en mer.

"Deux à trois ans après l'Exxon Valdez, on a énormément investi dans la recherche et le développement contre ces risques", d'après Thad Allen.

"Et pendant que l'on se focalisait sur les accidents de pétroliers, l'industrie a changé et est allée forer de plus en plus profond".

"On ne devrait pas laisser cela arriver. On devrait se concentrer sur l'innovation et les améliorations technologiques pour suivre les changements de l'industrie" affirme M. Allen.

Première publication : 20/04/2011

  • PÉTROLE

    Pour la première fois depuis près de 20 ans, BP enregistre une perte annuelle

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS

    Une commission prône la création d'une agence de contrôle de l'industrie pétrolière

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS

    Sept mois après la marée noire, l'administration Obama porte plainte contre BP

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)