Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Qui peut arrêter Donald Trump ?

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

RDC : Moïse Katumbi, accusé de recruter des mercenaires, candidat à la présidentielle

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Un homme à la hauteur", le nain Dujardin

En savoir plus

FOCUS

Chute des prix du pétrole : les pays du Golfe face à une austérité jamais connue

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Irak : Moqtada al-Sadr, l'agitateur

En savoir plus

LE DÉBAT

Loi Travail : la bataille s'engage au Parlement (partie 2)

En savoir plus

ÉLÉMENT TERRE

La mode, seconde industrie la plus polluante au monde

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Isabelle Kocher, seule dirigeante du CAC 40

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Amicalement vôtre"

En savoir plus

Afrique

Le chef du Conseil national de transition libyen à l'Élysée

Texte par Dépêche

Dernière modification : 20/04/2011

Le chef de l'État français a accueilli pour la première fois, ce mercredi, Moustapha Abdeljalil, le dirigeant du Conseil national de transition libyen (CNT). La France a été le premier pays a reconnaître le CNT.

REUTERS - Nicolas Sarkozy recevra mercredi le président du Conseil national de transition (CNT), formé par les opposants au dirigeant libyen Mouammar Kadhafi, a annoncé mardi la présidence de la République française.

La France a été le premier pays à reconnaître le CNT, tout en souhaitant son élargissement, et le président français en a déjà reçu des représentants. Mais ce sera la première fois qu'il recevra Moustapha Abdeljalil.

Selon une source proche de la délégation libyenne, l'écrivain et essayiste français Bernard-Henri Lévy, très engagé auprès du CNT depuis le début de la crise, aurait là aussi servi d'intermédiaire pour organiser la rencontre.

L'entretien aura lieu à 12h00 (10h00 GMT), précise l'Elysée. Il portera notamment sur le processus de transition démocratique en Libye, alors que les combats entre les insurgés, appuyés par des frappes aériennes d'une coalition de pays de l'Otan et les forces fidèles à Mouammar Kadhafi s'enlisent.

Nicolas Sarkozy paraît soucieux de donner une consistance politique à l'opposition libyenne et au CNT, alors que se pose la question d'une succession crédible au régime de Kadhafi.

Selon une source proche de l'opposition libyenne, Moustapha Abdeljalil pourrait avoir en poche une liste de personnalités de Tripoli, capitale et bastion de Kadhafi, avec lesquelles il se dit prêt à travailler après le départ du dirigeant libyen.

Il devrait également demander une intensification des raids aériens de la coalition conduite par la France, les Etats-Unis et la Grande-Bretagne, pour desserrer l'étau des forces loyales à Kadhafi autour de Misrata, ville de 300.000 habitants tenue par les insurgés, à 220 km à l'Est de Tripoli.

"Moustapha Abdeljalil apporte des informations précises sur des objectifs militaires, y compris à l'intérieur de Misrata", a-t-on expliqué de même source à Reuters.

Selon la presse américaine, qui cite des "officiels" à Washington, les Etats-Unis et leurs alliés cherchent un pays d'asile susceptible d'accueillir Mouammar Kadhafi, en particulier en Afrique.

La France serait aussi sur cette ligne mais penserait également au Vénézuéla, dont le président, Hugo Chavez, a apporté son soutien à Mouammar Kadhafi et proposé une médiation.

Pour rendre acceptable un tel exil aux yeux de Kadhafi, les membres de la coalition sont en quête d'un pays où le dirigeant libyen serait sûr d'échapper à la Cour pénale internationale. Le Vénézuéla, qui ne reconnaît pas la CPI, répond à ce critère.

Première publication : 20/04/2011

  • LIBYE

    Le clan Kadhafi estime être en mesure de "vaincre" l'insurrection

    En savoir plus

  • LIBYE

    Kadhafi accepte l'ouverture de "passages sûrs" pour les humanitaires, selon l'ONU

    En savoir plus

  • LIBYE

    La France reconnaît le Conseil national de transition libyen

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)