Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Notre-Dame-des-Landes : le gouvernement abandonne

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Ethiopie, Merera Goudina libéré de prison

En savoir plus

LE DÉBAT

Notre-Dame-des-Landes : Le choix de la raison ? (partie 2)

En savoir plus

LE DÉBAT

Notre-Dame-des-Landes : Le choix de la raison ? (1ere partie)

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Obiang : "La tentative de coup d'État en Guinée équatoriale a commencé en France"

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Cinéma : les mères courage inspirent les réalisateurs

En savoir plus

FACE À FACE

Emmanuel Macron à Calais : humanité et fermeté ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Vaudeville sino-américano-britannique"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Faillite du groupe britannique de BTP Carillion : mais que s'est-il donc passé ?

En savoir plus

Afrique

À Ouagadougou, la population appelle au changement

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 20/04/2011

Au Burkina Faso, le calme est précaire, ce mercredi. Notre envoyée spéciale s’est rendue à Ouagadougou où les habitants, traumatisés par une série de mutineries, réclament un changement de régime. Pour un printemps burkinabè ?

Après l’embrasement provoqué par la mutinerie de la garde du président Blaise Compaoré, jeudi dernier, le calme semble revenu dans les principaux foyers de contestation du Burkina Faso, mercredi matin.

Les soldats qui réclamaient le paiement des salaires du mois de mars, une indemnité de logement et une prime alimentaire, ont commencé à percevoir ces sommes le samedi 16 avril.

Mais dans la capitale, les habitants ne sont toujours pas rassurés. Après les violences et les pillages de ces derniers jours, la population craint que les militaires se livrent à de nouvelles exactions.

Emmanuelle Sodji, envoyée spéciale de FRANCE 24 à Ouagadougou, a été confrontée sur place à l’inquiétude des Ouagalais, comme le confie à son micro l’un des habitants : "La population a vraiment peur des militaires car ce sont eux qui nous ont sécurisés. Et maintenant, ils sont contre nous."

Une crise révélatrice du malaise social

Ces mutineries ont aussi mis en lumière les aspirations plus profondes traversant toutes les couches de la société burkinabé. Confrontées depuis deux mois à une agitation sociale sans précédent, les autorités ont, cette fois, été contraintes d’amorcer timidement le dialogue.

Les principaux syndicats attendent toujours des réponses aux revendications qu’ils ont posées lors d’une grande manifestation à Ouagadougou, il y a une dizaine de jours. Des milliers de personnes s’étaient rassemblées dans la capitale pour réclamer des réformes portant sur l’impunité, la vie chère, la corruption et la défense des libertés démocratiques.

Bassolma Bazie, secrétaire général adjoint de la Confédération générale du travail du Burkina Faso (CGT), n’envisage pas de plier avant d’avoir obtenu un signe fort de la part des autorités : "Nous entendons nous battre, maintenir la pression jusqu’à ce que nous trouvions des solutions adéquates aux revendications que nous avons posées."

Un printemps burkinabé ?

Pour l’heure, le président Compaoré, qui a annoncé dès vendredi la dissolution du gouvernement, le remplacement des principaux chefs de l'armée et l’instauration d’un couvre-feu à Ouagadougou, est parvenu à endiguer la crise la plus grave depuis son arrivée au pouvoir en 1987.

Mais la révolte couve toujours au Burkina Faso, qui pourrait voir le vent du "printemps arabe" souffler jusque dans sa capitale. C’est d’ailleurs le souhait affiché des habitants les plus remontés à l’égard du chef de l’État.

"Pour nous, en toute honnêteté, il faut que le président renonce à la présidentielle. S’il décide dès maintenant de manière ferme qu’il ne va plus se présenter, tous les problèmes seront résolus", prophétise, au micro de FRANCE 24, l’un de ces mécontents.

Carte du ministère français des Affaires étrangères

Première publication : 20/04/2011

  • BURKINA FASO

    Blaise Compaoré nomme un nouveau Premier ministre

    En savoir plus

  • BURKINA FASO

    "Compaoré n’a pas d’autre choix que de négocier sa sortie politique"

    En savoir plus

  • BURKINA FASO

    Les contestations s'étendent à plusieurs villes, dont Koudougou

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)