Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

#ActuElles

Réfugiés de Centrafrique: préserver son honneur et sa dignité

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

RDC : L'opposant Tshisekedi en convalescence à Bruxelles

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : manifestations contre la France au PK5

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Émeutes de Ferguson : Obama face à la question raciale

En savoir plus

TECH 24

Transports du futur : quand la réalité dépasse la fiction

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Philippe Ramette fait son éloge de la contemplation

En savoir plus

DÉBAT

UE - États-Unis - Russie : le double-jeu des sanctions

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

James Foley : la victime d'une profession exploitée à ses risques et périls

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

James Foley : "sur la piste de l'égorgeur"

En savoir plus

  • Ahmet Davutoglu, l'homme qui ne fait pas d'ombre à Erdogan

    En savoir plus

  • Irak : une trentaine de morts dans l'attaque d'une mosquée sunnite

    En savoir plus

  • Les éliminatoires de la CAN-2015 perturbées par le virus Ebola

    En savoir plus

  • Le Hamas exécute des "collaborateurs" présumés d'Israël à Gaza

    En savoir plus

  • Yémen : "Si la transition est abandonnée, alors le pays se disloquera"

    En savoir plus

  • Le "convoi humanitaire" russe est passé en territoire ukrainien

    En savoir plus

  • Mélenchon prend du recul mais ne quitte pas la vie politique

    En savoir plus

  • RD Congo : interrogations après des décès dus à une fièvre hémorragique

    En savoir plus

  • 22 août 1914 : le jour le plus meurtrier de l'histoire de France

    En savoir plus

  • Selon le Pentagone, neutraliser l'EI passe par une intervention en Syrie

    En savoir plus

  • Duel Manaudou-Gilot sur 100 m, point d’orgue de l'Euro-2014 des Bleus

    En savoir plus

  • Mohamed Deif, plus que jamais ennemi juré d'Israël

    En savoir plus

  • Vol MH17 : les victimes malaisiennes rapatriées à Kuala Lumpur

    En savoir plus

  • Riposte contre l’EI en Irak : "On assiste à un jeu très cynique"

    En savoir plus

  • Ebola : les deux Américains traités au sérum ZMapp sont guéris

    En savoir plus

Afrique

Paris et Rome diligentent des conseillers militaires pour soutenir les insurgés

Vidéo par David THOMSON

Texte par Dépêche

Dernière modification : 21/04/2011

Des conseillers militaires français et italiens vont prêter main forte aux intructeurs britanniques chargés de conseiller les opérations des insurgés. L'Otan a de son côté procédé à de nouveaux raids au sud-ouest de Tripoli.

AFP - La France et l'Italie ont annoncé mercredi, après les Britanniques, l'envoi en Libye de conseillers militaires auprès de la rébellion, alors que les insurgés de la ville de Misrata, où tout commence à manquer, demandaient un déploiement de troupes au sol.

Propagande à Tripoli

Dans la nuit de mercredi à jeudi, sept "civils" ont été tués et 18 autres blessés lors de nouveaux raids de l'Otan sur la région de Khellat Al-Ferjan, au sud-ouest de Tripoli, a annoncé l'agence officielle libyenne Jana.

Des journalistes de l'AFP à Tripoli ont entendu trois explosions lointaines vers 23H00 GMT, en provenance de la région.

"Une source militaire a annoncé que sept personnes ont été tuées parmi les civils et 18 autres blessées par le raid de l'agresseur colonialiste croisé qui a visé ce soir la région de Khellat Al-Ferjan", a rapporté l'agence.

Le photographe et documentariste britannique Tim Hetherington, 41 ans, qui travaillait pour le magazine américain Vanity Fair, ainsi que Chris Hondros, 41 ans, un photographe américain travaillant pour Getty Images, ont été tués dans l'après-midi à Misrata (ouest) par un tir de mortier. Deux autres journalistes ont été blessés, a constaté l'AFP à l'hôpital de la ville.

La Maison Blanche a fait part de sa "tristesse" à l'annonce de la mort de Tim Hetherington.

Grièvement blessé, Chris Hondros, est décédé quelques heures après, a annoncé Getty Images.

Un tir de mortier a également touché à la mi-journée deux médecins ukrainiens, tuant l'homme et blessant grièvement sa consoeur, selon des sources médicales à Misrata, assiégée depuis près de deux mois par les forces fidèles à Mouammar Kadhafi.



Le président du Conseil national de transition (CNT), Moustapha Abdeljalil, reçu à Paris, a plaidé en faveur d'une "intensification" des frappes, notamment à Misrata, "où la situation est très grave", selon lui.

Navi Pillay, Haut commissaire de l'ONU aux droits de l'Homme, a condamné l'utilisation de bombes à sous-munitions dans cette ville, évoquant "des crimes internationaux".

Vivres, médicaments et services commencent à manquer à Misrata: des queues se forment devant les boulangeries, où le pain se fait de plus en plus rare, et devant les stations service.

Nouri Abdallah Abdoullati, l'un des chefs insurgés de la ville, avait demandé mardi soir l'envoi de soldats français et britanniques sur la base de principes "humanitaires". "Il s'agit d'une situation de vie ou de mort", avait-il affirmé.

Mais le ministre français des Affaires étrangères, Alain Juppé, s'est déclaré "tout à fait hostile" à l'éventualité d'une intervention au sol et selon l'Elysée, le CNT "n'a pas du tout de revendications sur des troupes au sol".

En revanche, quelques officiers français effectuent une mission pour conseiller le CNT. "Il y a des éléments militaires qui sont avec notre représentant diplomatique auprès du CNT" à Benghazi, fief de l'opposition dans l'Est libyen, a déclaré le président français Nicolas Sarkozy après avoir reçu M. Abdeljalil, qui a promis d'établir un "Etat démocratique".

Cette assistance n'a cependant "absolument rien à voir avec l'envoi de troupes" au sol, a insisté M. Sarkozy.

Rome a également annoncé mercredi l'envoi de dix instructeurs militaires à Benghazi, à l'instar de Londres mardi. "Il faut entraîner les rebelles", a déclaré le ministre italien de la Défense, Ignazio La Russa.

Le ministre libyen des Affaires étrangères, Abdelati Laabidi, avait déploré mardi l'envoi de conseillers militaires, affirmant qu'une telle initiative "prolongerait" le conflit.

Le président Barack Obama "soutient" la décision des alliés d'envoyer des conseillers militaires et "pense qu'elle va aider l'opposition", a indiqué la Maison Blanche, en précisant que Washington n'entendait pas non plus déployer de troupes au sol.

La chef de la diplomatie américaine, Hillary Clinton, a explicitement exclu que les Etats-Unis envoient des conseillers militaires en Libye.

Dans une lettre envoyée au Congrès, M. Obama a dit vouloir fournir pour 25 millions de dollars d'équipements "non-létaux" aux rebelles, sous forme par exemple de médicaments, de gilets pare-balles ou de radios.


Le Premier ministre britannique David Cameron a souligné "l'importance de mettre sous une pression militaire et diplomatique constante" le colonel Kadhafi, lors d'entretiens téléphoniques avec M. Obama, avec le chef du gouvernement italien Silvio Berlusconi et avec celui du Qatar Hamad bin Jassim.

M. Abdeljalil a expliqué sur France 24 que la rébellion avait obtenu des armes soit en les achetant avec de "l'argent libyen" soit en les recevant de "certains amis", sans les identifier. Mais, a-t-il souligné, "elles ne sont pas suffisantes".

"Plus (Kadhafi) reste, plus le sang sera versé", a-t-il déclaré, ajoutant que la rébellion attend "des frappes importantes de la part de la coalition".

Le CNT demande aux Occidentaux la protection des civils "par n'importe quel moyen", sans réclamer "expressément" l'envoi de troupes de l'Otan au sol, a précisé M. Abdeljalil.

Mais l'identification des cibles reste un problème crucial, selon de nombreux analystes.

Mouammar Kadhafi "a embarqué ses forces sur des pick-up qu'il est très difficile de distinguer de ceux des insurgés", a expliqué un général français, Jean-Patrick Gaviard.

L'Otan a appelé mercredi les civils en Libye à s'éloigner des forces loyalistes, pour pouvoir mieux mener ses frappes militaires.

Côté humanitaire, le Programme alimentaire de l'ONU (PAM) a commencé à acheminer par voie terrestre, via la Tunisie, de la nourriture pour 50.000 personnes dans l'extrême ouest du pays. Et à Misrata, où 4.000 migrants sont toujours bloqués, un bateau humanitaire de la Croix-Rouge a accosté mercredi.

Première publication : 21/04/2011

  • LIBYE

    Deux photographes tués à Misrata

    En savoir plus

  • LIBYE

    L’Élysée annonce l’envoi de conseillers militaires à Benghazi

    En savoir plus

  • LIBYE

    Le clan Kadhafi estime être en mesure de "vaincre" l'insurrection

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)