Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Le groupe Total frappé au coeur par le décès de son PDG

En savoir plus

SUR LE NET

États-Unis : des costumes "Ebola" pour Halloween critiqués en ligne

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Ce que veut la Turquie"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Les yeux doux d'Angela Merkel"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Ebola : Jim Yong Kim, président de la Banque mondiale, appelle à la mobilisation

En savoir plus

DÉBAT

La capitale française fait-elle le pari des arts ?

En savoir plus

DÉBAT

L'Allemagne à la rescousse du budget français ?

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

Drame du "cercueil volant" en Côte d'Ivoire et un riche couple sauve des migrants en mer

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Traité transatlantique : les consommateurs lésés ?

En savoir plus

Sports

Trois jours après l'Amstel Gold Race, Gilbert double sur la Flèche Wallonne

Texte par Dépêche

Dernière modification : 21/04/2011

Après avoir remporté l'Amstel Gold Race dimanche, le Belge Philippe Gilbert (Omega Pharma) a confirmé sa suprématie dans les classiques du Nord en s'adjugeant la Flèche Wallonne, mercredi, en solitaire.

AFP - Devant un public aux anges, le Belge Philippe Gilbert a dominé la montée du mur de Huy pour s'adjuger la Flèche Wallonne, trois jours après son succès de l'Amstel Gold Race.

Le public massé au long du chemin des Chapelles a communié avec son coureur qui a cherché les mots après la course pour décrire ce moment privilégié avec des spectateurs pleurant d'émotion: "Les 100 derniers mètres étaient vraiment... C'était fabuleux, ça restera une victoire phénoménale !"

Tout aussi phénoménale, l'attaque de Gilbert l'a propulsé loin devant ses adversaires à 300 mètres de la ligne, une distance considérable dans le stade à ciel ouvert du mur de Huy. "Ils ont commis une erreur de placement", a estimé le Wallon à propos des deux favoris, les Espagnols Joaquin Rodriguez (2e comme en 2010) et Alberto Contador (11e).

Dans le faux-plat des 100 derniers mètres, Gilbert a pu ainsi savourer à loisir son succès. Le plus inattendu d'après lui, puisqu'il ne pensait pas pouvoir rivaliser avec les purs grimpeurs sur cette pente très raide (plus de 12 % sur les 900 derniers mètres) à cause de son poids qui approche les 70 kilos.

Gilbert a expliqué s'être même entendu avec le Kazakh Alexandre Vinokourov (4e), lui aussi soucieux d'éviter une confrontation directe avant la montée de Huy. Les deux hommes, deux tempéraments d'attaquants qui s'entraînent parfois ensemble dans les environs de Monaco, ont pensé attaquer aux 10 kilomètres. Mais, faute de s'être retrouvés au moment prévu, ils ont attendu l'explication finale après l'échec de toutes les tentatives (Kiryienka et Lövkvist, puis Pineau et Marcato).

"Aux autres de me lâcher"

Visiblement très à l'aise après s'être économisé en début de course, Gilbert s'est placé dans les premiers rangs dès le pied de la montée. Il a jaugé, contrôlé en permanence la situation avant de se dégager sans que Rodriguez, pourtant vigilant, puisse revenir. "Il n'y avait rien à faire contre lui", a reconnu le grimpeur catalan, présumé le plus fort dans l'exercice très particulier qui consiste à lutter contre la pente.

Interrogé sur ses limites, le Belge a souri: "Je ne sais pas, je ne sais plus..." Et d'expliquer qu'il ne pensait pas pouvoir gagner au mur de Huy, que cette victoire allait lui donner des idées pour des courses arrivant dans des côtes très raides, comme le Tour d'Emilie, une semi-classique italienne de fin de saison.

Mais, avant de se projeter vers de nouveaux horizons, entre autres la première semaine du Tour de France, Gilbert a surtout en tête le rendez-vous de dimanche, dans Liège-Bastogne-Liège. C'est en position de grandissime favori, au registre étendu, qu'il abordera le troisième acte de la semaine ardennaise, le plus prestigieux.

"J'ai changé un peu ma façon de courir", a d'ailleurs reconnu le premier vainqueur wallon de la "Flèche" depuis Rik Verbrugghe (2001). "Après le Tour des Flandres, beaucoup m'ont dit que je n'aurais pas dû attaquer. En revoyant la course, je pense que si je n'attaque pas, je gagne certainement. Je suis rapide au sprint, je suis capable d''exploser' dans le dernier kilomètre. C'est aux autres de me lâcher".

Première publication : 21/04/2011

  • CYCLISME

    La Fédération espagnole blanchit Contador de toute accusation de dopage

    En savoir plus

  • CYCLISME

    Alberto Contador fait appel de sa suspension pour dopage

    En savoir plus

  • CYCLISME

    Affaire Contador : "Les meilleurs cyclistes ne sont plus au-dessus des règles"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)