Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Ebola : le Nigeria n'est plus touché par l'épidémie

En savoir plus

FOCUS

Londres, capitale des ultra-riches

En savoir plus

LE DUEL DE L’ÉCONOMIE

France - Allemagne : vers un accord sur l'investissement

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Le groupe Total frappé au coeur par le décès de son PDG

En savoir plus

SUR LE NET

États-Unis : des costumes "Ebola" pour Halloween critiqués en ligne

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Ce que veut la Turquie"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Les yeux doux d'Angela Merkel"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Ebola : Jim Yong Kim, président de la Banque mondiale, appelle à la mobilisation

En savoir plus

DÉBAT

La capitale française fait-elle le pari des arts ?

En savoir plus

Sports

Le PSG, vainqueur à Angers, défendra son titre face à Lille

Texte par Dépêche

Dernière modification : 21/04/2011

Angers n'a rien pu faire face à un PSG souverain dans le jeu (1-3), qui s'est qualifié mercredi pour la finale de la Coupe de France, le 14 mai prochain. Les hommes de Kombouaré défendront leur titre face à Lille, vainqueur mardi de Nice (2-0).

AFP - Le Paris SG, tenant du titre et grand spécialiste de l'épreuve, s'est qualifié sans coup férir pour une nouvelle finale de Coupe de France en brisant avec autorité le rêve d'Angers mercredi (3-1), sans jamais trembler chez le dernier pensionnaire de Ligue 2.

Sérieux et appliqué, le spécialiste a encore frappé et le Paris SG s'est offert le droit de disputer sa sixième finale sur les neuf dernières éditions et rejoindre Lille au Stade de France pour le grand rendez-vous du 14 mai.

Accessoirement, les Parisiens ont sans doute assuré dans le même temps une qualification européenne, l'Europa League au minimum, compte du classement des Lillois en championnat. Et leur place en finale est loin d'être usurpée.

Antoine Kombouaré avait pourtant clairement affiché la couleur, en décidant de laisser au repos Ludovic Giuly et Claude Makelele, au point de ne pas même les faire figurer sur la feuille de match.

Dominateurs dès les premières minutes de la rencontre, ses joueurs ont profité au mieux du manque d'agressivité et de l'inhibition des joueurs angevins pour asseoir leur domination.

Car la fougue et l'engagement des +Scoïstes+ n'étaient pas les mêmes que celles affichées lors de leurs remarquables qualifications contre Valenciennes (2-1 a.p.) et Bordeaux (1-0), les deux pensionnaires de l'élite tombés au stade Jean-Bouin aux tours précédents.

Mathieu Bodmer est venu le démontrer dès la 22e minute d'un subtil extérieur du droit hors de portée de Malicki (1-0, 22). Et, alors que Charbonnier avait bien cru remettre les deux équipes à égalité au retour des vestiaires, c'est Nene qui enfonçait le clou au meilleur moment (2-0, 51).

L'énergie du désespoir a bien animé le SCO un instant, lui permettant de sauver l'honneur par Renouard (2-1, 56), mais Hoarau éteignait le début d'incendie cinq minutes plus tard (3-1, 62).

Puissant et inspiré, le Paris SG a surtout profité de cette demi-finale de Coupe de France pour confirmer son net regain de forme. Après les succès contre Caen et Lyon qui l'ont replacé dans la course à la Ligue des champions, le club de la capitale relève la tête au meilleur moment.

Et avec huit victoires en onze finales disputées depuis 1982 (date du premier succès), le club de la capitale abordera de nouveau en confiance la prochaine finale contre Lille.

Pour Angers, le quotidien de la L2 va désormais reprendre ses droits. "Notre Coupe de France est déjà réussie, et il nous reste de belles choses à jouer en championnat", rappelait son entraîneur Jean-Louis Garcia cette semaine. Septième de L2 à cinq points du podium, il lui faudra cependant oublier au plus vite cette désillusion s'il veut espérer jouer la montée jusqu'au bout.

Première publication : 21/04/2011

  • LIGUE 1

    L'OM relance le championnat, le PSG monte à la 4e place

    En savoir plus

  • LIGUE 1

    Lille déçoit, Lens s'enfonce et Nice espère

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)