Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Présidentielle algérienne: Abdelaziz Bouteflika vote en fauteuil roulant

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Bouteflika dans un fauteuil

En savoir plus

DÉBAT

Présidentielle en Algérie : un vote, quels changements ? (Partie 1)

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Guillaume Poitrinal, co-président du conseil de la simplification

En savoir plus

FOCUS

Bitcoin, une révolution monétaire?

En savoir plus

SUR LE NET

Nigeria : les internautes mobilisés contre les violences

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Sur les traces d'Agatha Christie : l'Orient Express fait escale à Paris

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Mansouria Mokhefi, spécialiste de l’Algérie

En savoir plus

DÉBAT

L'Algérie d'aujourd'hui : économie, sécurité... le pays inquiet (partie 1)

En savoir plus

  • L'écrivain de génie Gabriel Garcia Marquez s'est éteint à 87 ans

    En savoir plus

  • Un scrutin sans suspense s'achève sur fond de violence en Algérie

    En savoir plus

  • À Genève, un accord commun conclu pour une issue à la crise ukrainienne

    En savoir plus

  • Cinq humanitaires maliens libérés par des troupes françaises

    En savoir plus

  • En images : un condamné à mort iranien gracié par la mère de sa victime

    En savoir plus

  • Les oranges de Floride victimes d'une bactérie, le prix du jus s'envole

    En savoir plus

  • Un conseiller de François Hollande épinglé pour ses conflits d'intérêts

    En savoir plus

  • Le 67e Festival de Cannes signe le retour de Jean-Luc Godard

    En savoir plus

  • La justice sénégalaise décide du maintien de Karim Wade en détention

    En savoir plus

  • En images : mince espoir de retrouver des survivants du ferry en Corée du Sud

    En savoir plus

  • Étape cruciale des élections législatives en Inde

    En savoir plus

  • Coupe du Roi : le Real Madrid enfonce le FC Barcelone

    En savoir plus

  • Jacques Servier, le père du Mediator, est décédé

    En savoir plus

  • Vidéo : les Algérois partagés entre fatalisme et peur de l’avenir

    En savoir plus

  • RD Congo : qui en veut au directeur du parc des Virunga, blessé par balles ?

    En savoir plus

  • Transfert d'argent : l'Afrique perd près de 2 milliards de dollars par an

    En savoir plus

  • Daniel Cohn-Bendit fait ses adieux au Parlement européen

    En savoir plus

Moyen-orient

Retour sur la journée du "vendredi saint" et la violente répression des manifestations

©

Texte par FRANCE 24 avec dépêches

Dernière modification : 23/04/2011

Plusieurs dizaines de manifestants pacifiques sont morts vendredi, victimes des balles de la police syrienne alors que la mobilisation était à son comble. Il s'agit du bilan le plus lourd en une journée depuis le début du mouvement, il y a un mois.

Des dizaines de milliers de manifestants défilaient vendredi, à l’issue de la grande prière, dans plusieurs villes syriennes pour exiger des réformes démocratiques et le départ du président Bachar al-Assad.

Les forces de sécurité syriennes n’auront pas mis longtemps à ouvrir le feu : dès le début de l’après-midi, des témoins faisaient état de tirs à balles réelles sur des foules pacifistes, et en fin de journée le bilan de la répression s’établissait à plus de soixante-dix morts.

À Douma (banlieue de Damas), Hama (200 km au nord de Damas), Homs (centre), dans la province de Deraa, et dans plusieurs quartiers de la capitale et sa périphérie, "les forces de sécurité syriennes ont commis des massacres (…) faisant jusqu'à présent soixante-douze morts et des centaines de blessés", a annoncé le Comité syrien de défense des droits de l'Homme, basé à Londres, dans un communiqué parvenu à l'Agence France Presse. Un autre mouvement syrien de défense des droits de l’Homme, Saouassiah, a fait état du même bilan à l’agence Reuters.

L'agence officielle syrienne, Sana, a elle annoncé  "huit morts et vingt blessés, dont des membres des forces de sécurité dans une attaque de groupes criminels à Ezreh" et "de deux policiers tués et onze blessés à Homs et à Damas par des bandes armées". Selon la version officielle syrienne, les forces de l'ordre sont intervenues avec des gaz lacrymogènes et des canons à eau dans l'unique but d'empêcher des heurts "entre certains manifestants et citoyens" et "pour protéger des biens privés".

La foule attaque les symboles du régime baasiste

La mobilisation de ce vendredi a été particulièrement importante, par exemple à Banias, la capitale Damas, ou à Hama, une cité plutôt discrète depuis le début du mouvement de protestation mais qui conserve la mémoire de la terrible répression d’une révolte des Frères musulmans par le régime d’Hafez al-Assad, en 1982.

Dans plusieurs villes, les manifestants s’en sont pris aux symboles du régime et ont détruit, brûlé, des statues ou des affiches représentant Bachar al-Assad, son père Hafez, voire Basel al-Assad, le frère d’Hafez, décédé en 1994 dans un accident de la route. La correspondante du quotidien britannique The Guardian a également entendu des slogans hostiles à Maher al-Assad, le cadet de Bachar, qui commande la 4e division d'élite de l’armée.

À Qamishli (nord-est) et plusieurs autres villes du Kurdistan syrien, au moins cinq mille manifestants arabes, kurdes et chrétiens ont défilé pour protester contre la corruption, alors qu'à Banias (nord-ouest), dix mille personnes appelaient à la chute du régime à la vue "de traces de torture" sur le corps de détenus libérés, selon des témoins.

À Zabadani, à 50 km au nord-ouest de Damas, environ trois mille manifestants ont scandé: "le peuple veut la chute du régime", "dégage", "ni le Hezbollah, ni l'Iran, c'est nous qui allons libérer le Golan" occupé par Israël, selon des témoins (le Hezbollah libanais et l'Iran sont des alliés du régime syrien).

À Deraa, épicentre du mouvement de protestation, près de dix mille personnes se sont rassemblées sur la place al-Saraya dans le centre-ville. Certaines brandissaient des pancartes appelant à l'"annulation de l'article 8" de la Constitution (consacrant l'hégémonie du parti Baas sur la société et l'État) et criaient : "Dieu, Syrie, liberté et c'est tout".

Washington, Londres et Paris condamnent la répression

En prenant en compte un bilan provisoire faisant état de soixante-douze morts ce vendredi, et le bilan d’un mois de répression établi par Amnesty International (deux cent vingt-huit victimes), les forces de sécurité syriennes ont tué plus de trois cents personnes depuis le début des manifestations, le 18 mars.

Le sanglant bilan de cette journée a fait réagir Washington. La Maison Blanche a appelé à la fin des violences en Syrie, se déclarant très inquiète de la situation : "nous appelons le gouvernement syrien à cesser d'avoir recours à la violence, nous appelons toutes les parties à cesser d'avoir recours à la violence", a ainsi déclaré devant des journalistes le porte-parole du président Barack Obama, Jay Carney.

Londres lui a emboîté le pas par la voix de William Hague. "Je condamne le meurtre inacceptable de manifestants par les forces de sécurité syriennes, écrit le chef de la diplomatie britannique dans un communiqué, (et) j'appelle les forces de sécurité syriennes à faire preuve de retenue plutôt qu'à réprimer, et les autorités syriennes à respecter le droit du peuple syrien à manifester pacifiquement".

Paris, enfin, a appelé Damas à "renoncer à l'usage de la violence contre leurs citoyens" et à mettre en œuvre les réformes.

Retrouvez ci-dessous le suivi de ce vendredi de manifestations dans notre liveblogging.

Première publication : 22/04/2011

  • SYRIE

    Appel à manifester au lendemain de la levée de l’état d’urgence

    En savoir plus

  • SYRIE

    "L’abolition de l’état d’urgence ne mettra pas fin aux manifestations"

    En savoir plus

  • SYRIE

    Arrestation à Homs de Mahmoud Issa, figure de l'opposition

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)