Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

PDG de Netflix : "Nous sommes un grand exportateur de films français"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Libye : terre d'accueil des jihadistes?

En savoir plus

DÉBAT

Conférence à Paris sur l'Irak : quelle réponse face à l'organisation de l'EI ? (Partie 2)

En savoir plus

DÉBAT

Conférence à Paris sur l'Irak : quelle réponse face à l'organisation de l'EI ? (Partie 1)

En savoir plus

FOCUS

La ville libanaise d'Arsal face aux jihadistes de l'EI

En savoir plus

À L’AFFICHE !

CharlElie Couture, l’immortel de la chanson française

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

Les Noirs Africains attaqués à Tanger et le harcélement filmé au Caire

En savoir plus

BILLET RETOUR

Abbottabad peut-elle tourner la page Ben Laden ?

En savoir plus

INTELLIGENCE ÉCONOMIQUE

Culture : Bruxelles contre les artistes ?

En savoir plus

  • Près de 500 migrants portés disparus après un naufrage en Méditerranée

    En savoir plus

  • Air France : la grève devrait s'intensifier mardi

    En savoir plus

  • PDG de Netflix : "Nous sommes un grand exportateur de films français"

    En savoir plus

  • Centrafrique : l'ONU prend en charge le maintien de la paix

    En savoir plus

  • Projet de loi anti-jihadiste : la France suit l’exemple du Royaume-Uni

    En savoir plus

  • Microsoft achète Minecraft, le jeu qui valait 2,5 milliards de dollars

    En savoir plus

  • Netflix débarque en France : le test de France 24

    En savoir plus

  • Le parti de Gbagbo claque la porte de la commission électorale

    En savoir plus

  • Fifa : Sepp Blatter et son entourage de nouveau soupçonnés de corruption

    En savoir plus

  • Le Medef et son million d'emplois en cinq ans, un effet d'annonce ?

    En savoir plus

  • François Hollande : "Il n'y a pas de temps à perdre" face à l’EI

    En savoir plus

  • La ville libanaise d'Arsal face aux jihadistes de l'EI

    En savoir plus

  • Le footballeur français Nicolas Anelka signe un contrat en Inde

    En savoir plus

  • Coalition contre l'EI : premiers vols de reconnaissance français en Irak

    En savoir plus

  • Le procès de la tempête Xynthia s'ouvre en Vendée

    En savoir plus

Afrique

Le sénateur américain John McCain rencontre les insurgés de Benghazi

Vidéo par Claire BONNICHON

Texte par Dépêche

Dernière modification : 22/04/2011

John McCain, candidat républicain à la présidentielle américaine de 2008 et partisan d'un soutien militaire aux insurgés libyens, est arrivé dans le bastion de l'insurrection, à Benghazi, pour rencontrer les membres du Conseil national de transition.

AFP - Le sénateur américain John McCain est arrivé vendredi à Benghazi pour une visite dans le bastion des insurgés libyens, au lendemain de l'annonce par Washington de l'envoi de drones armés au-dessus de la Libye, une mesure saluée par la rébellion.

"Nous espérons que cela puisse mettre fin au siège de Misrata," troisième ville de Libye théâtre depuis plusieurs semaines d'une guérilla urbaine meurtrière entre la rébellion et les forces kadhafistes, a déclaré Moustapha al-Guerriani, un porte-parole du Conseil national de transition (CNT).

M. McCain, candidat républicain à l'élection présidentielle de 2008 et partisan d'un soutien militaire aux rebelles libyens, a été accueilli par une cinquantaine de manifestants aux cris de "Libye libre, Kadhafi va t'en, merci l'Amérique, merci Obama !", a constaté une journaliste de l'AFP.

"La première fois que des drones sont utilisés en Libye"

Le sénateur américain devait rencontrer dans la journée les dirigeants du CNT, l'organe politique de la rébellion qui siège à Benghazi, principale ville de l'Est libyen.

Il s'agit de la plus haute personnalité américaine à se rendre en Libye depuis le début du soulèvement mi-février.

Le sénateur n'a pas fait de déclaration, mais l'organisation d'une conférence de presse en cours de la journée a été évoquée.

M. McCain, l'un des plus fervents partisans au Congrès des opérations militaires en Libye, a plaidé le 13 avril pour que les Etats-Unis s'engagent à nouveau militairement aux côtés de la coalition internationale, assurant que l'Otan manquait de la force de frappe nécessaire.

Washington a finalement annoncé jeudi, par la voix du secrétaire à la Défense Robert Gates, que deux drones armés seraient en permanence engagés au-dessus de la Libye.

Le vice-ministre libyen aux Affaires étrangères Khaled Kaim a déploré cette mesure au micro de la BBC, jugeant qu'"ils tueront encore plus de civils".

Selon un combattant tout juste revenu du front de Brega (est), Moustafa Awadmady, "les drones ont frappé avec succès les forces de Kadhafi". "Nous voudrions plus d'avions sans pilote", a-t-il déclaré à l'AFP à Benghazi.

A son arrivée à Benghazi, M. McCain, un vétéran de la guerre du Vietnam, a salué les personnes rassemblées devant le palais de justice, où se trouve le quartier général du CNT.

"C'est un grand moment pour nous, parce que ça signifie que les Américains de tous bords sont avec les Libyens", a déclaré à l'AFP Fayruz Naas, 47 ans, un enseignant venu acclamer le sénateur américain.

Dans la nuit de jeudi à vendredi, les corps de deux photographes tués mercredi dans la ville assiégée de Misrata, Tim Hetherington et Chris Hondros, ont été accueillis à Benghazi par une cérémonie réunissant une trentaine de journalistes, diplomates, représentants d'ONG et de la rébellion.

"Ce sont des héros... Ils sont venus pour témoigner du conflit au reste du monde", a déclaré Abdel Hafiz Ghoqa, vice-président du CNT.

Tim Hetherington, collaborateur britannique du magazine Vanity Fair, et l'Américain Chris Hondros, de l'agence Getty, avaient été victimes mercredi d'un tir de mortier dans le centre de Misrata.

Sur le front ouest, les rebelles ont pris jeudi matin l'un des principaux postes-frontière, proche de Wazzan (Libye) et de Dehiba (Tunisie), selon un correspondant de l'AFP.

La France, l'Italie et le Royaume-Uni ont annoncé cette semaine l'envoi de conseillers militaires auprès des rebelles. Quelques officiers français effectuent déjà une mission pour conseiller le CNT, Rome va envoyer dix instructeurs à Benghazi et Londres "moins de 20 militaires".

Le président américain Barack Obama a dit "soutenir" ces initiatives mais la secrétaire d'Etat Hillary Clinton a explicitement exclu que les Etats-Unis en envoient eux-mêmes.

Le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, a estimé que l'envoi de conseillers militaires marquait le début d'une opération "terrestre", un acte "risqué et aux conséquences imprévisibles" selon lui.

Le 13 avril, M. McCain avait déploré le désengagement militaire américain en Libye, jugeant que les Français et les Britanniques n'ont pas les moyens nécessaires pour faire pencher la balance en faveur des rebelles libyens.

"Lorsque que nous retirons du champ de bataille nos moyens les plus décisifs -- les avions AC-130 et A-10 -- nous perdons alors une capacité significative. Nos alliés ne possèdent pas cela", avait-il alors estimé.

Première publication : 22/04/2011

  • LIBYE

    Les insurgés prennent le contrôle d'un important point de passage avec la Tunisie

    En savoir plus

  • LIBYE

    La propagande, arme de guerre du clan Kadhafi

    En savoir plus

  • LIBYE

    Paris tente d'éviter l'enlisement du conflit en envoyant des conseillers militaires

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)