Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Paul Kagame en visite à Paris, ses partisans et opposants défilent dans la capitale

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Le film "Timbuktu" sera-t-il déprogrammé du Fespaco ?

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

"La Robe"

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Parlemantaires français en Syrie, Bachar Al Assad interlocuteur incontournable ?

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Quand agriculture rime avec futur

En savoir plus

TECH 24

Drones : comment les arrêter ?

En savoir plus

#ActuElles

Inde : sauver les filles par l'éducation

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Louis Schweitzer : "La dette perpetuelle, c'est mieux que de laisser crever la Grèce !"

En savoir plus

BILLET RETOUR

La Crimée, symbole d'une nouvelle Guerre froide ?

En savoir plus

FRANCE

Activement recherché par la police, le père demeure introuvable

Vidéo par France 3

Texte par Dépêche

Dernière modification : 23/04/2011

L'enquête sur la découverte d'une famille retrouvée assassinée jeudi dans un jardin à Nantes se poursuit. Xavier Dupont de Ligonnès, le père de famille et principal suspect, est toujours activement recherché par la police.

REUTERS - Un avis de recherche international a été diffusé pour retrouver le père de la famille dont la mère et les quatre enfants ont été retrouvés assassinés jeudi Nantes, a annoncé samedi le parquet.

Une information judiciaire pour "assassinats" avait été ouverte vendredi soir contre X après "l'exécution méthodique" d'Agnès Dupont de Ligonnès et de ses quatre enfants dans leur maison de Nantes.

Une enquête tous azimuts est menée depuis jeudi, jour de la découverte des corps, pour retrouver Xavier Dupont de Ligonnès, qui s'était rendu en voiture de Nantes jusqu'au sud de la France.

D'importantes recherches sont toujours menées dans le Var pour localiser le père de famille, dont la voiture a été retrouvée sur le parking d'un hôtel, sans qu'aucun lien ne soit établi pour le moment avec la disparition concomitante d'une quinquagénaire dans un village voisin.

L'autopsie effectuée vendredi a démontré que son épouse et ses quatre enfants ont "vraisemblablement été tués dans leur sommeil avec une arme 22 long rifle", a déclaré le procureur de la République.

Des analyses toxicologiques ont été ordonnées pour savoir si les victimes étaient droguées, ou si leur sommeil était naturel ou artificiel", a ajouté le magisrat.

L'enquête a établi que le père de famille avait récemmenthérité d'une carabine de son père, qui n'a pas été retrouvée, et qu'il avait acheté des munitions le 12 mars. Xavier Dupont de Ligonnès s'était en outre inscrit récemment dans un club de tir.

Il a été confirmé que le père de famille, gérant d'une petite société de commercialisation d'espaces publicitaires sur internet, rencontrait des difficultés financières.

"Il semble effectivement que ses revenus soient relativement faibles", a déclaré le procureur de la République, qui a précisé que Xavier Dupont de Ligonnès aurait déclaré aux impôts seulement 4.000 euros de revenus annuels.

Décrit comme un "père de famille normal et discret", Xavier Dupont de Ligonnès avait par ailleurs "un certain nombre de dettes", selon le magistrat, dont l'une d'entre elles avoisinait les 50.000 euros et avait été contractée auprès d'une amie en région parisienne.

Les enquêteurs ont jugé "prématuré" tout rapprochement avec la disparition de Colette Deromme, une mère de famille de 50 ans qui n'a plus donné signe de vie depuis le 14 avril. Celle-ci habitait Lorgues, un village où a séjourné la famille nantaise avant 2003.

Les enquêteurs ont par ailleurs reconstitué une partie de l'itinéraire du père depuis le 12 avril.Sa trace se perd à Roquebrune-sur-Argens, dans le Var. Après une nuit à l'hôtel le 15 avril, il quitte l'établissement et abandonne son véhicule.

(Xavier Dupont de Legonnès à gauche sur la photo / Agnès, sa femme, à droite)

Première publication : 23/04/2011

  • FRANCE

    Cinq corps retrouvés dans un jardin, la police sur les traces du père de famille

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)