Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Rio c'est parti, Lille c'est fini !

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Mort d'Adama Traore : la troisième autopsie n'aura pas lieu

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Burkini : le Conseil d'état tranche, le débat politique continue

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

L'offensive turque en Syrie - Arrêté anti-burkini suspendu

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Les secrets de l'Hôtel des Invalides

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Fiscalité, épargne, travail : les promesses économiques du candidat Sarkozy

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Le patriotisme économique prôné par Montebourg peut-il fonctionner ?

En savoir plus

FOCUS

Présidentielle au Gabon : bataille électorale à Port-Gentil

En savoir plus

VOUS ÊTES ICI

Le golfe de Porto, un paradis entre terre et mer

En savoir plus

Afrique

Hier boulangers, menuisiers ou étudiants, demain soldats

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 26/04/2011

Dans l'est de la Libye, les opposants au régime de Mouammar Kadhafi tentent de former à l'art de la guerre les civils prêts à monter au front. Les envoyés spéciaux de FRANCE 24 à Benghazi ont suivi l'une de ces formations militaires intensives.

"Il faut toujours vous abriter, sinon vous serez blessés." L’instructeur répète inlassablement les mêmes consignes… "Dès que vous lancez une grenade, il faut vous abriter pour ne pas être touché par l’explosion." Face à lui, des étudiants, des boulangers, des menuisiers ou des commerçants. Des soldats de pacotille qui, jusque là, montaient au front, avec pour seules armes des couteaux, des pierres ou des gourdins... Certains n’ont jamais touché une arme et ont tout à apprendre.

À Benghazi, dans des casernes militaires de fortune, les opposants au régime de Mouammar Kadhafi viennent se familiariser avec les rudiments du maniement des armes pour combattre les troupes du Guide libyen. Courageux, téméraires, mais inexpérimentés, ces soldats bénévoles découvrent en même temps le sentiment de liberté et l’art de la gâchette.

La formation est expresse et la rigueur est de mise. En quelques jours seulement, tous devront savoir manier une arme, marcher droit et obéir aux ordres.

"Dès qu’on me donne l’ordre de monter au front, j’y vais"

Pour le moment, le pas est encore mal assuré, les colonnes ne sont pas très droites et les rangs peu serrés, mais la motivation est sans faille. Mohammed n'a que 18 ans. Pourtant, malgré son jeune âge, les armes, le sang et la mort ne lui font pas peur. Pour lui, la guerre ressemble peut-être encore un peu à un jeu... "Je suis prêt, affirme-t-il avec aplomb face à la caméra des envoyés spéciaux de FRANCE 24 à Benghazi. Dès qu’on me donne l’ordre de monter au front, j’y vais".

Après trois semaines de formation militaire, il sait maintenant se servir d’un canon de 106 millimètres, son nouvel outil de travail issu de l'ancien arsenal soviétique de Kadhafi. Abdel Ali Attieh, l'un de ses formateurs, est fier de lui et de tous ses élèves. "Parfois, ils ne passent même pas une semaine sur une machine de guerre et savent s’en servir, alors que, normalement, il faut au moins trois mois."

Comme Mohammed, ces soldats en herbe seront ensuite envoyés à Misrata, Brega ou Ajdabiya, toutes ces villes dont les opposants au régime libyen tentent de conserver le contrôle. S'ils ne seront sans doute pas de fins stratèges et ne constitueront pas une véritable armée, ils auront toutefois appris à se battre correctement avec, en ligne de mire, l'espoir de retourner définitivement la situation à leur avantage.

Première publication : 26/04/2011

  • LIBYE

    Les forces de Kadhafi chassées du centre de Misrata, selon les rebelles

    En savoir plus

  • LIBYE - CARNET DE ROUTE

    À Benghazi, du hip-hop pour chanter la Révolution

    En savoir plus

  • LIBYE

    Les combats se poursuivent à Misrata, les drones américains entrent en action

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)