Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

migrants : Gao, aux portes du désert, carrefour des routes qui mènent en Europe

En savoir plus

DÉBAT

Barack Obama en Afrique : quel bilan? (partie 2)

En savoir plus

DÉBAT

Barack Obama en Afrique : quel bilan? (partie 1)

En savoir plus

FOCUS

Colombie : face aux bandes armées à Buenaventura, un quartier résiste

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Le meilleur des films de l'été 2015

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Israël : des prisonniers palestiniens en grève de la faim

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Des inondations en Guinée font plusieurs morts

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Twitter toujours en panne de croissance

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Trahison ?"

En savoir plus

FRANCE

Le navire chargé de repêcher les débris de l'avion débute les opérations

Texte par Dépêche

Dernière modification : 26/04/2011

Après une escale à Dakar, le navire câblier "Ile de Sein" est arrivé ce mardi sur la zone de l'accident de l'A330 d'Air France perdu en mer entre Rio et Paris. Par 3 900 mètres de fond, les plongées ont débuté pour repêcher les boîtes noires.

AFP - La délicate opération de repêchage des débris de l'avion d'Air France, qui s'était abîmé en mer au large du Brésil en 2009, a débuté mardi, a annoncé le Bureau d'enquêtes et d'analyses (BEA), organisme chargé de l'enquête technique.

"Une première plongée opérationnelle du (robot sous-marin, ndlr) Remora 6000 (de la société américaine Phoenix international, ndlr) a débuté ce matin", indique-t-il dans un communiqué.

Le navire câblier Ile de Sein d'Alcatel-Lucent et Louis Dreyfus Armateurs avait fait une courte escale à Dakar vendredi avant d'arriver sur la zone de l'accident mardi à 05H00 GMT, avec 68 personnes à bord, dont l'équipage.

Début avril, le BEA avait annoncé avoir localisé la zone de l'accident à 3.900 mètres de profondeur, au nord de la dernière position connue de l'appareil accidenté. Il avait alors indiqué qu'il allait lancer la phase de repêchage d'ici début mai.

L'accident de l'Airbus A330 d'Air France qui devait effectuer le vol AF447 Rio-Paris a fait 228 morts le 1er juin 2009. La catastrophe reste à ce jour inexpliquée faute d'avoir retrouvé les boîtes noires.

La priorité des enquêteurs est de localiser ces enregistreurs de paramètres de vol et de conversations dans le poste de pilotage.

Parmi les pièces de l'avion qui devraient être relevées : des éléments de voilure pour observer son état au moment de l'impact, les moteurs ou encore le cockpit et les calculateurs si ceux-ci étaient également retrouvés.

Le BEA précise que pour cette nouvelle phase, entièrement financée par l'Etat français, deux groupes de travail ont été formés.

Le premier va "poursuivre l’analyse et l'exploitation des (quelque 15.000) photos prises par les robots sous-marins Remus au cours de la phase précédente, en particulier sur les éléments arrière de l'’épave en vue de localiser les enregistreurs de vol.

Le second groupe va "étudier les procédures opérationnelles liées à la récupération des enregistreurs de vol, des calculateurs et des pièces de l'avion".

Crédit photos: Louis Dreyfus Armateurs

Première publication : 26/04/2011

  • VOL RIO-PARIS

    Un navire français quitte Dakar pour retrouver les boîtes noires de l'AF 447

    En savoir plus

  • VOL RIO-PARIS

    L'opération de remontée de l'épave et des corps lancée d'ici un mois

    En savoir plus

  • VOL RIO-PARIS

    "Une grande part" de l'Airbus 330 d'Air France localisée en mer

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)