Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Gambie : Yahya Jammeh accepte de quitter le pouvoir d'après Barrow

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Davos 2017 : "On ne doit pas jouer à se faire peur", tempère Maurice Lévy

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Davos 2017 : "Trump est un nouveau Madoff", estime Jacques Attali

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Paul Polman : "Les fruits de la globalisation doivent être distribués de façon plus juste"

En savoir plus

FOCUS

Aux États-Unis, le désarroi et la colère des opposants à Donald Trump

En savoir plus

TECH 24

Satellites : les nouveaux maîtres du ciel

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Enseigner autrement : de nouvelles méthodes pour réinventer l'école

En savoir plus

#ActuElles

Russie : les violences domestiques bientôt dépénalisées ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Sabrina Ouazani, le cinéma avec le sourire

En savoir plus

Amériques

La Grande Mosquée de Lyon dénonce les accusations de terrorisme de Wikileaks

Texte par Dépêche

Dernière modification : 26/04/2011

Le recteur de la Grande Mosquée de Lyon (Laënnec) a demandé audience à l'ambassadeur des États-Unis après les accusations "inadmissibles" de WikiLeaks, qui proviendraient du Pentagone, classant l'institution comme "centre de recrutement d'Al-Qaïda".

AFP - Le recteur de la Grande mosquée de Lyon s'est dit "outré" que l'administration américaine considère ce lieu comme "un des centres de recrutement d'Al-Qaïda en Europe", selon une liste du Pentagone qui vient d'être publiée par WikiLeaks, qualifiant ces "accusations" de "ridicules".

"La Grande mosquée de Lyon, institution connue de tout le monde et d'un fonctionnement exemplaire, n'a pas à se justifier d'accusations aussi ridicules", a déclaré mardi soir le recteur Kamel Kabtane dans un communiqué dont l'AFP a obtenu copie.

Le responsable a demandé à être reçu par l'ambassadeur des Etats-Unis "car il entend lui dire de vive voix qu'il est inadmissible de porter des soupçons aussi graves et destructeurs sur la mosquée, ses responsables et ses fidèles".

"C'est donc le monde à l'envers que de voir l'administration américaine s'engager dans de telles analyses à partir se son expérience de Guantanamo", a-t-il conclu.

Selon le document du Pentagone publié par Wikileaks, une dizaine de mosquées et centres islamiques ont été utilisées par Al-Qaïda pour recruter, aider et entraîner ses militants, de Karachi à Montréal et de Lyon au Caire.

La liste, qui devait aider les enquêteurs américains dans leurs interrogatoires des détenus de Guantanamo, cite, outre la Grande mosquée lyonnaise, la mosquée Al-Sunna à Montréal, l'Université Islamique Abu Bakr et la mosquée Makki à Karachi, la mosquée Al-Khair de Sanaa et l'Institut Dimaj de Saada au Yémen, la mosquée de Finsbury Park et un local loué au club de jeunes Four Feathers, près de Baker Street, à Londres, celle de l'Institut culturel islamique de Milan et enfin la mosquée Wazir Akbar Khan à Kaboul.

Première publication : 26/04/2011

  • ÉTATS-UNIS

    De nouvelles révélations de WikiLeaks sur Guantanamo inquiètent Washington

    En savoir plus

  • WIKILEAKS

    Le soldat Manning transféré après une polémique sur ses conditions de détention

    En savoir plus

  • INTERNET

    Chacun veut son WikiLeaks

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)