Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

REPORTERS

Exclusif : de Sarajevo à Guantanamo, l’itinéraire des six d’Algérie

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Présidentielle en Côte d'Ivoire : le soutien de Bédié est une "trahison" selon Bertin

En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Ebola : les 6,5 millions d'habitants de Sierra Leone assignés à résidence

    En savoir plus

  • Wall Street : début en fanfare pour le géant chinois Alibaba

    En savoir plus

  • Le Premier ministre écossais annonce sa démission au lendemain du référendum

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

  • Visé par une enquête, Zidane pourrait être privé de banc de touche

    En savoir plus

  • Sarkozy revient-il pour "tout changer" ou "se sauver" ?

    En savoir plus

  • Quand Hollande se targue d’influencer la politique économique européenne

    En savoir plus

  • Référendum en Écosse: les indépendantistes n'ont pas tout perdu

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Les bataillons "bénévoles" de Kiev : une force imprévisible

    En savoir plus

  • Irak : combattants kurdes recherchent armes lourdes désespérément

    En savoir plus

  • Barack Obama salue la France, "un partenaire solide contre le terrorisme"

    En savoir plus

  • Euro-2020 : la finale de l'"Euro pour l’Europe" à Wembley

    En savoir plus

  • Corruption : amende record pour le géant pharmaceutique GSK

    En savoir plus

EUROPE

Les migrants tunisiens au cœur d'un sommet entre la France et l'Italie

Vidéo par Karim YAHIAOUI

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 26/04/2011

L’immigration clandestine et le traité de libre circulation de Schengen sont au centre d’un sommet bilatéral franco-italien organisé ce mardi, à Rome, à la suite de l’arrivée massive de migrants tunisiens sur les côtes de la péninsule.

Suivez en direct sur FRANCE 24 la conférence de presse de Nicolas Sarkozy et de Silvio Berlusconi à 12h30 (heure de Paris).

Éviter la crise diplomatique... Le président du Conseil italien Silvio Berlusconi et le chef de l'État français Nicolas Sarkozy doivent se rencontrent ce mardi, à Rome, pour tenter de ramener un peu de sérénité dans les relations franco-italiennes, qui se sont tendues à la suite de l'afflux d'immigrants d'Afrique du Nord sur les côtes de la péninsule depuis le mois de janvier. Au cœur des discussions : l’immigration - bien sûr - mais aussi le réexamen du traité de libre circulation de Schengen.

Quelques jours avant la tenue de ce sommet, le gouvernement de Silvio Berlusconi a jeté un pavé dans la mare en octroyant 20 000 permis de séjour temporaires aux réfugiés - majoritairement tunisiens - fraîchement débarqués sur l’île de Lampedusa. Un document qui leur permet de circuler librement dans les 25 pays appartenant à l’espace Schengen sans être contrôlés...

L'initiative a déclenché une importante polémique entre Paris et Rome. La France estime en effet que la délivrance de ces "passeports" est un moyen déguisé de faire entrer sur son sol les Tunisiens qui, dans leur grande majorité, souhaitent rejoindre l'Hexagone.

Amender le traité Schengen

Le 17 avril, Paris a, à son tour, suscité la colère de Rome en bloquant depuis la ville italienne de Vintimille vers la France la circulation d'un train dans lequel des associations de défense des droits de l'Homme accompagnaient les migrants, y voyant un risque de trouble à l'ordre public.

Pour ne pas envenimer la situation, la France souhaite autoriser les États membres de l'espace Schengen à restreindre le principe de libre circulation et à rétablir des contrôles aux frontières nationales lors de circonstances exceptionnelles. Paris "ne veut pas suspendre Schengen" mais en "revoir les clauses de sauvegarde dans des situations particulières", a toutefois assuré Henri Guaino, conseiller spécial de Nicolas Sarkozy.

L’Italie non plus n’est pas contre une révision du traité Schengen. "Nous sommes ouverts à l’idée d’un contrôle technique pour déterminer à quel point le traité est adapté aux réalités actuelles", a indiqué le chef de la diplomatie italienne, Franco Frattini.

Séduire l’électorat d’extrême droite

Des amendements qui ne sont pas du goût de tous. Contacté par FRANCE 24, Philippe Perchoc, spécialiste des questions européennes au CNRS, estime que cette proposition va à l’encontre de l’esprit européen. "Nous avons choisi d’ouvrir nos frontières à nos voisins. Nous ne pouvons pas revenir sur ce point et affirmer en même temps être pro-européens", s’offusque ainsi celui-ci.

De nombreux experts s’accordent pour dire que les déclarations faites tant à Rome qu'à Paris sont liées à la poussée de l’extrême droite dans les deux pays.

Première publication : 26/04/2011

  • ITALIE - FRANCE

    Regain de tension entre Rome et Paris au sujet d'un train d'immigrés tunisiens

    En savoir plus

  • UNION EUROPÉENNE

    Passe d’armes entre Rome et le reste de l'UE sur le dossier des migrants tunisiens

    En savoir plus

  • FRANCE

    Bras de fer entre Rome et Paris autour de l'immigration

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)