Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBAT

Présidentielle en Algérie : un vote, quels changements ? (Partie 1)

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Guillaume Poitrinal, co-président du conseil de la simplification

En savoir plus

FOCUS

Bitcoin, une révolution monétaire?

En savoir plus

SUR LE NET

Nigeria : les internautes mobilisés contre les violences

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Sur les traces d'Agatha Christie : l'Orient Express fait escale à Paris

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Mansouria Mokhefi, spécialiste de l’Algérie

En savoir plus

DÉBAT

L'Algérie d'aujourd'hui : économie, sécurité... le pays inquiet (partie 1)

En savoir plus

DÉBAT

L'Algérie d'aujourd'hui : économie, sécurité... le pays inquiet (partie 2)

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Après le 17, le 18"

En savoir plus

  • À Genève, un accord commun conclu pour une issue à la crise ukrainienne

    En savoir plus

  • En direct : le scrutin s'achève sur fond de violences dans la région de Bouira

    En savoir plus

  • Cinq humanitaires maliens libérés par des troupes françaises

    En savoir plus

  • En images : un condamné à mort iranien gracié par la mère de sa victime

    En savoir plus

  • Les oranges de Floride victimes d'une bactérie, le prix du jus s'envole

    En savoir plus

  • Un conseiller de François Hollande épinglé pour ses conflits d'intérêts

    En savoir plus

  • Le 67e Festival de Cannes signe le retour de Jean-Luc Godard

    En savoir plus

  • La justice sénégalaise décide du maintien de Karim Wade en détention

    En savoir plus

  • En images : mince espoir de retrouver des survivants du ferry en Corée du Sud

    En savoir plus

  • Étape cruciale des élections législatives en Inde

    En savoir plus

  • Coupe du Roi : le Real Madrid enfonce le FC Barcelone

    En savoir plus

  • Jacques Servier, le père du Mediator, est décédé

    En savoir plus

  • Vidéo : les Algérois partagés entre fatalisme et peur de l’avenir

    En savoir plus

  • RD Congo : qui en veut au directeur du parc des Virunga, blessé par balles ?

    En savoir plus

  • Transfert d'argent : l'Afrique perd près de 2 milliards de dollars par an

    En savoir plus

  • Daniel Cohn-Bendit fait ses adieux au Parlement européen

    En savoir plus

  • Economies : Valls demande aux fonctionnaires de "participer à l'effort commun"

    En savoir plus

Asie - pacifique

Le pouvoir et les ex-rebelles tamouls coupables de crimes de guerre, selon l'ONU

©

Texte par Dépêche

Dernière modification : 26/04/2011

En mai 2009, l'épilogue de la longue guerre civile entre Colombo et les Tigres tamouls a donné lieu à de multiples exactions pouvant être assimilées à des "crimes de guerre" et à des "crimes contre l'humanité", affirme un rapport de l'ONU.

AFP - L'ONU a publié lundi un rapport accablant pour le Sri Lanka où les milliers de personnes tuées en 2009 à la fin du conflit entre le gouvernement et les Tigres tamouls pourraient avoir été victimes de "crimes de guerre" et de "crimes contre l'humanité".

Le secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, a annoncé qu'il n'avait pas le pouvoir d'ordonner une enquête internationale sur ces morts causées tant par le gouvernement que par les séparatistes tamouls, mais il a décidé qu'aurait lieu un "examen" des actions humanitaire et de protection des civils de l'ONU pendant l'étape finale de la guerre au Sri Lanka en 2009.

Le conflit avait opposé le gouvernement et les rebelles des Tigres tamouls et s'était soldé par la défaite de ces derniers.

Hôpitaux bombardés, civils pris pour cibles

Dans leur rapport, les experts critiquent l'ONU pour ne pas avoir assez protégé les civils.

"Le groupe d'experts a trouvé des allégations crédibles qui, si elles sont vérifiées, montrent qu'un grand nombre de violations graves du droit humanitaire international et des droits internationaux ont été commises à la fois par le gouvernement du Sri Lanka et les Tigres tamouls. Certaines d'entre elles peuvent être assimilées à des crimes de guerre et à des crimes contre l'humanité", indique le rapport.

Les forces gouvernementales "ont systématiquement bombardé des hôpitaux sur les lignes de front", bien que leurs localisations aient été connues. Elles ont "délibérément" sous-estimé le nombre de civils dans les zones de conflit. "Des dizaines de milliers de personnes ont perdu la vie de janvier à mai 2009. Beaucoup sont mortes anonymement dans le carnage des derniers jours".

Vers la fin de la guerre, "quelque 330.000 civils se sont retrouvés coincés dans une zone qui se réduisait sans cesse, fuyant les bombardements mais pris en otages par les Tiges tamouls" qui ont perdu la guerre en mai 2009.

Le gouvernement a bombardé des "zones d'exclusion de tirs" où il avait encouragé des civils à se masser. "Il a bombardé le centre des Nations unies, les lignes de distribution de nourriture, et a bombardé à proximité des bateaux de la Croix rouge qui venaient prendre en charge les blessés et leurs proches", ajoute le rapport publié malgré de fortes pressions du Sri Lanka.

"Il a procédé à des bombardements malgré sa connaissance de leur impact, nourrie par ses propres systèmes de renseignement et par des notifications des Nations unies, de la Croix rouge et d'autres. La majeure partie de victimes civiles dans les dernières étapes de la guerre ont été causées par les bombardements du gouvernement", relève le rapport.

Des milliers d'enfants ont "été tués ou amputés pendant les bombardements" tandis que beaucoup de personnes âgées ont été laissées sur place lorsque leurs familles ont fui.

Une enquête indépendante est "impérative"

Le groupe d'experts est formé de l'Indonésien Marzuki Darsman, de l'Américain Steven Ratner et de la Sud-Africaine Yasmin Sooka.

Le rapport de l'ONU relève que "le gouvernement du Sri Lanka n'a pas rempli ses responsabilités pour mener une véritable enquête, et n'a pas signalé qu'il avait l'intention de le faire". Une enquête indépendante, internationale est "impérative".

Le document détaille des recommandations. Le Sri Lanka devra lancer "de véritables enquêtes" sur les violations perpétrées par les deux parties.

D'autre part, le Sri Lanka doit "cesser toutes les violences (commises) par l'Etat", "faciliter la restitution des restes humains à leurs familles", soutenir les survivants et libérer toutes les personnes déplacées.

Le gouvernement "doit enquêter et divulguer le sort et la localisation de ceux qui ont disparu", publier les noms de ceux qui sont encore détenus.

Autre recommandation: "le gouvernement du Sri Lanka devrait reconnaître publiquement et formellement le rôle qu'il a joué dans la mort de nombreux civils dans les dernières étapes de la guerre" et accorder des réparations.

Première publication : 26/04/2011

  • SRI LANKA

    Colombo demande à l'ONU de ne pas publier son rapport sur la guerre contre les Tigres

    En savoir plus

  • SRI LANKA

    Colombo nomme sa propre commission d'enquête sur la guerre civile

    En savoir plus

  • SRI LANKA

    L'ONU authentifie une vidéo montrant des exécutions sommaires de Tamouls

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)