Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

États-Unis, Cuba: "Somos todos americanos"

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

De plus en plus de réfugiés affluent au Niger

En savoir plus

DÉBAT

États-Unis - Cuba : un tournant historique

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Le dalaï-lama vante le "réalisme" du président chinois Xi Jinping

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Eau argentée" : la guerre en Syrie au cinéma

En savoir plus

FOCUS

Grands lacs : LRA, une guérilla affaiblie mais toujours menaçante

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Sanctions occidentales : "La Russie sortira renforcée", assure Lavrov

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

La Libye au cœur des discussions du Forum de Dakar

En savoir plus

SUR LE NET

Australie : la Toile solidaire de la commmunauté musulmane

En savoir plus

Asie - pacifique

Un quartette d'anciens responsables politiques en visite à Pyongyang

Texte par Dépêche

Dernière modification : 26/04/2011

L'ancien président américain Jimmy Carter (photo) et trois autres ex-chefs d'État et de gouvernement espèrent relancer le dialogue sur le dossier nucléaire, évaluer la situation alimentaire et rencontrer le dirigeant nord-coréen Kim Jong-il.

AFP - L'ex-président américain Jimmy Carter est arrivé mardi en Corée du Nord pour une visite destinée à évaluer la situation alimentaire, appaiser les tensions intercoréennes et encourager la reprise des négociations sur la dénucléarisation.

Jimmy Carter et trois autres anciens chefs d'Etat et de gouvernement espèrent rencontrer le dirigeant nord-coréen Kim Jong-Il ainsi que son fils et successeur présumé Kim Jong-Un, mais rien n'est encore certain. L'agence officielle de Corée du Nord a annoncé leur arrivée dans un communiqué d'une ligne, sans aucun détail.

Le groupe de quatre "anciens", qui comprend l'ex-président finlandais Martti Ahtisaari, l'ancien Premier ministre norvégien Gro Harlem Brundtland et l'ex-présidente irlandaise Mary Robinson, a décollé de Chine mardi et se rendra à Séoul jeudi.

Les efforts de reprise du dialogue entre les deux Corées sont au point mort. Le Sud exige des excuses de la part de Pyongyang à propos de deux graves indicents survenus en 2010 --le torpillage d'une corvette en mars et le bombardement d'une île en novembre-- mais le Nord s'y refuse.

Les pourparlers à Six sur la dénucléarisation sont eux aussi dans l'impasse depuis 2008. Pyongyang a dévoilé en novembre une usine d'enrichissement d'uranium, qui représente portentiellement une deuxième façon d'obtenir une bombe nucléaire.

La crise alimentaire en Corée du Nord sera également au centre de cette visite, avaient indiqué lundi à Pékin les quatre "anciens".

Selon les Nations unies, plus de six millions de personnes, soit un quart de la population nord-coréenne, ont un besoin urgent d'aide alimentaire.

Jimmy Carter s'est rendu à Pyongyang pour la première fois en 1994, pour rencontrer le président fondateur Kim Il-Sung, alors que la Corée du Nord et les Etats-Unis étaient à deux doigts de se déclarer la guerre en raison du programme nucléaire de Pyongyang.

L'ancien président américain s'était aussi rendu dans ce pays à l'été 2010, pour obtenir la libération d'un citoyen américain, mais il n'avait pas rencontré Kim Jong-Il.

Le président pourrait aussi chercher à obtenir la libération d'un Américano-coréen détenu en Corée du Nord depuis novembre dernier, en raison de crimes non précisés contre le pays. Il s'agirait d'un missionnaire, selon une source anonyme.

Première publication : 26/04/2011

  • CORÉES

    Premier contact entre les deux Corées après des mois de vives tensions

    En savoir plus

  • PÉNINSULE CORÉENNE

    La Corée du Nord accepte le retour des inspecteurs de l'AIEA

    En savoir plus

  • CORÉE DU NORD

    Kim Jong-un apparaît en public lors d'une parade militaire à Pyongyang

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)